E-commerce - Un pavé dans la mare des comparateurs de prix, Dweendle ? - 23 mai 2012

Un pavé dans la mare des comparateurs de prix, Dweendle ?

Un pavé dans la mare des comparateurs, dweendle
Lucie Pinzano Auteur

Un présence sur des sites comparateurs de prix est quasi-incontournable pour un site e-commerce s’il veut capter les 92% d’internautes qui consultent un comparateur de prix  avant un achat*. Ceci dit, le modèle économique des comparateurs de prix est de se rémunérer au CPC ce qui peut vite devenir peu rentable pour les marchands. Un nouveau venu, Dweendle tente de révolutionner le modèle

État des lieux du secteur des comparateurs

Comment fonctionne un comparateur de prix ?

Un comparateur de prix est avant tout une solution technique qui vise à faire correspondre à une recherche spécifique (Nikon CD340) ou générique (Appareil photo numérique) des résultats sous forme de fiches produit triées par prix.

Formation Growth Hacking

Le comparateur agrège des catalogues produits de marchands et indexe chaque référence produit dans son arborescence (schéma de navigation du site comparateur de prix).

Les résultats sont affichés en fonction d’un algorithme (formule mathématique) spécifique à chaque comparateur incluant différents indicateurs parmi les suivants :

  • Le coût par clic offert par le marchand sur le produit (CPC)
  • Le prix du produit
  • Les frais de transport
  • La qualité de la fiche produit (description, visuel,…)
  • La popularité de l’offre (le taux de clic)
  • La notation du marchand

Pour que votre catalogue de produit apparaisse dans les résultats de recherche des comparateurs, vous devez avoir mis en place un flux catalogue que le comparateur puisse récupérer et retraiter et bien sûr avoir fixé une rémunération cpc avec le comparateur.

Le rôle d’un comparateur de prix est de donc de proposer à ses utilisateurs les meilleures offres au meilleur prix et aux marchands un trafic entrant très qualifié (internautes en posture d’achat).

Les comparateurs de prix, qui sont-ils ?

Le secteur des comparateurs de prix est assez encombré (9 sites font plus de 2 millions de visites mensuelles).
Nous allons nous pencher sur le top 3 trusté par Le Guide, Shopzilla, Kelkoo. Les autres comparateurs de prix vont être par ordre d’importance: Shopping.com, Nextag, Ciao!, cherchons.com, touslesprix.com, achetezfacile.com.

  Le Guide.com

Visites mensuelles (février 2012) : 8 900 000 visites
Taux de transformation moyen : 1,45%
Valeur du panier moyen : 131,45€
CPC : de 0,14€ à 0,3€

Shopzilla

Visites mensuelles (février 2012) : 5 000 000 visites
Taux de transformation moyen : 1,36%
Valeur du panier moyen : 116,24€
CPC : de 0,05€ à 0,4€

Kelkoo

Visites mensuelles (février 2012) : 4 600 000 visites
Taux de transformation moyen : 1,44%
Valeur du panier moyen : 139,17€
CPC : de 0,03€ à 1,15€

A noter que Google shopping peut s’apparenter à un comparateur de prix même si ce dernier a fait le choix de proposer son service comme une fonctionnalité supplémentaire du moteur de recherche plutôt qu’en tant que site.

Il faut également distinguer les comparateurs de prix des guides d’achat comme Twenga. L’algorithme des guides d’achat n’est fixé que sur l’intitulé de l’offre, la description et le prix. Le CPC est fixe et est identique pour chacun des marchands.

En quoi Dweendle peut révolutionner le secteur  ?

Suite aux premiers retours, j’aimerai rappeler que Dweendle a seulement quelques mois d’exploitation au compteur versus des concurrents qui existent pour certain depuis 1998 ! Pour tester le concept, vous pouvez utiliser par exemple le jeu Mass Effect 3

#1 :  Une recherche multi-pays du produit le moins cher.

Dweendle se positionne comme un comparateur de prix mondial c’est à dire qu’il ambitionne au terme de son développement de fournir pour une recherche donnée le produit le moins cher au monde. Pour cela le comparateur calcule tous les frais annexes comme les taxes douanières et les taxes à la vente (TVA, GST, etc.) pour présenter un prix « toutes taxes comprises ».

L’autre point intéressant est la mise en avant de la notation des marchands qui permet de prendre en compte leur niveau de service autant que leur offre prix.

Maintenant les critiques: ouvert depuis quelques mois, le site présente des défauts de jeunesse tels qu’un moteur de recherche parfois approximatif et un parcours utilisateur qui manque de fluidité. Le site a choisi de se présenter comme un comparateur de prix généraliste au travers d’un moteur de recherche en page d’accueil plutôt que de fonctionner en ouvrant au fur et à mesure des catégories (on se souviendra qu’Amazon était au départ une librairie en ligne et que Pixmania était spécialisé dans le développement de photos en ligne) ce qui créer de la déception quand le catalogue n’est pas suffisamment complet sur certaines requêtes.

Pour l’instant, les pays ouverts sur Dweendle sont l’Angleterre, les USA et la France. Les catégories produits les mieux couvertes sont les produits culturels dont les prix varient beaucoup à l’international.

#2:  Un modèle économique innovant

Pour travailler avec un comparateur de prix, il faut investir techniquement pour rendre son catalogue « aspirable » sur les comparateurs. Ensuite, vous payez lorsqu’un utilisateur clique sur un de vos produits qu’il y ait un achat ou pas par la suite. Ce mode de fonctionnement présente le défaut principal de budgets qui peuvent très vite exploser et d’une rentabilité qui peut se dégrader, tout en demandant un investissement en temps pour surveiller les indicateurs.

Dweendle propose une rémunération non plus basée sur le clic mais sur le nombre de produits que vous souhaitez référencer et sur le nombre de pays ciblés (Dweendle couvre l’ensemble de l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Australie). Le modèle économique est celui du freemium puisque en dessous de 1500 références, vous avez accès au service gratuitement. Au delà, la rémunération est basée sur un tarif mensuel fixe.

=> Dweendle va t’il faire plouf ou éclabousser les autres comparateurs de prix ? A vous de juger !

* Pour poursuivre la lecture, vous trouverez une interview des jeunes fondateurs de Dweendle.com

*Etude de Lengow parue en février 2012.