La Digitale - Qui sont les députés les plus influents ? - 8 mars 2017

Qui sont les députés les plus influents ?

Rédaction CB News MAGAZINE MARKETING

Les députés viennent d’achever leur mandat et l’Assemblée nationale ferme ses portes jusqu’aux élections législatives de juin. Rumeur Publique en profite pour publier le classement de l’influence globale des députés (1). Si ces derniers sont souvent jugés sur leur taux de présence ou le nombre d’amendements déposés, ce classement montre que tout ne se joue pas sur les bancs de l’Assemblée…

« Penser l’influence en silos indépendants n’a plus de sens dans un monde où chacun sait qu’un passage au 20h de TF1 peut influer sur les débats à l’Assemblée et enflammer Twitter  » explique Fabiola Flex, directrice du pôle affaires publiques chez Rumeur Publique. « Ce classement est inédit, car il n’est pas fondé sur le nombre de prises de parole des députés, mais sur les résultats obtenus, comme le nombre d’amendements qu’ils ont fait adopter, le nombre de retombées dans la presse ou le taux de retweet sur Twitter » précise Marie Meyruey, consultante affaires publiques chez Rumeur Publique. Quatre grandes catégories de Députés se distinguent assez nettement.

Club&Com

1 – Les pros de l’influence

Ils figurent en tête du classement général, car ils ont réussi à faire entendre leurs positions aussi bien au sein de l’Assemblée qu’auprès des médias et sur les réseaux

Christian Paul (n°1 du classement général) est le chef de file des Frondeurs du PS. Il a fait adopter de nombreux amendements contre l’avis du gouvernement et l’a critiqué ouvertement dans la presse… ce qui a probablement contribué aux difficultés de la gauche à parler d’une seule voix durant le quinquennat.

Laurent Grandguillaume (n°2), le député PS de la Cote-d’Or, surnommé le « démineur »par la presse en raison de la capacité qu’on lui prête à traiter des dossiers difficiles (oppositions entre artisans et autoentrepreneurs, entre les taxis et Uber…). A chaque fois, ses négociations – qu’il médiatisait et menait parfois en direct sur les réseaux sociaux – ont débouché sur l’adoption de propositions de loi ou d’amendements en ligne avec ses préconisations.

Eric Ciotti (n°3), bien que siégeant dans l’opposition le député des Alpes Maritimes a par exemple gagné la bataille médiatique qu’il mène depuis 2012 sur la légitime défense des policiers en faisant reprendre et adopter ses propositions de loi par la gauche début 2017.

2 – Les piliers du Parlement

Ce sont ceux qui contribuent le plus efficacement au travail parlementaire, en faisant par exemple adopter des amendements, mais ils sont peu connus du grand public.

Valérie Rabault (n°1 de la catégorie Assemblée Nationale) est, en tant que rapporteure générale du budget, la députée la plus écoutée de l’Assemblée sur toutes les questions liées aux Finances publiques.

Gérard Bapt (n°2) exerce la même fonction sur le budget de la Sécurité sociale. Et comme la plupart de ses collègues bien placés dans le classement

Razzy Hammadi (n°3) a été rapporteur de deux projets de loi importants (« Egalité et Citoyenneté » et « Consommation »). Dans l’opposition, s’il est plus difficile de faire voter ses propositions par l’Assemblée, on peut par exemple noter le nom de Lionel Tardy (Député d’opposition qui a fait adopter le plus d’amendements).

3 – Les stars des médias

Ils ne sont pas ceux qui contribuent le plus au travail parlementaire, mais utilisent au mieux la presse pour faire passer leurs positions. Tous les noms bien connus du grand public se retrouvent dans le top 10 .

François Fillon arrive en tête – ainsi que plusieurs candidats à la primaire de la Droite, en partie parce que le classement a été réalisé sur des données de janvier à décembre 2016, les Primaires de la Droite s’étant tenues en novembre.

Jean-Christophe Cambadélis (premier député de gauche de la catégorie presse), Benoit Hamon ou Cécile Duflot figurent également en tête de ce classement.

4 – Les as du clavier

Ils sont les meilleurs pour toucher efficacement une cible spécifique, qu’ils ne pourraient pas forcément atteindre via la presse traditionnelle notamment.

Nathalie Kosciusko-Morizet (n°1 sur Twitter) semble utiliser ce réseau pour tisser des liens avec le monde de la tech

Marion Maréchal – Le Pen (n°1 sur Facebook) semble s’adresser, via Facebook, à des personnes moins consommatrices de presse traditionnelle.

D’autres personnalités peu visibles dans la presse traditionnelle émergent également sur les réseaux sociaux : on peut par exemple noter Valérie Fourneyron et Lionel Tardy sur Twitter ou Thierry Robert et Annick Le Loch sur Facebook.

(1) Méthodologie

Les 572 Députés (sur 577) qui ont siégé l’intégralité de l’année 2016 ont été testés. La liste complète des critères utilisés pour établir le classement est la suivante :

– À l’Assemblée Nationale (sur l’ensemble de la législature 2012 – 2017) : nombre d’amendements adoptés, nombre de rapports signés.

– Dans la presse : nombre de mentions dans la presse nationale et locale (sur l’ensemble de l’année 2016).

– Sur les réseaux sociaux (état des lieux en janvier 2017) : nombre de followers sur Twitter, nombre moyen de retweets obtenus pour chaque tweet, rapporté au nombre de followers, nombre de likes sur la page Facebook, nombre de personnes ayant mentionné la page Facebook dans les sept derniers jours

Source des données collectées : Regards Citoyens ( édite le site NosDeputes.fr), Data Observer, Twitter, Facebook et Traacker.