Référencement naturel - Le nouvel outil de Google pour refuser les backlinks - 2 novembre 2012

Le nouvel outil de Google pour refuser les backlinks

Pour mon premier article sur Webmarketing & Co’m, je vous propose une petite mise au point sur une fonctionnalité toute neuve proposée par Google: le refus de liens entrants. Car cela commence à se savoir : depuis la dernière mise à jour de l’algorithme Google en avril 2012 – le fameux « Pingouin », les liens entrants (ou « backlinks ») de mauvaise qualité sont dans le collimateur !

Les messages d’avertissement envoyés aux webmasters ont alors ressuscité la crainte de voir son site descendre dans les abysses des pages de résultats de recherche à cause de liens considérés comme factices: fermes de liens, sites illégaux, ou n’ayant aucun rapport avec le votre, etc…

Training&Co'm

Mais alors, comment faire pour éviter la chute et nettoyer un backlinking qui serait trop… abusif? La réponse nous a été donnée par Google lui-même, avec la mise en place récente d’un outil de refus des backlinks, le « Disavow Links tool ».

Comment cela fonctionne-t-il ?

Mis à disposition de tous à chacun via les « Webmaster Tools » de Google, refuser des liens entrants devient presque un jeu d’enfant :

Il vous suffit de vous être connecté à votre compte Google puis d’accèder à l’URL suivante : https://www.google.com/webmasters/tools/disavow-links-main?hl=fr

Sélectionnez le site concerné, puis cliquez sur le bouton « Refuser des liens ».

Vous aurez alors droit bien sûr à un message d’avertissement. Si vous êtes toujours décidé n’hésitez pas à poursuivre en cliquant à nouveau sur « Refuser des liens ». Google vous demandera de charger un fichier texte contenant la liste des liens que vous souhaitez qu’il ignore dans son indexation de votre site.

Quelques conseils pour créer ce fichier :

  • le fichier doit être un simple fichier texte sans aucune mise en forme, je recommande donc d’utiliser le bloc-note Windows par exemple
  • faites donc une liste de toutes URLs dont vous souhaitez refuser les liens entrants, comme ceci :
http://sitedespam1.fr 

http://sitedespam2.page.com

domain:sitedespam3.fr (pour refuser des liens d’un domaine entier)

domain:sousdomaine.sitedespam2.com (pour refuser les liens d’un sous-domaine)

etc…
  • nommez votre fichier de façon claire, par exemple « liens-a-refuser.txt »
  • le fichier ne doit pas dépasser un poids de 2 Mo

Quand tout cela est prêt, vous n’aurez qu’à retourner à votre page pour refuser les liens, cliquer sur « Sélectionner un fichier » et choisir celui que vous venez de créer. Cliquez sur « Envoyer », voilà, c’est fait ! Un peu de patience cependant, puisque la vérification des liens soumis est faite manuellement par l’équipe Google et que l’indexation peut nécessiter jusqu’à plusieurs semaines.

Refuser des liens, une vraie bonne idée ?

Si je pose la question c’est parce que Matt Cutts lui-même, le gourou du webspam chez Google, nous avertit dans sa vidéo de présentation de l’outil que celui-ci ne s’adresse pas à tout le monde ! Si non seulement une mauvaise utilisation de cet outil peut vous pénaliser malgré votre bonne volonté, Matt Cutts insiste sur le fait que refuser des backlinks doit se faire en ultime recours, c’est-à-dire après avoir tout mis en œuvre pour « nettoyer » vous-même vos liens, à savoir en contactant les sites pointant vers vous dans la mesure du possible !

Autre précaution à prendre également : le choix des liens à rejeter ! Il s’agit de bien analyser quels liens entrants vous portent préjudice, au risque d’en supprimer certains qui n’étaient pas mal considérés par Google et donc de perdre leur bénéfice…

Je terminerais ce sujet en demandant si utiliser le « Disavow Link tool » de Google n’est pas faire aveu d’un backlinking essentiellement artificiel… ? Eh oui, si seuls les webmasters avertis sont censés faire usage de cette option, Google pourra identifier d’autant plus facilement quels sites sont enclins à tenter de tromper son algorithme… ! A bon entendeur…

Enfin, je vous conseille en complément la lecture des « Guidelines » données par Google au sujet des « Systèmes de liens », ou encore le visionnage de la fameuse vidéo sur le sujet de Matt Cutts.