Entreprendre - Créer un réseau social et réussir son lancement - 27 novembre 2013

Créer un réseau social et réussir son lancement

Succès de Facebook

Le succès de Facebook est phénoménal et Marc Zuckerberg aura fait rêver plus d’un entrepreneur. Multi-milliardaire à 20 ans Marc est un modèle du genre, rejoint à moindre échelle par les créateurs des success story de ces dernières années: Instagram, Twitter, LinkedIn, Waze, Foursquare, etc. Tous ont réussis à imposer un nouveau réseau social et à devenir immensément riches très rapidement. Qu’est ce qui explique une partie de leur succès? Quels sont les points communs? Et pourquoi de si nombreuses autres tentatives de lancement de réseau social échouent?

Manipuler un concept pertinent

On ne peut pas créer un réseau social de n’importe quoi. Il faut en tout premier chef définir le concept manipulé par le réseau social et préciser les différentes actions qui peuvent être accomplies autour de ce concept.

Votre histoire d'amour avec le SEO commence ici

Quelques exemples de concepts pertinents et d’actions associées :

  • Facebook, concept : les amis et actions: partager avec ses amis ce qu’on aime, échanger des messages, rejoindre des communautés, etc. (voir nos astuces Facebook)
  • Twitter: concept: des mini-messages instantanées, actions: échanger, partager et diffuser sous forme de mini-message des instants de sa vie en continu (voir nos conseils d’utilisation de Twitter)
  • Instagram: concept manipulé: les photos instantanées, actions: échanger, partager et diffuser sous forme de photos des instants de sa vie en continu.
  • LinkedIn: concept: les relations professionnelles, actions: rester connecté avec ses relations professionnelles, partager son CV et ses compétences, (voir notre article recommandation sur LinkedIn )
  • Waze: concept: les trajets routiers, actions: les ralentissements sont automatiquement détectés par l’application, je signale les incidents sur la route, je partage mes trajets avec mes amis, etc. (voir notre analyse du succès de Waze)
  • Foursquare: concept: les lieux où je suis, actions: je signale les lieux où je me trouve, je donne mon avis sur les lieux, etc.

Si le champs des possibles en terme de concept semble illimité, tous ne sont pas aussi pertinents, ainsi je n’ai pas le sentiment qu’il existe de nombreux succès sur les concepts suivants:

  • Un transport. Un jour quelqu’un est venu me présenter son projet de réseau social manipulant le concept des transports en commun, en évoquant la vérité suivante, de nombreuses personnes passent plus d’une heure par jour dans les transports en commun, ils vont souhaiter se rencontrer. Je lui ai répondu qu’effectivement beaucoup de temps était passé voire perdu dans les transports en commun mais que cela ne faisait pas un concept de réseau social. En effet, encore plus de temps est passé dans un lit et aucun réseau social de lit n’a vu le jour. Quand on s’ennuie dans le métro, on peut aller sur les réseaux sociaux existants pour soit échanger avec ses amis, soit partager des mini-messages, soit construire son réseau professionnel, soit signaler où on se trouve et rencontrer des connaissances à proximité. Point n’est besoin d’un réseau social du métro pour socialiser dans le métro.
  • Une communauté professionnelle. De la même façon je suis assez sceptique par rapport aux réseaux sociaux internes à une communauté professionnelle, comme les réseaux sociaux des médecins, des avocats, des professionnels du digital, etc. Je n’ai pas l’impression qu’ils permettent d’apporter plus que ce qu’apportent les réseaux sociaux plus généralistes tels LinkedIn ou Viadeo sur lesquels il est possible de créer des communauté de professionnels. La sous-segmentation n’enrichit pas en soit la nature du concept manipulé de mon point de vue.
  • Une passion. A ce propos mon avis est un peu plus partagé, certaines passions manipulant des informations qui ne sont pas prisent en compte par les réseaux sociaux plus généralistes. Il peut ainsi être pertinent de réunir des passionnés autour des concepts que sont les carnets de plongé, les tableaux de chasse, etc. Ce n’est plus la passion qui est l’élément fédérateur mais un élément propre à la  passion qui nécessite un traitement qui lui est propre.

Atteindre la masse critique

Deuxième enjeu clé du succès d’un réseau social, c’est la masse critique. Un réseau n’a de la valeur que quand une certaine masse critique est atteinte. Il faut que mes amis, mes relations professionnels, mes pairs soient présents sinon à quoi bon communiquer et partager? Il faut qu’il y’ait d’autres personnes sur la route ou dans les lieux où je me rends sinon je ne bénéficie pas de la valeur ajoutée du réseau…

Ainsi, si vous disposez d’un bon concept et d’un jeu d’actions associées pertinentes, il vous faut maintenant élaborer votre stratégie pour atteindre la masse critique. Et souvenez-vous, celle-ci s’évalue de façon relative et non absolue. Ainsi pour lancer un service de téléphone par exemple, pour lequel on ne peut déployer que 100 lignes dans un premier temps, il vaut mieux commencer dans une ville de 100 habitants comme ça chaque habitant disposera d’un téléphone et pourra joindre à coup sûr ses voisins plutôt que dans une ville de 100 000 habitants où on ne pourra alors joindre qu’un voisin sur 1000. La valeur perçue du service sera alors beaucoup plus faible.

Il en va de même pour lancer un réseau social, et il vaut mieux que celui-ci soit très déployé sur une petite portion cohérente de sa cible que de façon diffuse sur l’ensemble de sa cible.

Ainsi, l’une des raisons majeures du succès de Facebook, par rapport à ses concurrents de l’époque, MySpace, Friendster, tient à sa stratégie de lancement:

  • d’abord l’Université de Harward ;
  • puis les universités de la Ivy league (les meilleures universités américaines) ;
  • puis toutes les universités ;
  • avant de s’ouvrir au monde.

Il faut savoir être bon sur sa niche avant de viser le monde. D’autres succès on d’ailleurs suivi le même chemin:

  • Instagram, n’a visé que la communauté des possesseur d’Iphone dans un premier temps ;
  • Waze a été lancé en Israël uniquement avant d’attirer l’attention de Google et d’être racheté pour près d’1 milliard d’euros.

Se concentrer au lancement

Ainsi, je ne saurais trop vous recommander de penser par étape, de viser grand mais de vous concentrer sur une cible étroite et facilement adressable dans un premier temps. C’est d’ailleurs vrai pour les réseaux sociaux mais aussi pour la plupart des projets. On ne peut pas être bon partout, dès le lancement! Et il vaut mieux savoir concentrer ses forces pour être plus efficace et atteindre une masse critique plus facilement.

Autre exemple, le lancement du film les Chtis, celui-ci a été fait en avant première dans le Nord de la France, auprès d’une cible toute acquise au film. Il a été ainsi d’autant plus facile de faire parler du film par la suite et de susciter un phénomène virale en s’appuyant sur cette communauté de fan.

Alors voilà, vous avez toutes les cartes en main pour réussir votre lancement de réseau social! C’est à la fois simple et très compliqué. Difficile de théoriser quand les succès sont finalement aussi rares. Pour ma part, la question de la masse critique m’a fait renoncer plusieurs fois et abandonner des idées qui me semblaient prometteuses… Et vous quel réseau social imaginez-vous?