Best Of - Le Web 3.0 sera comportemental et individualisé - 29 juillet 2013

Le Web 3.0 sera comportemental et individualisé

Bien que définir le web par une version ne soit techniquement pas juste, cela a le mérite de marquer, théoriser et vulgariser les grandes évolutions de la toile. Si de nombreuses visions du web du futur existent déjà (Web des objets, Web sémantique …), je me suis prêté à cet exercice que je souhaitais partager …

Suite à la création du web (Web 1.0), la première grande évolution (Web 2.0) fut de donner au grand public la possibilité de diffuser du contenu et d’interagir facilement : CMS, réseaux sociaux, blogs … Suite à quoi est apparue une deuxième évolution importante : celle où le web s’individualise pour s’adapter à chacun de ses utilisateurs. Concrètement, ce progrès permet aux internautes d’avoir des contenus différents et adaptés à leurs attentes en fonction de qui ils sont.

1. Le constat

  •  Les internautes sont aujourd’hui surexposés à tous les niveaux : trop de publicités, trop de sites visités, trop de contenus, trop de sollicitation… Or, la majorité des informations affichées ne sont pas adaptées : qui lit toutes les actualités sur les sites d’info ? Qui est intéressé par tous les éléments affichés sur un site d’e-commerce ?
  • Les sociétés utilisent finalement très peu les informations qu’elles détiennent sur les internautes : pages visitées, durée de visite, préférences, appareil utilisé, heures et fréquence de connexion, historique d’achats …

En créant des matrices intelligentes, il est tout à fait possible de personnaliser les sites internet et applications afin de les adapter aux internautes et ainsi leur proposer davantage de contenus susceptibles de les intéresser

2. Exemples d’utilisations

Si à ma connaissance cette idée n’a pas encore été théorisée, l’évolution est déjà lancée puisque plusieurs sites et systèmes s’adaptent aux internautes :

  • Facebook : son fil d’actualité dynamique met en évidence les publications des amis et pages avec lesquels les utilisateurs interagissent le plus.
  • Google : les résultats de recherche font remonter les sites que nous visitons régulièrement.
  • Amazon : pionniers, ils mettent depuis longtemps en avant sur leur page d’accueil des produits sélectionnés en fonction de nos historiques d’achat et de navigation.
  • Retargeting : par emails ou par bannières, les régies de publicités peuvent nous re-cibler si nous avons visité un produit sans l’acheter.
  • Players vidéo : en fonction du débit de l’internaute, de nombreux players adaptent la qualité de la vidéo afin qu’elle soit la plus fluide possible.
  • Outils de chat : des outils (comme iadvize) permettent d’afficher une fenêtre de chat lorsque l’internaute en a besoin (long temps passé sur une page, important nombre de pages vues …) et que cela reste financièrement rentable (si le panier d’achats s’élève à plus de X€).
  • Dynamic pricing (cependant illégal) : lorsqu’un internaute (identifié via son IP) revient sur le site, les prix augmentent, dans le but de créer un sentiment d’urgence.

3. Idées d’utilisation

La personnalisation pourrait apporter une véritable valeur ajoutée dans certains secteurs, comme par exemple la presse :

  • En fonction de l’historique de navigation (pages vues et durée / page), certaines catégories de contenus remonteraient davantage sur la home page. Ainsi, si je ne visite jamais les articles liés à la finance, ils ne remonteraient plus ou beaucoup moins sur la page d’accueil du site.
  • De même que si je revisite le site et que j’ai déjà lu attentivement certains articles, ces derniers seraient moins mis en avant au profit d’articles complémentaires à ceux précédemment consultés.

En fonction du rapport coût / valeur ajoutée, la personnalisation pourrait également se retrouver sur certaines fonctionnalités. Voici quelques idées :

  • Identifier les supports utilisés et les heures de connexions pour visiter un site ou ouvrir un email, afin d’adapter les notifications envoyées  (mail adapté au support, notifications adaptées en fonction des habitudes …) ;
  • Créer un bloc personnalisé mettant en évidence un push d’aide, une promo non visitée etc … en fonction du temps passé sur les différentes pages du site ;
  • Mettre en avant des contenus différents en fonction du débit en situation de mobilité (éviter la vidéo si débit faible, diminuer les médias …).

Beaucoup de solutions sont imaginables et pas forcément compliquées à mettre en place …

4. Plusieurs limites

Si cette évolution peut réellement simplifier le web pour les internautes, elle soulève également de nombreuses questions :

  • L’identification de données aussi précises et aussi personnelles sur les internautes peut-elle être acceptée ? Comment doit-elle être sécurisée ?
  • Comment éviter les abus tels que la mise en place de prix différents en fonction des internautes (basés sur son historique d’achat, son nombre de visites …) ?
  • Comment trouver le juste équilibre entre le fait de personnaliser et celui de brider l’internaute en faisant disparaître toute « sérendipité ».
  • Et puis bien sûr, de nombreuses questions techniques : comment identifier les internautes : (compte, IP, cookies) ? Comment identifier plusieurs utilisateurs sur un ordinateur ?

Si cette vision du « web 3.0 » peut faire peur, je pense qu’elle peut apporter des solutions très intéressantes en simplifiant la navigation pour les utilisateurs et en augmentant l’efficacité de la communication des sociétés.

Est-ce que cette vision vous fait peur ou vous semble-elle plein d’opportunités ? Avez-vous une autre vision du « Web 3.0 » ?