Actualité du mobile - Marketing mobile : Du Low cost oui, mais à quel « prix » ? - 13 juin 2014

Marketing mobile : Du Low cost oui, mais à quel « prix » ?

Lundi 7h45 : Fin mai, il pleut des cordes, la température frôle les 10°c. Je m’apprête à amener mon enfant à la crèche. Première déconvenue, le parking –trop petit– est complet. Slalom improvisé entre les gouttes : jeu dangereux qui me vaut une frayeur en glissant devant la porte d’entrée… J’ouvre énergiquement et tombe nez à nez avec un « embouteillage de minots ! »…

 

8h00 : Je patiente dans le hall tout en tentant de garder mon calme.

Training&Co'm

8h11 : Mon tour arrive : l’austérité de l’assistante pétrifie « petitou » qui laisse apparaitre ses premières larmes de la journée.

8h22 : Je ferme la porte en me disant qu’au final j’aurais dû choisir la crèche « service O parents » plutôt que celle « Low cost.. »

Réseau saturé, manque d’assistance et de services personnalisés, les forfaits Low costs des opérateurs mobiles répondent à des attentes clients recherchant la simplicité, la liberté mais surtout un tarif avantageux!

Gagne-t-on vraiment de l’argent en optant pour une offre Low cost?

Comment les opérateurs ont ajusté leurs stratégies pour répondre à cette mode du Low cost?

Opérateurs: « Faites vos jeux, rien ne va plus »

A ce jour, 44% des français possèdent un forfait mobile Low cost ! L’Arcep annonçait dans son « Observatoire » en mai 2014 qu’en un an le nombre de cartes Sim s’était accru de 5% en France, grâce notamment aux offres Low costs.

Les trois opérateurs principaux Orange, Bouygues, Sfr ont dû réadapter leurs stratégies commerciales pour faire face à l’assaut de Free en catapultant leurs offres sur le marché dans la précipitation.

Un dérapage finalement bien négocié

S’apprêtant à passer à la « 4ème vitesse », ces trois opérateurs ont dû rétrograder dans l’urgence en bifurquant vers la route du Low cost. Un virage à 90° qui impacte directement la carrosserie financière des groupes, contraints d’opérer une marche arrière délicate dans leurs stratégies marketing engageantes.

De peur de rester scotchés dans les Starting blocks, les trois pilotes appuient sur le champignon et créent une communication digitale customisée aux couleurs de leurs nouvelles « marques filles » :

Ciblant une clientèle jeune, Sfr profite du marketing viral pour lancer des vidéos décalées qui ravissent les 15/25 ans. Sosh surfe sur la tendance «Réseau Social, local et mobile » du moment. B&You joue quant à lui avec l’appétence sportive et festive des teen-agers.

http://youtu.be/Ie7tcUZaq7k PUB RED PISCINE

La « Success story » de Red sur Facebook  a permis non seulement de fidéliser (enjeu majeur sur des forfaits sans engagement!) mais aussi de conquérir de nouveaux clients, las de la complexité et des factures des formules concurrentes.

En intégrant la 4G et en cassant ses tarifs sur des  journées promotionnelles la marque s’installe logiquement en tête des opérateurs en ce mois de Mai.

Baisse de prix rime-t-il avec économies?

Faites des économies immédiates en souscrivant un forfait à 2,99€. Qui pourrait refuser une telle offre?

La mention « pour consommateur averti » devrait selon moi apparaitre sur le merchandising des offres Low cost avec quelques explications sur les conditions…

Débrouille-toi: le service digital (comprenez « pas de service client dédié au téléphone ») est réservé aux internautes aguerris. Attention au casse-tête quand vous voudrez contacter un conseiller par « web chat » ou obtenir une information sur votre facture dans l’urgence…

Equipe toi seul: la subvention mobile inexistante, acquérir un nouveau téléphone reste possible, mais au prix fort.

Paie le service: prêt de mobile en cas de problème, paramétrages, SAV technique…oui, mais payant.

Sfr, Orange ou Bouygues vous propose ici de choisir en toute connaissance de cause votre prochain forfait mobile.

Conclusion

Vous ne pouvez pas passer à côté : le Low cost est partout !

Frileux jusqu’à l’année dernière, les opérateurs mobiles ont pris le train Free en route pour conquérir les nouveaux clients « digitaux » voulant baisser leur facture à tout prix.

Même si les contraintes peuvent parfois refroidir les moins autonomes d’entre nous, il faut avouer que de tels tarifs pour un forfait mobile séduisent. Surtout quand on découvre que la fièvre du Low cost touche désormais les offres couplées Adsl et mobile…

http://www.youtube.com/watch?v=sV8hrKOtV9I