Entreprendre - Ils ont fait fortune grâce au digital : mais comment ont-ils fait ? - 14 février 2017

Ils ont fait fortune grâce au digital : mais comment ont-ils fait ?

Jérôme Perrin Fondateur de J4JAY Studio Web

Ils ont fait fortune grâce au digital : mais comment ont-ils fait ? Ils sont devenus très riches. Et vous vous posez la question : mais comment ont-ils fait ? La réponse dans cet article. Avant de commencer à répondre à cette question qui taraude l’esprit de tant de gens, j’aimerais dans un premier temps resituer le contexte entrepreneurial tel qu’il se présente aujourd’hui…

Dans le monde, aujourd’hui, une personne sur 18 est entrepreneur. Et dites-vous bien qu’aujourd’hui, plus de 90% des créations d’entreprises n’aboutissent pas.

Training&Co'm

Sur le long terme, les experts estiment même que moins de 5% des nouvelles sociétés réussiront à vraiment prospérer. Dans le même temps, 68% des entrepreneurs pensent que leur modèle économique est meilleur que celui des autres.

C’est intéressant.

D’un côté, la majorité se trompe (c’est logique). D’un autre côté, ils sont bien obligés d’y croire (ils n’ont pas vraiment le choix). Sauf pour les 32% qui pensent que leur modèle économique est moins bon, ce qui peut être perçu comme une grande preuve d’humilité. Et l’humilité sera probablement le garant de la réussite de ceux qui réussiront.

Parmi les 400 millions d’entrepreneurs dans le monde, un très grand nombre devra mettre la clé sous la porte. Pourquoi ? Notamment parce qu’il est très difficile de faire accepter un nouveau concept, un nouveau produit ou un nouveau service.

Sur le marché des États-Unis, par exemple, on estime que plus de 80% des foyers achètent toujours les mêmes 150 produits, en moyenne. Les gens changent difficilement leurs habitudes. Une nouvelle société qui réussit, donc, c’est un exploit. Peu de gens comprennent cela.

Aujourd’hui, en France, uniquement 1,7% des gens sont des entrepreneurs (contre 4,1% aux USA). Cela signifie que pour la grande majorité des gens, dans notre pays, le monde de l’entrepreneuriat leur est complètement étranger. Ils ne peuvent pas savoir à quel point c’est difficile.

Le fait est qu’il faut, en moyenne, 4 à 5 échecs successifs, pour un entrepreneur, avant qu’il n’arrive à créer un modèle économique qui génère du cash flow.

Car tout est là.

En tant qu’entrepreneur, je suis toujours très étonné de la réaction des non-entrepreneurs lorsque je leur dis : «Le plus difficile, c’est de parvenir à monétiser».

Les réponses sont généralement du type : « Eh bien oui, évidemment, ça coule de source ».

Eh bien non.

Lorsqu’on est salarié, l’argent tombe à la fin du mois, quoiqu’il arrive. Lorsqu’on est entrepreneur, le plus difficile, c’est de créer un tunnel de vente parfaitement optimisé grâce auquel de l’argent va rentrer régulièrement et systématiquement.

Et c’est très, très difficile.

En tant qu’entrepreneur, je me pose toujours la question suivante : « Qu’est-ce qui va faire que les gens vont sortir leur carte bleue ? ».

Si vous fabriquez et commercialisez des chaussures et que vous vous appelez Adidas, vos nouveautés se vendront plutôt bien, grâce à la marque. Mais si vous vendez des chaussures à votre nom et que votre marque est complètement inconnue du grand public, vous verrez qu’il sera vraiment très difficile de convaincre les premiers consommateurs.

Facebook, Twitter, Google, Snapchat, AirBnB, etc. Tous ces mastodontes du numérique ont réussi un exploit économique. Et la plupart de leurs fondateurs sont devenus très riches.

Mais alors : comment ont-ils fait ?

