E-commerce - Vidéo verticale : le grand saut des plateformes et annonceurs ? - 2 mars 2017

Vidéo verticale : le grand saut des plateformes et annonceurs ?

La mobilité des supports et l’instantanéité des réseaux sociaux ont modifié notre manière de consommer du contenu. Sous l’influence du live streaming (Instagram stories, Snapchat, Périscope), la vidéo subit aujourd’hui une mutation majeure appelée « verticalité ». Décryptage d’un phénomène intrinsèquement lié aux technologies digitales…

Du cinéma au Smartphone, de l’horizontalité à la verticalité

Si l’on se réfère à l’Histoire de l’Art, on constate par exemple que les représentations picturales n’obéissaient à aucun cadre fixe. Tableaux verticaux et horizontaux coexistaient sans règle prédéfinie, même si l’on opposait parfois le format à la française (qui faisait référence au portrait) au format à l’italienne, qui faisait la part belle à la perspective et au point de fuite.

L’invention du cinématographe a largement changé les choses puisque l’horizontalité a gagné du terrain au cours du 20ème siècle.

«Les formats vidéo sont historiquement horizontaux car adaptés à notre champ visuel. On a les yeux l’un à côté de l’autre, et non pas l’un au-dessus de l’autre» explique Christophe Clapier, directeur de création chez BETC digital.

En effet, les trois formats traditionnels que sont le 1,33 (format TV ancien), le 1,77 (format 16/9) et le 2,35 (format scope) se sont succédé et ont conditionné notre façon d’appréhender la vidéo. D’un format improprement défini comme « carré », on est ainsi petit à petit passé sous l’influence du cinéma, à un joli rectangle bien assumé que l’on a finalement étiré pour élargir davantage le champ de vision et proposer une expérience plus « immersive » au spectateur.

Le standard indétrônable de la vidéo horizontale, qui s’est imposé sur les écrans domestiques, est toutefois remis en cause par les Smartphones qui, pour des raisons ergonomiques évidentes (mettre le haut-parleur au niveau de la bouche), se tiennent à la verticale. Une modalité d’utilisation qui a signé l’avènement de la verticalité.

« Aujourd’hui, plus de la moitié des contenus vidéos sont consultés sur mobile, stipule Christophe Clapier. Il a donc bien fallu s’adapter. Et c’est dans ce sens que les réseaux sociaux sont allés avec leurs fils d’actualité que l’on fait défiler de haut en bas. »

Une analyse développée par Business Insider dans cette vidéo… verticale bien entendu !

La verticalité : ergonomie, liberté et nouveaux territoires créatifs

« La verticalité, c’est la consécration de l’individualisation de l’image. Un corps humain étant par essence vertical, il rentre plus facilement dans ce format » observe Aymeric Coletta, auteur-réalisateur.

« De plus, la verticalité est plus directe, elle évite d’avoir à tourner le téléphone, chose qui compte dans un monde où l’on a tendance à tout faire de plus en plus vite, à tout regarder et faire instantanément. Cela tend donc plus vers le sujet et le spectateur. »

Alors que le format vidéo se révèle chaque jour plus incontournable – il facilite le partage et suscite un taux d’engagement plus élevé – l’importance croissante prise par les stories Instagram et Snapchat a changé la donne. Repérant une appétence de la part de certains segments de la population pour ce mode de visionnage, les principaux acteurs du secteur sont tentés de revoir leur copie.

Dailymotion a récemment lancé un tout nouveau format pré-roll dédié à l’usage mobile. Il offre aux marques la possibilité de diffuser leurs publicités vidéo en vertical et de profiter pleinement de la surface de l’écran d’un Smartphone.

« Le mobinaute se veut libre : son Smartphone est intime et il cherche à pouvoir le manier dans tous les sens possibles. La vidéo doit être agile pour s’adapter à ses envies. Le vertical s’impose ainsi comme un nouveau terrain à exploiter pour les créatifs, les producteurs et in fine les marques, précise Victor Kim Heng Ho, Head of Trade Marketing Manager chez Dailymotion France.

« Les annonceurs les plus matures et avancés seront ceux qui auront réussi à trouver la méthodologie pour produire une vidéo qui soit adaptable tant en vertical qu’en horizontal. »

Si certains enthousiastes ont lancé le festival du film vertical, ce format n’en comporte pas moins certaines limites. « Comment faire en sorte de caler un beau paysage panoramique en vertical ? Ou bien voir une voiture parcourant la route ? Le besoin de vue panoramique existera toujours et le vertical seul ne peut y répondre. C’est pourquoi il faut également penser à la vidéo 360°, à la réalité virtuelle et même à l’interactivité intégrée dans les vidéos » fait remarquer Victor Kim Heng Ho. Quoi qu’il en soit, on vous conseille de ne plus hésiter à tourner votre téléphone à 90°…