Community management - Le jour où j’ai chassé l’album de Raphaël - 30 septembre 2010

Le jour où j’ai chassé l’album de Raphaël

Invité Auteur

A l’occasion de la sortie du  nouvel album de Raphaël, Pacific 231,  EMI a eu l’idée géniale d’organiser  sur paris le 24 septembre, une chasse à l’album. Un dispositif promotionnel s’appuyant sur les réseaux sociaux : Twitter + Foursquare +  Facebook. Bien que n’étant pas fan de Raphaël,  je me suis prise au jeu et j’ai participé à cette chasse à l’album. Voici mon retour sur cette expérience que j’ai trouvé globalement réussite…

1) LA PHASE TEASING

La veille, je découvre via un tweet  le flyer de l’opération.

J’aime  alors:

  • Le coté novateur. Si des initiatives de ce genre ont déjà été vue de l’autre côté de la manche ou de l’atlantique, en france dans le secteur de la musique, c’est une première.
  • Le mélange réseau social + real life qui au-delà de l’aspect buzz peut faire vivre une expérience aux fans.
  • Les moyens.  J’ai l’habitude de voir les grosses majors offrir sur leurs comptes twitter/facebook de maigres dotations qui ne volent pas plus haut que 2 cds offerts. Vous connaissez surement le traditionnel « j’offre deux cds, aux premiers qui.. ». Bref, ici EMI se donne les moyens pour faire 100 heureux.
  • Le concept. Qui n’aime pas les chasses aux trésors? Vous saviez d’ailleurs qu’il existe des sites entièrement dédiés à ça?
  • L’utilisation des codes twitter in real life. Il faut en effet follower @Emimusicfrance sur twitter et IRL (in real life). Vous suivez?

J’ai trouvé dommage :

  • Que  les hashtags choisis en amont (#Pacific231 #FollowFridayBoys) n’apparaissent nulle part sur le flyer
  • Que l’opération de teasing n’ait pas été commencée plus tôt. Le compte officiel n’en fait mention que deux jours plus tôt.
  • Qu’il n’y ait pas eu une meilleure combinaison du off et online. Pourquoi ne pas avoir semé un peu partout dans paris ces flyers ?

2) LE DEROULEMENT

Tout au long de la journée, les followfridayboys tweetent leur parcours. La mayonnaise a l’air de prendre. Les fans se prennent au jeu,  traquent et au final jubilent le graal entre les mains.

J’ai aimé:

  • Rencontrer les « true » fans de raphael, ravis de cette initiative
  • Les followfridayboys vachement sexys et leur tenue complètement raccord avec pochette de l’album
  • L’utilisation efficace de twitter : RT, Replies,  Retweet de fans, réponse aux fans, localisation, teasing
  • Le fait que facebook n’ait pas été délaissé. Certainement pour donner une caisse de résonance plus ample à l’opération.

J’ai trouvé dommage:

  • Que Foursquare n’ai pas été mieux exploité. J’ai eu du mal à trouver les followfridayboys.

3) CONCLUSION

Si ce lancement est clairement inspiré d’opération telles que « le catch me if you can » de Levis, EMI a en mon sens réussi le pari en emboitant le pas à ses collègues de l’industrie musicales.

Certes la chasse à l’album était perfectible mais j’applaudi la réactivité d’un gros label qui une fois n’est pas coutume s’adapte à ses consommateurs et à leur mode de consommation. Qui sera le prochain ?

Ps : Comme je ne l’ai fait que pour le plaisir du jeu et que je ne veux pas priver un vrai fan de Raphaël de son trésor, j’offre ici l’exemplaire que j’ai sportivement remporté. Laissez vos commentaires et nous tirerons au sort l’un d’entre vous.


Noëlla Ligan @noellaL