Best Of - 9 idées reçues sur la création de logo - 11 février 2016

5 commentaires pour l'article “9 idées reçues sur la création de logo

  1. Bonjour,

    Quel bon article !

    Le conseil #6 est très judicieux. Il ne faut pas être en amour avec nos créations, il faut faire preuve d’objectivité.

    Merci beaucoup,
    Nancy Sousa

  2. Créer un logotype est un acte éminemment stratégique pour une entreprise et son nom de marque, il répond à des impératifs de développement divers, commerciaux, marketing et de visibilité et exprime les valeurs et l’amibtion de la marque à destination de son public et de ses clients. Il contribue à la différencier de ses concurrents et à doter ses produits d’une notoriété qu’ils n’auraient pas sans nom de marque. Cet article, bien que posant des points de vue intéressants, ne pose pas l’importance de la création intellectuelle et artistique qui mérite d’être rémunérée. Ok pour le logo Nike qui fonctionne très bien depuis sa création mais c’est « l’exception qui confirme la règle ». Quand on parle de logotypes plus coûteux (Pepsi, etc.), la réalité des entreprises concernée n’est pas celle d’un artisan sans nom de marque, etc. Et le déploiement de cette identité est délicat. Pensez à l’exemple de Gap dont le nouveau logo n’avait vraiment pas du coûter cher (réalisé sur PowerPoint ?) puis abandonné. Le logo ne doit pas forcément être cher mais cela ne signifie pas pour autant que c’est un travail faiblement significatif pour une entreprise digne de ce nom à l’égard du public et de ses clients. Des idées reçues comme celles évoquées, nous pouvons en rajouter des dizaines ; à la première, je répondrai, qu’est-ce que que qui est cher ? Qu’entendez vous par là ? La valeur d’une entreprise se mesure sur de nombreux facteurs et son identité de marque procure une valeur ajoutée qui rejaillit sur ses employés qui sont sa force vive comme elle est bénéfique à l’identification de ses produits et à son développement pérenne. Tout cela, c’est du temps en réflexion, appréhension d’une entreprise dans son contexte historique et économique, échanges autour de ses valeurs et définition d’axes créatifs pertinents, audacieux et différenciants pour lui permettre d’être plus visible et plus forte sur son marché. Et contribuer à sa pé-ré-ni-té. S’arrêter au seul prix ou au fait que si on n’est pas bon en design en tant que donneur d’ordre (chacun son métier), c’est un peu, pardonnez moi l’expression, « tarte à la crême ». Il est possible de faire plus simple encore en commercialisant ses produits sous une marque distributeur ou en paquet neutre (pour un cigaretier) si l’on ne veut pas rétribuer un graphiste à la hauteur de son talent et de l’intelligence mise dans son travail à traduire la réalité d’une entreprise dans toutes ses dimensions ou presque. Rappelons également que la force d’une marque se mesure également à la faveur d’une ligne sur le plan comptable pour celles qui souhaitent la valoriser.

    1. Merci pour l’intelligence de votre réponse et le fait de prendre le temps de défendre notre métier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *