Best Of - Monétiser son blog : quelques pistes de calculs de vos tarifs - 14 janvier 2014

Monétiser son blog : quelques pistes de calculs de vos tarifs

Aala Kanzali Auteur

Pour beaucoup de blogueurs, monétiser son blog est devenu quelque chose d’important, vital ou un objectif. Mais combien s’y prennent de la manière la plus optimale qui soit ? Atteignez-vous réellement le potentiel maximum de ce que vous pouvez obtenir, ou contentez-vous de ce que l’on vous propose ? Et si on en discutait ?

Monétiser son blog, c’est devenu tellement facile de nos jours. On achète a l’année un nom de domaine (disons pour environ 30 euros sur 12 mois), on y installe WordPress (parce que plus facile d’utilisation et surtout gratuit), on écrit du contenu, on fait un peu de SEO par ici et par là, du Social Networking et puis un beau jour ça arrive. Une entreprise nous envoie un e-mail, nous dis qu’elle aime ce qu’on fait et qu’elle aimerait insérer un lien dans l’un de nos articles contre rémunération. Là on est heureux parce que l’on se dit que les dizaines (voir centaines d’heures) passées à trimer vont commencer à payer. Et la majorité des blogueurs vont être dans ce cas.

Et c’est à partir de ce moment là que la différence entre les blogueurs va se faire. Pour schématiser et faire très simple : il y aura ceux qui prendront ce que l’on va leur proposer sans rechigner, et ceux qui vont négocier parce qu’ils sentent qu’il y a un potentiel monétaire plus fort. Dans quelle catégorie êtes-vous ? Si un annonceur vous propose 50 euros pour insérer un lien archivé dans vos articles allez-vous accepter ou alors négocier pour obtenir une rémunération plus en adéquation avec votre travail ?

Mieux chiffrer pour mieux vous vendre

Très souvent, des blogueurs débutants vont « tomber dans le panneau » et accepter la première offre qui va leur être faite, et souvent c’est parce qu’ils ne connaissent pas encore la réalité du marché (la loi de l’offre et de la demande) et qu’ils ne savent pas ce qu’ils peuvent faire et demander. Après tout, c’est normal non ? Qui va les aiguiller ? Les forums où personne ne donne de chiffres ? Les blogs où tout le monde dit ce qu’il faut faire pour monétiser son blog et sans dire à combien on peut le monétiser ?

Mais pourtant il existe une technique assez simple pour fixer un tarif déjà cohérent, sans prendre en compte tous les facteurs de votre blog et de marché. Il s’agit du « retour sur investissement ». J’entends par là que vous consacrez un certain temps à votre blog, des ressources (financières et matérielles) et que vous vous devez de pouvoir « financer » cela, sinon c’est que vous n’êtes pas dans l’optimisation de votre activité, voir que vous perdez votre temps.

Allez, pour illustrer cela, je vais faire quelques petits calculs :

Disons que vous payez 30 euros par an pour votre nom de domaine. 150 euros à l’année pour un service de newsletter, 30 euros par mois pour une connexion Internet. Et que ces 3 montants sont les seules dépenses que vous faites pour votre blog (je simplifie pour la clarté du calcul, à vous de vous adapter après). Cela représente donc une dépense annuelle de 540 euros.

Maintenant, disons que vous vouliez gagner 1000 euros par mois avec votre blog. Cela représente donc 12000 euros à l’année (+ les impôts, ce qui fera donc 15585 euros à l’année si vous êtes en auto-entrepreneur).

Donc 15585 euros de gains à réaliser c’est objectif, auquel il vous faudra ajouter 540 euros de dépenses. Cela fait donc un total de 16125 euros de CA d’affaires à réaliser sur une année si vous voulez obtenir un salaire de 1000 euros net par mois (après impôts et dépenses liées au blog).

16125 euros sur une année, représente donc 1344 euros par mois de gains à générer avec votre blog.

Disons maintenant que vous vouliez travailler exclusivement en vendant des liens aux annonceurs (c’est uniquement pour schématiser et faire plus simple). Et estimons votre potentiel à 5 liens insérés par mois. Il vous faudra donc vendre vos liens à 269 euros environs pour espérer faire votre chiffre d’affaire annuel qui vous permettra d’atteindre vos objectifs de revenus mensuels.

Vous comprenez donc ce qu’il vous faut faire pour faire une toute première estimation de vos tarifs de ventes sur votre blog. Bien sûr vous ne pourrez proposer ces tarifs qu’à la seule condition qu’ils en vaillent l’investissement pour les annonceurs. Maintenant il va donc falloir que vous vous concentriez sur la réalité du marché et la valeur réelle de votre travail.

Il n’y a pas que le Page Rank dans la vie

Très souvent lorsque l’on commence à blogueur et qu’un annonceur potentiel nous contacte, c’est pour insérer un lien dans nos articles. Le but pour l’annonceur n’est pas nécessairement de faire de la publicité pour un site Internet ou un produit mais plutôt d’obtenir un meilleur classement du site Internet cible sur les moteurs de recherches et notamment Google. Et pour faire leur sélection de blogs avec qui travailler ils doivent se baser sur des chiffres que Google utilise pour nous classer.

