La Digitale - Pub mobile : trop intense, mais nécessaire - 22 juin 2016

Pub mobile : trop intense, mais nécessaire

Rédaction CB News MAGAZINE MARKETING

La Mobile Marketing Association France, en partenariat avec Numbate, LesMobilizers, l’organisation mobile du groupe Dentsu Aegis Network, vient de rendre public une étude intitulée « Publicité mobile : ce qu’en pensent les utilisateurs »…

On y apprend ainsi notamment que 60% des mobinautes français se déclarent « très souvent » ou « assez souvent » exposés à la publicité mobile et que 76 % la jugent « trop intense ». 62% par contre relèvent qu’elle est « nécessaire » au bon fonctionnement des sites. Et si 68% des mobinautes préfèrent les bannières en bas de page, 57% préfèrent les publicités natives. En outre, si 4 % des mobinautes déclarent être équipés d’un adblocker sur leur Smartphone, 19% déclarent avoir l’intention de s’équiper d’un adblocker sur mobile dans les 6 mois à venir.

Google Loves Me

Cependant, quelques motifs d’espoir sont pointés par l’étude : 38% des intentionnistes se déclarent prêts à changer d’avis après avoir pris connaissance de la relation entre la publicité et le financement des sites gratuits, tandis que 82% des mobinautes français sont prêts à installer un adblocker plus souple, « leur permettant de contrôler leur exposition publicitaire sur leur mobile », souligne l’enquête. L’intégralité de l’étude est consultable ici.

Méthodologie

Pendant la phase diagnostique, 1000 répondants équipés de Smartphone ont été interrogés sur leur expérience utilisateur face à la publicité mobile (étude opérée par D2D sur panel propriétaire 1 001 opinions). Lors de la phase expérientielle, 100 mobinautes experts ont testé l’application Fairblock, un bloqueur de publicité mobile développé par Numbate sensibilisant les mobinautes sur les conséquences du blocage de la publicité.