Best Of - Google Pingouin 1.1 : ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier - 7 juin 2012

Google Pingouin 1.1 : ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier

Google Pingouin 1.1 : ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier

Google ne se laisse pas aller en ce moment en nous sortant des mises à jour en veux-tu en voilà. C’était notamment le cas la nuit du 5 au 6 juin 2012 avec Google Pingouin 1.1. Et il a fait du mal à nouveau après la première mise en place intervenue le 25 avril.

Petit rappel sur Google Pingouin

C’est vrai qu’entre Panda et Pingouin, il est facile de s’y perdre. Pingouin est en fait un filtre contre la suroptimisation. Donc oubliez la triplette URL – Title – H1 avec votre mot-clé préféré, oubliez de temps en temps votre expression favorite dans vos ancres de liens, oubliez les techniques d’acquisition de liens trop faciles et qui n’apportent rien d’autres que du référencement. Il faut passer à la vitesse supérieure en pensant qualité ! On le dit depuis plusieurs années, mais maintenant qu’on se fait bouger dans les serps, il est temps d’agir. D’ailleurs, comme le montre le serpomètre, c’était avis de tempête hier.

Votre histoire d'amour avec le SEO commence ici

Les 5 crimes à ne pas commettre pour ne pas voir le Pingouin s’approcher

Avoir un site trop optimisé

Url, title, h1 bourrés de mots-clés. Pensez d’abord à vos visiteurs lorsque vous rédigez un contenu. S’il plait au visiteur, il plaira à Google.

Ayez une offre attractive avant de penser à la faire connaître. Plus vous ferez d’efforts pour bien présenter vos services, vos produits, et plus votre site sera de qualité. Ca parait simple, n’est-ce pas ? Mais c’est avec de nombreux tests que l’on arrive à optimiser son site : pensez ergonomie et accessibilité notamment.

Ne faire que des liens optimisés

On parle d’une limite à 50% de liens optimisés, mais il n’y a pas de vrai chiffre, le plus important est d’avoir un profil de liens naturel, donc quelques liens optimisés, d’autres sur de la longue traîne, et quelques uns sur des termes tout à fait désoptimisés (url, cliquez ici, voir le site, …).

Ne se servir que des plateformes à faire du lien

Les  communiqués de presse, les annuaires, les digg-likes, c’est bien beau, ce n’est pas difficile (même si ça demande tout de même de plus en plus d’efforts de rédaction). Mais est-ce que ça vous semble vraiment utile pour quelqu’un ces liens ? Pourquoi ne pas rejoindre l’équipe éditoriale d’un blog à forte notoriété spécialisé dans votre secteur d’activité par exemple ? Pour les sites e-commerce, il ne faut pas tout miser sur le référencement, il faut se servir de toutes les techniques d’acquisition de trafic à votre disposition : publicité (bannières, affiliation), comparateurs de prix, liens sponsorisés, …

Sortir de sa thématique

Quel intérêt y a t-il à écrire un article sur un site de cosmétique pour votre activité de diagnostiqueur immobilier ? Aucun ! Alors n’allez pas faire d’échanges de liens avec des sites hors thématique. Essayez de développer de vrai partenariat avec des sites complémentaires au votre : guest blogging, échanges de messages sur la page facebook, rubrique dans une newsletter. Tout cela vous aidera à développer votre notoriété, auprès des internautes dans un premier temps mais également auprès de Google par la suite grâce aux différentes interactions que les internautes pourront avoir à propos de votre site.

Se reposer sur ses lauriers

Si vous vous dites que tout est gagné quand votre site tourne bien, vous reculerez à coup sûr. Qui n’avance pas recule. Vos concurrents ne vont pas attendre eux, donc il vous faudra toujours être sur le pied de guerre et chercher à améliorer votre site, votre offre.

En bref

marketingCe discours a plus à voir avec du marketing qu’avec du référencement vous me direz, et vous avez raison. Mais c’est parceque le référencement ne peut pas être la seule carte que l’on joue, il faut miser sur toutes les techniques à notre disposition pour avancer. Et Google nous aide à le comprendre avec ses mises à jour de plus en plus fréquentes et intenses.

Vous l’aurez peut-être noté, mais les sites qui sont les plus touchés ne sont pas les e-commerce. La raison ? Souvent, ils ne mettent pas tous leurs oeufs dans le même panier eux !

Finalement, cette mise à jour de Google Pingouin 1.1 ne nous apprend pas beaucoup plus de chose que la première, si ce n’est qu’il faut penser plus globalement. Le référencement ne se suffit pas à lui-même.