Ils n’ont pas accès à nos statistiques et ne peuvent voir que certaines informations. Celle qui est très souvent prise en compte est donc le Page Rank, car c’est une information disponible de tous. Mais ce n’est pas la plus pertinente, loin de là. Les annonceurs vont donc vous contacter parce que vous avez un Page Rank intéressant et parce que votre blog est dans la même thématique que celle du site Internet cible (ce qui apporte le plus de link juice donc). Et c’est là qu’ils vont vous proposer d’insérer un lien dans l’un de vos articles (ou un autre emplacement).

Pour beaucoup de blogueurs, se baser sur le Page Rank est essentiel lors des discussions avec les annonceurs. Or c’est faux, parce que le Page Rank n’est qu’une seule statistique sur des dizaines, et qu’elle ne révèle pas toute la qualité de votre blog. De plus Google change sans cesse ses algorithmes et de nouvelles données sont prises en compte. Alors proposez des statistiques plus « parlantes » à vos annonceurs, et vous verrez que vous serez en mesure de négocier plus facilement sur les tarifs, parce que vous pourrez concrètement montrer le « poids réel » de votre blog.

En plus du Page Rank, qui ne doit en aucun cas être la priorité, vous pourrez proposer les critères suivants :

  • Domain Authority : http://www.opensiteexplorer.org qui montre le  potentiel de classement de votre site sur les moteurs de recherches ;
  • Author Rank : http://beta.authorrank.org/ certes c’est un outil en phase beta mais il permet d’avoir une idée du niveau de votre authorship, facteur qui prend de plus en plus de poids aux yeux de google ;
  • Semrush Rank : http://www.semrush.com outil souvent utilisé par les professionnels pour faire un comparatif entre les sites Internet ;
  • PageRank : http://www.pagerank.fr/ si vous voulez quand même jouer dessus (attention je ne dis pas qu’il faille le négliger, je dis juste que ce n’est pas le plus important).

Une fois que vous avez ces quelques données chiffrées, vous serez en mesure de montrer aux annonceurs potentiels la réelle valeur de votre blog en terme d’aide au référencement pour eux (et là je parle bien d’une simple insertion de lien et non pas d’une publicité).

Au passage, je vous préconise de toujours négocier vos contrats pour une durée d’un an renouvelable. Ne prenez jamais des liens avec archivages illimités. Pourquoi ? D’une parce que financièrement c’est moins intéressant, de deux parce que si vous êtes sanctionnés par Google il vous faudra enlever le lien, et de 3 parce qu’aujourd’hui le site Internet vous convient, mais si demain il fait une très grosse connerie (allez disons pour caricaturer que son propriétaire est un nazi avéré et que c’est révélé au grand public) est-ce que vous voudrez toujours avoir ce lien sur votre blog et prendre le risque que certains de vos lecteurs l’identifie ?

monetisation-5

Les liens mais aussi de la publicité

L’autre point important, lorsque vous êtes contactés par un annonceur, est qu’il faille identifier très clairement sa demande et ses attentes. En effet, dans la majorité des cas, on va vous contacter, vous dire « hé vous pourriez insérer ce lien dans un de vos articles sous cette ancre ? ». Si c’est le cas, vous allez pouvoir vous limiter à ce que je dis un peu plus haut. Mais souvent, on va vous contacter et vous dire « Hé, vous pourriez écrire un article d’au moins 250 mots sur ce site Internet et insérer un lien sous telle ancre vers ce dit site ? ». Et là on est plus du tout dans la même catégorie de demande. Il ne s’agit plus d’une simple insertion de lien, mais d’une insertion de lien avec publicité. En clair vous devrez dire à vos chers lecteurs « Hé vous avez vus comment cette marque elle est trop bien ». Pensez-vous que vous deviez facturer le même tarif pour ces deux prestations ? Je ne crois pas non, loin de là.

En effet, facturer le même tarif pour ces 2 prestations reviendrait à faire une véritable hérésie et à offrir aux annonceurs un espace publicitaire gratuit (bah oui, vu que vous leur faites payer le lien au même tarif). Et plus votre blog sera populaire ou de confiance et plus l’annonceur aura à y gagner, alors pourquoi pas vous ?

Il existe une solution pour savoir à combien vous devriez chiffrer vos prestations. Tout simple, regarder et analyser ce qui se fait dans le secteur publicitaire dans le monde de la presse. Alors certes vous n’êtes pas le journal « Le Monde » ou je ne sais quel autre magazine, mais les tarifs qu’ils pratiquent donnent un ordre d’idée réel de la loi de l’offre et de la demande (qu’il faudra pondérer au monde du blogging).

