Best Of - Le tracking des emailings avec Google Analytics - 17 août 2011

Le tracking des emailings avec Google Analytics

Arnaud Briand Auteur

La méthode de tracking UTM de Google Analytics dupliquerait les URL. En cas d’utilisation de l’ancre « # » à la place du paramètre « ? », quelle précaution prendre ? Que nous dit Google Analytics, et si le contenu est dupliqué, est-ce que Webmaster Tool peut nous venir en aide ?

Google Analytics permet de tagguer manuellement, via la méthode UTM (« Urchin Tracking Method »), des liens de campagnes (liens partagés sur Twitter, liens dans une newsletter, un emailing, un document PDF en ligne, etc.).

Google Loves Me

En effet, dans le cas d’un emailing ou d’une newsletter, si un routeur (Email Vision, Experian CheetahMail) gère l’envoi de votre newsletter, les statistiques qu’il vous fournira se limiteront aux clics dans celle-ci. Le seul moyen de connaître le comportement des internautes après le clic dans votre newsletter est de tagguer chaque lien avec la méthode UTM Google Analytics, et les 3 variables obligatoires :

  • utm_campaign
  • utm_medium
  • utm_source

Ces 3 variables permettent de suivre le comportement post-clic, comme le montre la capture ci-dessous.

Les internautes qui ont cliqué sur la publicité présente dans la newsletter du site e-commerce de rooibos ARBADEA  ont ensuite visité plus de 5 pages, pour un temps passé de près de 3 minutes et un taux de rebond de seulement 22%. Associé à des objectifs ou aux rapports Ecommerce, le taggage manuel des liens offre également de très intéressants insights.

Anatomie du lien de tracking

Pour cette publicité, le lien de tracking ressemble à ce qui suit : http://www.arbadea.com/gamme/?utm_source=Newsletter_Mars2010&utm_medium=Email&utm_campaign=Pub_Infusettes

Les 3 variables obligatoires sont bien présentes, avec l’esperluette « & » comme séparateur et le « ? ». Le seul souci est le fameux point d’interrogation.

Récemment, j’ai été confronté à un client qui remplaçait le séparateur « ? » par un « # » (dièse), lequel n’est pas pris en compte par les moteurs. Le dièse permet d’ancrer un lien dans une page, et se retrouve donc en dehors du champ de crawl des robots des moteurs.

L’ancre permet d’éviter la duplication de contenu au cas où une URL présente dans un emailing se retrouve indexée par Google. Cela arrive régulièrement avec les liens taggués sur Twitter !

Une URL de type http://www.arbadea.com/gamme/?utm_source=Newsletter_Mars2010&utm_medium=Email&utm_campaign=Pub_Infusettes duplique donc l’URL de la page http://www.arbadea.com/gamme/. Le dièse permet d’éviter cet écueil.

Ce client me demande alors pourquoi les liens taggués ne remontent pas dans Google Analytics.

Modifier le code de tracking Google Analytics

Si le dièse n’est pas pris en compte par Google, celui-ci implique également une modification légère du code de tracking Google Analytics (GATC).

Par défaut le GATC asynchrone se présente comme suit :

<script type="text/javascript">
var _gaq = _gaq || [];
_gaq.push(['_setAccount', 'UA-17430952-1']);
_gaq.push(['_trackPageview']);
 (function() {
  var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript';
  ga.async = true;
  ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js';
  var s = document.getElementsByTagName('script')[0];
  s.parentNode.insertBefore(ga, s);
})();
</script>

Si vous utilisez le dièse dans vos URL tagguées, alors vous devrez ajouter la fonction « _setAllowAnchor », laquelle donnera l’ordre à Google Analytics de vérifier la présence des paramètres après le dièse. Avec le code asynchrone vous devrez ajouter la ligne suivante :

_gaq.push([‘_setAllowAnchor’, true]);

Ce qui donnera :

<script type="text/javascript">
var _gaq = _gaq || [];
_gaq.push(['_setAccount', 'UA-17430952-1']);

_gaq.push([‘_setAllowAnchor’, true]);

_gaq.push(['_trackPageview']);
 (function() {
  var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript';
  ga.async = true;
  ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js';
  var s = document.getElementsByTagName('script')[0];
  s.parentNode.insertBefore(ga, s);
})();
</script>

L’ajout de cette fonction permettra de faire remonter les informations UTM dans la console Google Analytics.

Et, comme le souligne Sylvain Lembert dans le sujet « Mesurer facilement le temps de chargement de vos pages avec Google Analytics », il ne vous restera qu’à ajouter la ligne _gaq.push([‘_trackPageLoadTime’]); pour savoir si vos pages web se présentent rapidement à vos visiteurs, ce qui donne le code ci-dessous :

<script type="text/javascript">
var _gaq = _gaq || [];
_gaq.push(['_setAccount', 'UA-17430952-1']);

_gaq.push([‘_setAllowAnchor’, true]);

_gaq.push(['_trackPageview']);

_gaq.push([‘_trackPageLoadTime’]);

 (function() {
  var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript';
  ga.async = true;
  ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js';
  var s = document.getElementsByTagName('script')[0];
  s.parentNode.insertBefore(ga, s);
})();
</script>

Si cela était vrai il y a un an, une récente investigation outre-Manche me permet aujourd’hui de douter de l’intérêt du dièse dans les URL tagguées avec la méthode UTM.

John Hickling, de l’agence Blueclaw, me répond, dans le billet « 5 Optimisation tips for Google Shopping Search Results », que Google ignore sans aucun doute les paramètres UTM dans la chaîne de caractères.

Une récente discussion sur le Google Webmaster Central dit pourtant le contraire.

Qu’en pensez-vous ? Comme le dit John Hickling, reste le salvateur Google Webmaster Tool dans les paramètres d’URL, qui permet de contrôler les URL de son site web.