Best Of - L’importance des redirections lors de la refonte d’un site - 16 mai 2014

L’importance des redirections lors de la refonte d’un site

S’il est une erreur que l’on rencontre souvent lorsqu’on fait du référencement, et qui cause de nombreux dégâts, ce sont bien les redirections (ou plutôt l’absence de redirections). On ne mesure pas assez l’impact que cela peut avoir sur le positionnement dans Google, alors même que c’est un point fondamental lorsqu’on s’apprête à refaire son site. Petit tour d’horizon des bonnes pratiques en la matière pour vous éviter de grosses déconvenues…

La première question: mes URL vont-elles changer?

Lors d’une refonte, la première question à se poser en termes de référencement est celle des URL: vont-elles changer? Si non, vous pouvez souffler (en restant vigilant pour être certain que rien ne changera, c’est rare), si oui, alors il faut se mettre au boulot. Imaginez simplement que vous déménagiez de ville. Il vous faudrait en informer les services publics, votre entourage, tous les services commerciaux qui vous envoient régulièrement des courriers, afin que tout arrive désormais à la bonne adresse et ne finisse pas par revenir à l’expéditeur.

Sur le web, c’est strictement pareil, il va falloir informer les moteurs de recherche et les internautes que votre site déménage et que vos URL changent, sans quoi ils risquent de se retrouver dans une impasse. Une impasse qui va non seulement frustrer vos lecteurs, mais qui va surtout embêter Google, qui ne fera pas le liaison automatique entre les anciennes et les nouvelles pages. Vous risquez donc de repartir de 0, avec de nouvelles URL, des positions envolées, et de nouvelles pages qui mettent des mois à regagner les positions des anciennes (et encore, je suis gentil, ce n’est même pas sur que vous regagniez toutes vos positions). Voici donc une méthode simple qui permet d’éviter les principales erreurs et de faire en sorte que changement d’URL ne rime pas avec baisse de trafic.

Première étape: lister les anciennes URL

Commencez par lister toutes vos URL, et les différentes structures de ces URL. Articles (ou produits), catégories, pages spécifiques,… listez les tous sur un bon vieux fichier Excel, et commencez par définir des schémas d’URL (pour les produits par exemple, vous savez que la catégorie et la sous-catégorie sont appelées dans l’URL, tout vos produits sont construit de la même manière, ce qui donne www.nomdedomaine.com/categorie/sous-categorie/nom-du-produit.html.

Pour cette étape, vous pouvez utiliser un scraper, et des outils comme Screaming Frog ou Xenu pour avoir la liste de toutes vos URL.

Seconde étape: définir les nouvelles URL

Répertoriez ensuite les nouvelles URL. Pour cela, vous avez deux solutions: soit votre site est en preprod, et vous pouvez crawler le nouveau site et en extraire les URL, soit vous pouvez aussi construire ces URL à partir de 0, en définissant le schéma d’URL. Pour reprendre l’exemple précédent, vous savez que désormais vos URL de produits ne reprendront plus la catégorie, mais uniquement la sous-catégorie, et seront donc de ce type: www.nomdedomaine.com/sous-categorie/nom-de-produit.html. Le changement peut aussi concerner simplement l’extension de la page, qui passera de .html à .php.

Sachant que cette règle s’applique à l’ensemble de vos produits, cela facilite déjà les redirections futures et la façon dont nous allons organiser cela.

Troisième étape: construire le fichier de redirections

Une fois que vous savez comment seront construites toutes vos URL, vous devez passer à l’étape de la création des redirections 301 (dites permanentes). Cela se fait via le htaccess, en respectant une syntaxe bien précise (lire cet article très bien documenté à ce sujet, pour approfondir vos connaissances ou simplement appréhender le rôle et l’utilisation du htaccess). Dans notre cas, nous avons identifié un modèle de redirection, dans la mesure où il s’agit toujours du même élément qui disparaît dans l’URL, en l’occurrence la sous-catégorie. Il va donc être simple de créer une ou plusieurs règles qui permettront rediriger les pages sans pour autant ajouter autant de lignes que vous avez de pages.

Ainsi, sachant que ce n’est que le chemin du dossier qui change pour nous, voici la règle que nous pourrions utiliser:

RedirectPermanent /categorie/sous-categorie http://www.nomdedomaine.com/sous-categorie

Nous redirigerons ainsi tous les internautes arrivant sur une URL du type /categorie/sous-categorie (quel que soit ce qui arrive ensuite), vers une URL du type /sous-categorie. L’opération est à répéter autant de fois que vous avez de sous-catégories, et elles vous permettra de rediriger en quelques dizaines de lignes, les milliers de produits qui se trouvent dans ces dossiers.

Il ne s’agit ici que d’un exemple, mais vous aurez sans doute également à rediriger des pages une page une (dans le cas où aucun élément commun ne permet de créer une règle dynamique comme ici), le tout étant que 100% de vos anciennes pages possèdent une page équivalente sur le nouveau site (ou soit redirigée vers la page la plus pertinente, si l’ancienne page disparaît).

Quatrième étape: tester les redirections

Une fois que vos redirections sont en place, il est temps de les tester. En général, j’opte pour la solution du test en temps réel à des heures tardives ou des jours à peu de trafic, afin de voir pendant une dizaine de minutes si toutes les pages sont bien redirigées et si on n’atterrit pas sur des pages 404. Cela permet, avant même la mise en prod, de savoir si une règle pose problème (il peut vous arriver de causer une erreur serveur dite 500 et mieux vaut la corriger avant le jour J) et d’éviter les crash le jour de la sortie du site.

C’est aussi à ce moment que vous pourrez faire des corrections et des mises à jour dans vos redirections, etc.

Cinquième étape: mise en prod et suivi des 404

Dernière étape, la mise en production du nouveau site, et le suivi des redirections/positions/404 et du trafic. Monitorez bien ces indicateurs, car il sont cruciaux, et vous permettront d’identifier les erreurs que vous avez pu commettre, et/ou les redirections que vous avez oublié. J’aime bien en général lancer un outil de crawl sur le nouveau site pour identifier les pages d’erreur, et suivre quotidiennement le Google Webmaster Tools afin de voir les 404 qui remontent. C’est rare qu’il y en ait aucune, aussi ce sera à vous de corriger régulièrement ces pages en ajoutant les redirections nécessaires sur le htaccess.

Si tout se passe bien et que tout est bien paramétré, vous ne devriez rien sentir en termes de positions dans Google ou de trafic (à moins que votre nouveau site soit moins bien optimisé que l’ancien, mais c’est un autre sujet…), et Google devrait transmettre tout le jus, la popularité, et le positionnement des anciennes URL aux nouvelles, vous permettant de continuer à travailler tranquillement.