Monétisation

On va faire un petit exemple pour schématiser (et vraiment schématiser sans plus) :

Disons que vous avez un blog de voyage et que vous vouliez vendre de la publicité au travers d’un article « sponsorisé » pour vanter les mérites d’une marque ou d’un produit lié au monde du voyage. Dans ce cas là je vous recommande de voir les données chiffrées de la régie publicitaire en charge du magazine « National Geographic ». Cela vous donnera un aperçu de ce que les marques payent pour faire de la publicité sur ce magazine :

Vous voyez de suite qu’il y a eu 106329 personnes atteintes sur l’année pour un tarif publicitaire à 15400 euros (restons au tarif le plus bas pour plus de réalisme). Ce qui revient à dire que chaque acheteur touché par la publicité à couté 0,14483349 euros à l’annonceur. Sauf qu’il faut aussi prendre en compte ce que l’on appelle le « taux de reprise en main » qui sera de 4,8 dans notre cas. Ce qui veut dire que la publicité à potentiellement été vue : 510380 fois. Donc le coût au vue est en réalité de 0,0301736 euros par vue.

Disons que vous vouliez vous baser sur ces données (après tout ce sont celles du marchés n’est-ce pas ?) pour établir votre tarif annuel pour vos annonceurs. Et bien, si vous pouvez leur garantir 10000 vues sur l’article sponsorisé sur une année, vous êtes en mesure de leur réclamer 10000 X  0,0301736 euros = 301,74 euros.

Je vois déjà ceux qui vont me dire que National Geographic n’est pas comparable avec un blog de voyage. Et je vais répondre que oui, mais il ne faut pas oublier certains éléments :

  • Le public est certainement le même (selon le blog en question) ;
  • Environ 40% des Internautes font confiances aux blogueurs plus qu’à des sites institutionnels ;
  • Un blog ayant un taux de confiance élevé, une bonne notoriété et une reconnaissance auprès de son lectorat peut avoir le même impact qu’un grand magazine, sauf que ce sera à plus petite échelle, d’où le fait qu’il faille ramener le tarif au nombre de vues ;
  • Combien d’entre vous seraient capable de mettre un nom sur les auteurs du National Geographic ? Combien d’entre vous seraient capable de mettre un nom sur les auteurs de blogs de voyages les plus influents ? Et oui, on personnifie plus facilement les blogs que les magazine, et on s’identifie plus facilement à eux.

Maintenant disons que votre annonceur veuille que vous placiez un lien dans un article publicitaire. Vous avez donc là deux prestations en une. Vous pouvez donc légitimement réclamer ce que vous aurez calculé dans la première partie (269 euros) à quoi il faudra ajouter ce que vous venez de calculer ici (301,74 euros) et vous obtiendrez votre tarif final (570,74 euros) qui sera assez proche de la réalité du marché, théorique. Vous pouvez aussi proposer un tarif préférentiel aux annonceurs prenant ce package combiné, cela dépendra de votre stratégie tarifaire.

Je dis réalité du marché théorique parce qu’il y a tellement de blogs sur le Net aujourd’hui que si vous pratiquez un tarif trop élevé, les annonceurs iront voir les blogueurs avec des tarifs beaucoup plus bas. La seule exception est lorsque votre blog est une référence sur votre domaine. Dans ce cas là, les annonceurs n’auront pas vraiment le choix et vous récupérez un peu de poids dans les négociations (c’est comme quand Coca-Cola négocie avec Carrefour, ou quand Mecca-Cola négocie avec Carrefour, on n’a pas les mêmes rapports et le même pouvoir).

L’autre point qui fait que je dis réalité théorique, c’est que la demande ne va pas toujours émaner de l’annonceur en personne. En effet, si l’annonceur vous contacte directement vous aurez plus de chances d’obtenir le tarif que vous allez réclamer. Par contre si c’est une agence marketing qui représente l’annonceur qui vous contacte, votre tarif sera plus bas en fonction de la marge que l’agence marketing va prendre au passage pour sa prestation. En clair il est préférable d’être en relation direct avec l’annonceur, car les gains peuvent être plus importants, et pas qu’un peu.

En tout cas, c’est dans cette partie et pour cette négociation uniquement que vous devriez mettre en avant les autres statistiques de votre :

  • Nombre de visiteurs unique par jour ;
  • Nombre de pages vues par visiteur ;
  • Nombre de fans par réseaux sociaux ;
  • Nombre d’inscrits à votre newsletter, avec taux d’ouverture et taux de clics.

Plus elles seront élevées et de qualité et plus vous pourrez négocier avec l’annonceur car vous pourrez lui montrer votre influence auprès de votre lectorat et dans votre domaine d’activité.

Twitter monétisation

Voila donc pour mes conseils en tarification des prestations de vente de liens ou publicité sur votre blog. Bien évidemment il y a d’autres façons de monétiser son blog et il ne faut pas se limiter aux deux que je cite ici (faites de l’affiliation, vendez vos propres produits ou services, …), mais ce sont souvent les plus accessibles pour tous. A vous de savoir bien les gérer pour être efficient dans votre monétisation et non pas simplement efficace. Si vous avez d’autres recommandations ou méthodes pour calculer vos tarifs je serais ravi de les connaître.