Best Of - Les 9 points incontournables pour séduire Google - 4 avril 2014

Les 9 points incontournables pour séduire Google

Tous les référenceurs savent qu’il y a deux volets bien distincts pour réussir le référencement d’une page sur Google : la création de liens entrants et l’optimisation sur la page en elle-même. C’est cette dernière qui nous intéresse aujourd’hui. Je vais vous détailler tous ces points à ne pas négliger pour un référencement naturel d’une page….

On parle ici de référencement naturel ce qui veut dire que l’on va chercher à plaire à Google de façon pérenne et on l’espère définitive. Pour ça il faut se rappeler l’objectif de Google :

Proposer du contenu pertinent de qualité à ses visiteurs

Et donc pour plaire à Google il faut plaire aux lecteurs. Voici comment plaire aux deux à la fois.

À chaque fois que l’on se pose une question de référencement il faut réfléchir à ce qui est naturel pour le lecteur.

Une stratégie de référencement d’une page se fait en trois parties :

  1. Choisir un mot clé à partir d’un sujet ;
  2. Écrire l’article sans penser au référencement (penser naturel !) ;
  3. Optimiser l’article pour le référencement.

Dans cet article je vais m’occuper du troisième point.

1. Fréquence du mot clé

Il fut un temps qui parait lointain maintenant, c’est celui ou Google était idiot. Il suffisait de s’arranger pour insérer le mot clé suffisamment de fois pour que Google le remarque. On trouvait régulièrement des pages avec une fréquence du mot clé de 5%.

Si vous ne vous rendez pas compte je vous assure que c’est énorme et que ça n’a rien de naturel. Une telle fréquence fait que le lecteur le remarquera immédiatement. Cela correspond à trouver le mot clé une fois sur 20 mots. Presque une fois par ligne !

Ce temps-là est révolu et aujourd’hui il est préférable de s’en tenir à une fréquence comprise entre 1,5 et 2%. Pour faire apparaitre votre mot clé utilisez des expressions de la longue traine. Ajoutez à cela quelques synonymes ou des termes proches.

Pour le mot clé « référencement », des synonymes peuvent être « SEO » (Search Engine Optimizer) ou « classement ».

Les termes proches seraient « SERP » (Search Engine Ranking Pages) ou « Google ».

Et les mots clés de la longue traine seraient « référencement naturel »,  « référencement payant » ou encore « méthode de référencement naturel efficace ». Bref vous avez compris.

2. Présence dans le titre

Insérer le mot clé dans le titre est une bonne chose. Le titre de la page est la première chose que voit le lecteur sur les pages de Google c’est donc logiquement que celui-ci y attache de l’importance.

Essayez de rédiger un titre de moins de 70 caractères pour qu’il soit visible en entier sur Google et insérez le mot clé au début avec des synonymes ou termes proches. Voici un exemple :

Référencement naturel : plaire au lecteur pour se classer sur Google

3. Présence dans les sous-titres

Comme pour le titre Google regarde avec attention les sous titres. Insérez votre mot clé dans un sous-titre puis des expressions de la longue traîne ou des synonymes dans les autres.

N’abusez pas où Google le repérera. Encore une fois pensez naturel.

4. Présence dans le premier paragraphe

Le premier paragraphe est celui de l’introduction, celui où vous allez expliquer de quoi parle l’article. Google le sait et il est logique de penser qu’il lui prête plus d’attention que le reste de l’article.

Vous allez donc devoir insérer votre mot clé dans le premier paragraphe de chacune des pages.

5. Présence dans la méta description.

La méta description est le texte qui s’affiche sous le titre dans les pages de recherche. Google utilisait ce texte pour trouver les mots clés mais ce n’est plus le cas puisque les référenceurs ont abusé de ce levier.

Est-ce que ça veut dire qu’il faut l’oublier ? Absolument pas !

La méta description fait partie des paramètres qui vont décider le lecteur à cliquer sur votre page ou non. Elle doit donc être attirante. Son seul objectif est d’inciter le maximum de lecteurs qui la voit à lire l’article.

Insérer son mot clé dans cette méta description est loin d’être inutile autant pour le lecteur que pour Google. Il est possible que ce soit encore un facteur pris en compte même s’il a moins d’impact qu’auparavant car encore une fois, ce qui plait au lecteur plait à Google.

6. Présence dans l’URL

Une URL donne également des informations au lecteur. Une URL du type :

www.agenceseo.com/referencement-naturel/referencement-onpage

est très explicite. Le lecteur sait de quoi elle traite, c’est donc tout naturellement que Google en tient compte.

Le principal est de mettre le mot clé dans la partie qui concerne la page. La partie concernant la catégorie éventuelle de l’article peut contenir des mots clés synonymes ou proches ce qui indique que le site traite le sujet sur d’autres pages.

Attention toutefois à ne pas se retrouver avec des adresses trop longues. Plus une URL est courte et plus elle est mémorisable pour les visiteurs.

Il faut également éviter les adresses paramétrées et incompréhensibles pour le lecteur.

7. Liens externes

Certains référenceurs ne font pas de liens vers l’extérieur de leur site de peur de voir leurs visiteurs s’en aller. La conséquence de cela c’est que Google voit le site comme un trou noir. Il y a des liens sortants mais aucun ne rentre.

Ne pas faire de liens vers l’extérieur n’est pas un comportement habituel

Le mieux est d’ajouter quelques liens vers des sites traitant d’un sujet proche. Il est préférable d’éviter les concurrents sinon le référenceur se pénalise tout seul.

Les meilleurs sites pour cela sont les sites d’autorité. Ce sites sont connus par tout le monde et possèdent de nombreuses pages vers lesquels vous pouvez mettre vos liens. Wikipedia ou les sites d’actualité du type lemonde.fr sont mes préférés.

N’oubliez pas de varier les liens et de garder cela naturel.

8. Longueur du texte

Je l’ai déjà dit mais je le répète : Google cherche ce qui est pertinent pour le lecteur.

Cela veut dire que pour se classer une page doit apporter quelque chose de valeur et cela ne peut pas être fait en 200 mots.

En ce qui concerne les articles écrits on remarque que la longueur moyenne des résultats du top 10 est croissante suivant leur position. Autrement dit, les articles les plus longs sont mieux positionnés.

Pour une vidéo ou une infographie il est plus difficile de juger la pertinence d’une page et Google va donc se fier également au nombre de partages sur les réseaux sociaux.

En bref, proposez du contenu de qualité et pour cela il faut prendre son temps.

9. Type de contenu

Comme je l’ai dit au point précédent, les textes ne sont pas la seule forme de contenu possible. La vidéo, les infographies, les podcasts ou toute autre forme de contenu imaginable sont possibles.

D’ailleurs une page qui ne se limite pas à un seul type de contenu mais qui propose des images et des vidéos par exemple est plus susceptible d’être utile au lecteur.

Profitez donc de la diversité du contenu pour rester naturel et ne vous limitez pas.

 wordcountcontent

Le référencement sur site n’est pas à négliger si l’on veut bien référencer une page. Il y a de nombreux paramètres à prendre en compte mais si l’on garde en tête que c’est le lecteur que l’on cible, les ajustements sont naturels.

Vous savez maintenant tout ce qui fait la qualité d’un référencement sur site et vous n’avez plus qu’à appliquer. Regardez les pages qui ne sont pas bien classées et reprenez les points un par un. Vous avez peut-être des pénalités Google qui peuvent être facilement supprimées. Revenez ensuite sur cet article et dites-moi quels changements vous avez appliqué.

S'abonner à la newsletter
Laisser un commentaire