On peut distinguer 6 principaux facteurs clés de succès. (liste très critiquable et très réductrice, j’en conviens bien volontiers).

Le premier facteur clé de la réussite, c’est la persévérance

C’est tellement difficile que, sans ce que les footballeurs appellent « la grinta », cela sera très difficile d’arriver sur le podium. Et le meilleur moyen d’arriver à entretenir cette fibre, c’est de transformer sa passion en business. C’est d’ailleurs le credo de Mark Zuckerberg.

Regardez bien ceux qui réussissent : très souvent, leur passion et leur travail ont fusionné.

Quelle est, donc, votre passion ?

De quoi aimez-vous le plus parler avec vos amis, vos collègues, votre entourage ?

À quoi pensez-vous lorsque vous vous rasez, le matin ? De quoi parlez-vous ? Qu’est-ce qui vous motive exactement ?

Le deuxième facteur clé de réussite, c’est l’adéquation entre un produit et un marché

C’est ce que les startupers appellent le product/market fit.

Contrairement à ce que beaucoup de gens pourraient penser, la qualité n’est pas vraiment le gage de réussite le plus important. Des produits de piètre qualité se vendent très bien de nos jours. Et des produits de très grande qualité ne parviennent pas à se vendre.

Vous pouvez concevoir le plus beau produit au monde, s’il ne correspond à aucun marché et à aucune attente, latente ou non, il ne se vendra pas. Quelle que soit la qualité de votre travail.

La question de l’étude de marché fait ici débat. Pour bien des marchés, les consommateurs ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent avant qu’on ne leur présente un produit génial qu’ils finiront par acheter en masse. Les études de marché peuvent difficilement détecter les marchés en gestation.

Les gens ont trop de priorités : comment voulez-vous qu’ils comprennent en quelques secondes (suite à une ou plusieurs questions posées lors d’une étude quantitative ou d’un focus group) la genèse d’un nouveau concept économique (qui aura nécessité des journées de travail) ?

Mais pour bien des business qui finissent par s’écrouler, une étude de marché faite par de vrais professionnels aurait pu permettre à tout un chacun de ne pas perdre son temps pour rien.

Le troisième facteur clé de réussite, c’est la réalisation

On dit généralement que 10% du succès vient de l’idée et 90% vient de la mise en œuvre. Ici, le rôle des équipes est primordial. Ainsi que celui des compétences.

Savoir-être et savoir-faire.

Le quatrième facteur clé de réussite, c’est le modèle de monétisation

Analysez bien, dans tout écosystème économique, comment l’agent se fait, comment il transite, qui le perçoit – et pourquoi les gens qui parviennent à recevoir de l’argent parviennent à recevoir cet argent.

C’est un facteur décisif. Beaucoup d’entrepreneurs commencent d’ailleurs par penser et élaborer d’abord leur modèle de monétisation avant de construire, ensuite, l’ensemble de leur modèle économique.

Ils partent de là.

Pour construire tout le reste.

Le cinquième facteur clé de réussite, c’est l’adéquation entre un modèle économique, un mix marketing et un écosystème numérique

La liste des leviers économiques, marketing et numériques tend vers l’infini. Le tout est de parvenir à créer un véritable écosystème où tous les éléments savamment et soigneusement sélectionnés – et par essence limités en nombre – pourront parfaitement évoluer.

En adéquation.

Enfin, le sixième facteur clé de succès, c’est le timing

D’après une étude réalisée par TED, c’est même le facteur le plus important, à 42% – loin devant la réalisation et l’équipe (32%), l’idée (28%), le modèle économique (24%) et le financement (14%).

Regardez par exemple un succès fulgurant tel que celui de Snapchat. Il aurait été impossible il y a 10 ans (bien trop tôt). Et vous ne parviendriez pas aujourd’hui à réitérer un tel succès avec un produit similaire (bien trop tard).

Cet article vous a plu ? Cliquez sur le lien suivant pour en savoir plus sur le sujet comment faire fortune grâce au digital.