Best Of - Facebook : serait-ce déjà la fin de l’épopée ou pas ? - 23 août 2012

Facebook : serait-ce déjà la fin de l’épopée ou pas ?

Marcel Abanda Auteur

Depuis son lancement, le réseau communautaire se présente comme le chef de file dans l’univers des réseaux sociaux. Si son ascension fulgurante et sa préférence pour de nombreux internautes ne font plus de doute,  sa longévité «au sommet» intéresse toujours autant…

 

 

N°1:voici pourquoi en 3 points

  • Le réseau social est « in »

Plus on en parle, plus les personnes souhaitent l’essayer. L’histoire du social Network a même été adaptée au cinéma. Parfois, on veut faire comme un copain de classe ou d’université, une amie, un collègue… Des personnes de tous les âges finissent par venir «liker», des plus jeunes aux seniors. Entreprises et autres personnes morales, hommes politiques, célébrités possèdent désormais leurs propres pages ou groupes de fans pour tester leur popularité ou e-réputation.

Formation Growth Hacking
  •  Un formidable outil de communication et de partage

A l’image de tout réseau social, Facebook répond au besoin de communiquer inhérent à tout être humain, aux entreprises et autres corporations. Le concept du réseau social crée en 2004 s’appuie sur la contribution individuelle et la sensibilité de l’internaute, indispensables d’ailleurs, pour la recherche et la diffusion « instantanée » de l’information via des liens, posts, likes…

Le prestigieux réseau social innove en matière d’applications et rend «unique» l’expérimentation et l’expérience des internautes. Ce qui est « funbook », c’est que l’internaute s’y amuse réellement. Il (re)essaie, si ça marche, l’expérience se poursuit. Dans le cas contraire, inutile de rester à la traine, puisque les autres y sont déjà parvenus. Alors, il se dit, difficile mais pas impossible, surtout que c’est nécessaire pour communiquer, développer une activité, un e-commerce. Par la suite, il ressaie seul ou avec l’aide d’un tiers, jusqu’à y parvenir (enfin!).

  • Facebook a fait des heureux avec son entrée en Bourse

Par delà la ruée suscitée par son entrée en bourse le 18 mai dernier, tous ceux qui y travaillaient (avant sa cotation en bourse) sont les mieux lotis. Cependant, Facebook devenu Cashbook, doit toujours « face up » à  de nombreuses critiques et peine à s’imposer comme un modèle économique à la bourse.

En bref : applications+ conversation en ligne + photo + vidéo+ (…)= échange d’informations + publicité+(…) = Facebook

Leader, pour combien de temps encore ?

Difficile à dire pour l’instant. A force d’être au sommet, on peut finir par attraper le vertige « comme les autres ! », arguent certains. Les pessimistes prévoient déjà un facebook « has been ». Le réseau social essuie au quotidien diverses critiques «qui semblent le rendre plus fort». L’article de Yoann Gilfriche résume très bien l’ensemble de celles-ci. Je les rappelle en quelques points, en actualisant bien sûr !

  • La bataille légendaire des brevets avec Yahoo. Inutile d’en faire cas aujourd’hui ;
  • le réseau reçoit des plaintes pour atteinte à la vie privée ;
  • Même s’il est leader, Facebook n’est pas / plus seul.

L’ascension du réseau social permet de relancer la concurrence des autres réseaux sociaux, incontournables pour une stratégie B2B ou B2C . Plusieurs réseaux adoptent cette tendance « fun » et conviviale, ils s’adaptent, se réforment ou se spécialisent. Myspace pour la musique, Youtube pour les contenus vidéo, Viadeo, Linkedin… et maintenant Digikaa pour les professionnels. Todobravo n’est pas en reste vu sa particularité à garantir le respect des  données personnelles. Que dire alors des réseaux sociaux Twitter, Pinterest, Scoop. It et  les autres?

  • Evolution parfois, non participative

Niveau évolution, les applications foisonnent sur le réseau : Opengraph, Appcenter, Timeline, etc. Toutefois, il appartient souvent aux internautes de les découvrir ou de s’y adapter, parfois sans manuel, ce qui n’est pas toujours aisé.

  • Une plateforme difficile pour les annonceurs

Entre création publicitaire et achat d’espaces, certains annonceurs ont du mal à évaluer l’efficacité réelle des campagnes publicitaires sur le réseau. Par conséquent, faire Liker et acheter à l’immédiat reste un pari difficile à tenir «même» sur facebook.  Difficile d’établir l’impact des likes sur un produit en termes d’achat immédiat. D’où, après « I like », l’éventualité d’un « I want » ou je veux sur le réseau social. Je veux, donc je peux « acheter » : de quoi rassurer certains sur le comportement des internautes.

  • L’influence digitale

«Une conversation d’une enfant de 9 ans avec un modérateur de 31 ans sur la page facebook d’une marque de toupie, ce n’est pas de la publicité, c’est de l’influence digitale» affirme alors Emmanuel de Saint-Bon dans un article paru dans le Figaro le 19 juin. Et voilà relancé le débat sur l’encadrement juridique des conversations en ligne et sur les rapports entre  la publicité et les enfants sur les réseaux sociaux.

Des prémisses qui  peuvent donner des sueurs froides, tout de même !

  • Le départ des talents

Le premier départ important de l’entreprise a laissé perplexe plus d’un. Bret Taylor, CTO officer chez Facebook depuis 2009, quitte l’équipe et devrait lancer d’ici peu sa propre entreprise. Il a contribué ces dernières années au développement des plateformes (Open Graph, App Center, Facebook Camera, intégration iOS…) et  à de nombreuses applications mobiles.

  • Trimestre difficile en bourse : un modèle économique qui peine à s’imposer

A Wall Street, l’action du groupe traverse une zone de turbulences. Fort de 955 millions d’utilisateurs,  le réseau a du mal à monétiser sa présence en bourse. Une semaine difficile pour le réseau social : ainsi peut-on qualifier la semaine qui s’achève en parlant de l’action facebook. De 38 dollars à son lancement en bourse le 18 mai dernier, l’action se situe au plus bas, 19,69 dollars. Et ce n’est pas fini selon certains analystes…  Etes-vous prêts à acheter une action facebook ? 

Bientôt, le milliard d’internautes dont l’avis compte!

Facebook est une marque commerciale. Par conséquent, l’avis de ses utilisateurs est important. Actuellement, vu le temps que les internautes y passent, le réseau semble toujours fun, voire inévitable pour converser, partager des millions d’expériences à travers le monde. Par ailleurs, par rapport aux autres réseaux, il est efficace en termes de visibilité d’un produit, d’une marque, d’une célébrité. A l’opposé, qu’arriverait-il, si l’on finissait par ne plus s’y intéresser ou à s’ennuyer ? Cependant, tel n’est pas encore le cas pour Facebook qui n’est qu’à une phase de son évolution…

En bref : applications + Conversation en ligne + photo + vidéo + (internautes)= échange d’informations + publicité+ (internautes) = Facebook

Malgré les critiques et en ce temps de crise, le réseau social innove sans cesse en applications et reste la « place to be». Pour combien de temps ? Tant que les internautes, qui sont de plus en plus mâtures s’y intéressent et s’y amusent et tant que l’entreprise fait des bénéfices. Certains le voient déjà comme l’outil du référencement futur.

Facebook, c’est vous et moi! Quelle est votre expérience facebook ? Le réseau vous fascine t-il toujours autant qu’à son lancement?  En tant qu’internaute, votre avis compte.