Best Of - Connaissez-vous les origines du marketing ? - 29 septembre 2016

Connaissez-vous les origines du marketing ?

Le Marketing… ce mot que tout le monde connait est pourtant assez complexe. Les objectifs du marketing sont multiples et indispensables aux entreprises qui veulent se développer. En effet, il vise à connaître le client, à anticiper ses besoins ou les stimuler afin d’y répondre à un moment précis et d’adapter l’activité de l’entreprise. Attribué au développement économique moderne, le marketing existe pourtant depuis bien longtemps !

Le marketing n’est pas apparu avec les ordinateurs et leurs bases de données… il a toujours existé !

Prenons un exemple qui va vous faire sourire : aux origines, la nature faisait déjà du marketing ! Cela peut paraître exagéré, mais ne pensez-vous pas qu’une fleur qui est colorée et odorante est ainsi faite pour attirer une abeille ? Bien entendu, ce pseudo marketing est osé, mais il existe bel et bien. En effet, si nous pensons que le marketing sert à attirer le client et se différencier de la concurrence, nous sommes bel et bien dans cet exemple en présence de marketing.

Google Loves Me

Cette version assez basique a bien sûr évolué au fil des siècles, car l’homme se l’est appropriée

Les premiers échanges commerciaux ont ainsi favorisé ce marketing qui a couvert des champs d’action plus nombreux : la tarification, la négociation, la connaissance du client…

Le marketing moderne que nous connaissons est réellement apparu au 20ème siècle, lors de la crise industrielle aux États-Unis. Une nouvelle approche est née grâce à W. Taylor qui a introduit la notion de vente dans le marketing. Le commerce était au plus bas et les problématiques de vente se sont tournées vers une production de masse (cf. « Principles of Scientific Management » 1911 W. Taylor). L’offre s’est standardisée afin de répondre à une demande plus large, engendrant des coûts de production plus bas. C’est sur ce principe que la société Ford a vendu ses premiers modèles de voitures : « Je ferai des voitures de n’importe quelle couleur pourvu qu’elles soient noires » cf. Mr Ford.

Dès 1930, les biens ne s’écoulent plus et de nouveaux moyens pour booster les ventes sont recherchés. Les industriels veulent présenter leurs produits de façon à attirer le client et créer des outils d’aide à la vente pour les commerciaux : le packaging et la publicité apparaissent !

Après la période difficile des deux guerres mondiales, l’économie repart avec les fameuses Trente Glorieuses. La société de consommation prend de l’importance avec une demande et une offre en hausse considérable, de nouvelles entreprises, et donc une augmentation de la concurrence. Les marketeurs voient le marché autrement : ce n’est plus le produit qui est au centre des préoccupations, mais le client ; nous ne cherchons pas uniquement à vendre, mais surtout à répondre aux besoins du consommateur. Apparaissent ainsi l’analyse de la demande, sa maîtrise et l’adaptation en continu du produit à son marché.

À cette époque, nous comprenons que le client répond à plusieurs processus :

  • L’instinct et les besoins primaires en lien avec l’environnement naturel : manger, procréer…
  • Les réflexions conditionnées par les sens : vue, odorat, toucher, ouïe, goût. La confiance est instaurée, car le produit répond à ce que le client peut percevoir.

Le consommateur a des besoins qu’il faut satisfaire…

La pyramide de Maslow retranscrit bien cette notion de besoins, classifiés de cette manière :

  • Besoins physiologiques : ils sont essentiels à la survie de l’individu (faim, soif, air). Les biens qui y répondent sont principalement les produits alimentaires et les vêtements ;
  • Besoin de sécurité : c’est la volonté de vouloir se protéger contre des éléments extérieurs. Nous y retrouvons les assurances, le logement, la banque… ;
  • Besoin d’appartenance : c’est le sentiment de communauté, d’appartenir à un groupe. Nous y trouvons les biens de consommation communautaires, les associations, et de nos jours, les réseaux sociaux ;
  • Besoin d’estime : c’est la sensation de bien-être, du renvoi d’une image positive. C’est le créneau des cosmétiques, de la chirurgie esthétique, du luxe (statut social), de la littérature et des statuts sur Internet (exemple des blogueurs) ;
  • Besoin de s’accomplir : c’est l’avènement de soi, de pouvoir se réaliser.

marketing maslow
Ainsi, les marques essaient de répondre à ces besoins, mais aussi à satisfaire les désirs. En effet, le désir est finalement un besoin non satisfait, véritable challenge pour les entreprises !

Le marketing va ainsi avoir recours à de nouvelles méthodes… À découvrir dans le prochain article !