Best Of - Social TV : le second écran offrirait-il un avenir à la Slow TV ? - 19 octobre 2015

Social TV : le second écran offrirait-il un avenir à la Slow TV ?

Avez-vous déjà entendu parler de la Slow TV ? Ce concept consiste à diffuser pendant plusieurs heures des programmes « en temps réel » à la télévision et ainsi proposer une expérience unique aux téléspectateurs. La tendance du « Slow » n’est pas nouvelle. Déjà en 1986, en Italie, apparaissait la « Slow food », en opposition à la restauration rapide – fast food. La « Slow attitude » gagne donc également la télévision…

Le développement de la Slow TV

En 2009, la Norvège s’empare de ce nouveau format. Trajet en train, marathon de tricots, feux de bois, etc., nous sommes bien loin des productions hollywoodiennes dans lesquelles toute une vie peut être racontée en 120 minutes. Et pourtant, la moitié de la population norvégienne a visionné le programme Hurtigruten – minutt for minutt, une croisière de 134 heures diffusée à la télévision !

En France, la Slow TV apparait en 2014 avec le programme Tokyo Reverse diffusé sur France 4. Il suit un jeune homme qui marche dans les rues de Tokyo alors que toute la ville tourne à l’envers, le tout dans un programme de 9 heures sans interruption, mêlant esthétisme et évasion. Le second écran accompagne le programme puisque le personnage utilise Twitter, Vine et Instagram pour partager ses impressions.

Pour Bigger Than Fiction, l’agence de communication qui a accompagné le programme sur les réseaux sociaux, c’est un pari réussi. Elle a gagné la première place en Trending Topics pendant 12 h et comptabilisé 12000 tweets.

Le dispositif second écran et Slow TV

Voici un autre exemple : celui de Slow Moscow – Production Eden Doc pour France 4 – Dispositif transmédia par Bigger Than Fiction. En octobre 2015, le programme Slow Moscow est diffusé sur France 4 à l’occasion de la nuit blanche. Deux danseurs sont filmés en slow motion dans les rues de Moscou pour une balade télévisuelle de 6 heures. L’expérience se poursuit sur Twitter et Snapshat et le programme est enrichi par un dispositif transmédia proposé par Bigger Than Fiction.

Au total, 120 séquences vidéo ont été diffusées sur Snapshat lors de cette soirée. À chaque scène du contenu TV correspondait une Story et un message direct. Le public avait ainsi accès à un angle alternatif sur la chorégraphie et pouvait découvrir des éléments de making-of ciblés. Résultat : les stories ont été vues plus de 13 500 fois.

Sur Twitter, le nombre de publications émises par heure de programme dépasse même le score de Tokyo Reverse.

Slow-Moscow-Twitter

Réseaux sociaux compris = une Slow TV réussie ?

Alors que les Norvégiens ont été conquis par ces programmes télévisés au format lent, nous pouvons nous interroger sur l’avenir de la Slow TV en France et ailleurs. Cette tendance divise. Certains la trouvent effectivement ennuyeuse alors que d’autres semblent séduits par ce concept novateur qui bouscule notre rapport au temps. Mais une chose est sûre : le second écran, avec l’utilisation des médias sociaux, apporte un certain dynamisme à ce concept nouveau qui nous plonge dans une télé-réalité « Story » dans laquelle « Loft » et « Secret » n’ont pas leur place.

S'abonner à la newsletter
Laisser un commentaire