Best Of - Pourquoi implémenter l’authorship sur votre site ? - 22 août 2013

Pourquoi implémenter l’authorship sur votre site ?

Le référencement et l’inbound marketing n’ont jamais été aussi proches que depuis les dernières mises à jour de Google. Avec Panda notamment, les éditeurs de sites se doivent de proposer des pages de haute qualité sous peine de sanctions. Pour clarifier, la firme de Mountain View a établi une liste de 23 questions à se poser pour être sur de proposer du contenu de qualité…

Récemment Matt Cutts a aussi affirmé dans une interview que travailler sa stratégie de liens n’était pas illégal en soi, mais qu’il était prudent de toujours mettre en avant la qualité. Selon ses propos, on comprend facilement que la prochaine cible de Google ne seront pas seulement les réseaux de fermes de contenu, mais aussi les prétendus guestblogs de faible qualité : « If people just move away from doing article banks or article directories or article marketing to guest blogging and they don’t raise their quality thresholds for the content, then that can cause problems. »

Donc, gare aux publications de médiocre qualité, copiées/ collées mécaniquement d’un blog à un autre.

C’est dans cet environnement qu’arrive en grandes pompes, et ce depuis quelques mois, l’attribution de paternité pour les contenus web . Mis en avant par Google et son attribut rel=author (un attribut similaire existe aussi pour associer un contenu à un éditeur – rel=publisher), l’idée n’est pas si contraignante qu’elle en a l’air et semble même en retard sur son époque. En effet avec l’émergence du web sémantique, on aurait pu s’attendre depuis longtemps à disposer d’ un système pour signer ses articles.

Snippet Authorship sur une requête Google
Snippet Authorship sur une requête Google = Plus de visibilité et de clics

Quand revendiquer la paternité d’une page?

De manière générale, toutes les pages web ne gagneront pas à être revendiquées (signées). En fait, tous les contenus que vous signeriez en format papier doivent être revendiqués également via l’attribut de paternité. Cela concerne donc les billets de blog, les présentations powerpoint (sur slideshare vous pouvez relier vos slides à votre compte Google si vous avez un minimum de 5 followers),

D’autres cas n’appellent pas à la revendication de paternité. En premier lieu, on évitera de signer les pages qui correspondent à des descriptions succinctes et peu développées comme peuvent l’être des fiches produits, ou des brèves d’info (de style dépêches AFP). Dans le cas d’une galerie de photos avec des légendes, le choix vous appartient et devrait s’appuyer sur la longueur du texte accompagnant l’image et sa valeur informative.

L'interface 'Structured Data Testing Tool' (SDTT) de Google
L’interface ‘Structured Data Testing Tool’ (SDTT) de Google

Que faire sur les pages à plusieurs auteurs ?

Dans le cas des pages multi auteurs, la prudence doit être de mise. Google ne gère actuellement pas les pages rédigées par plusieurs écrivains, et la présence de différentes balises d’attribution crée souvent des conflits rendant instable et imprévisible l’affichage du snippet dans les résultats de recherche. Qu’il s’agisse de forums où de commentaires sur lesquels votre signature pointe vers votre compte Google+, la probabilité que Google attribue la partenité à quelqu’un d’autre, ou à personne est grande. Sur certains forums anglophones, le snippet ne fonctionne tout simplement plus, si l’URL contient le mot forum.

Faites attention au contenu généré par vos utilisateurs en particulier sur vos blogs. Il est en effet possible de voler la paternité d’un article en insérant un lien vers un profil Google+ en commentaire d’un billet. J’imagine que dans le futur, Google devra restreindre le positionnement du lien dans une page pour qu’il soit pris en compte : dans le corps de l’article et pas dans les commentaires, par exemple . En attendant, il existe des solutions faites main.

Auteur ou Editeur ? Deux classements, Author Rank et Brand Rank.

Deux attributs existent et sont pris en compte par Google : celui décrivant un auteur rel=author (pointant vers un profil Google+ de personne), et celui décrivant l’éditeur d’un site rel=publisher (pointant vers une page Google+ d’entreprise). Bien que non encore officialisés par Google, deux classements semblent coexister officieusement : L’Author Rank et le Brand Rank. Le premier s’associe aux personnes par le biais de leur profil Google le second renvoie aux entreprises par le biais notamment de leur page Google+.

Le sujet est très complexe et il est difficile d’en faire le tour de façon exhaustive mais un conseil pour conclure : n’oubliez pas d’implémenter les dites balises sur vos sites web. Elles deviendront vite indispensables à votre notoriété et votre classement en ligne.