Référencement naturel - Pagerank : On a beau se dire que cela ne sert à rien, quand il n’est plus là il nous manque - 23 mai 2008

Pagerank : On a beau se dire que cela ne sert à rien, quand il n’est plus là il nous manque

Sylvain Lembert Fondateur Webmarketing & co'm

Même si l’on sait que le Pagerank affiché dans la Google Barre ne reflète par forcément la réelle popularité du site, celui-ci étant calculé en temps quasi réel et n’étant, désormais, qu’un facteur parmi tant d’autres dans l’algorithme de classement. Lorsqu’il n’est plus là on s’inquiète, bon moyen pour Google de mettre la pression pour respecter ses Guidelines…

Il y-a quelques semaines, le blog perdait 2 point de Pagerank, je ne m’en suis pas aperçu tout de suite, étant donné qu’il n’y a pas eu de répercussion sur le trafic. Il me semble qu’Accessoweb a eu le même soucis aussi il y-a quelques semaines, il a vu son Pagerank passé à 3.

J’utilisais Linklift pour vendre des liens, la liaison a vite été faite. Malgré le fait que le code généré par Linklift n’est pas forcément détectable par rapport à d’autres liens classiques, ceux-ci sont repérés par Google. Peut être grâce à une liste de sites utilisant ce service pour acheter des liens. De toute façon, dés le lancement de Linklift, on savait bien qu’un jour ou l’autre cela ne fonctionnerai plus (Cf. Post Linklift l’achat de lien en français).

Après une suppression du script Linklift et une demande de rééxamen du site par Google, deux jours après le Pagerank repasse à 5. On notera quand même la bonne réactivité des équipes se chargeant des rééxamination chez Google.

On le savait déjà que la vente de liens était sanctionnée mais Linklift est tout de même un bon moyen pour monétiser son blog de façon facile. Même si on voit bien que le Pagerank affiché n’a pas d’impact sur le trafic, paradoxalement, il en a indirectement sur la monétisation d’un blog.

En effet, les régies dédiées aux blogs, par exemple celle de rédaction de posts sponsorisés telle Ebuzzing prennent en compte différents critères pour évaluer un blog et lui proposer les campagnes en conséquence. Parmi ces critères, on retrouve par exemple : l’Alexa rank, le Technorati rank, les visites mensuelles, le nombre d’abonnés au flux RSS et bien souvent notre très cher ami le Pagerank.

Sur Ebuzzing, coté annonceur, lorsqu’on définis sa campagne, on indique un Alexa Rank minimum, un Technorati rank minimum et un Pagerank minimum. Résultat, après une baisse de Pagerank, le blog ne remplis plus forcément les critères définis par l’annonceur et a accès à moins de campagnes.

Donc oui le Pagerank affiché ne sert pas forcément à grand chose concernant le référencement naturel mais il est bien utile pour monétiser son blog et convaincre les partenaires pour des échanges de liens.

C’est dans ces situations qu’on voit que le monopole de Google est problématique et que celui-ci n’a des conséquences pas uniquement dans le référencement naturel mais de façon globale concernant l’emarketing. Pas toujours évident de monétiser son blog, la vente de liens via Linklift représentait une partie non négligeable des gains du blog, ce n’est pas les Adsenses Google qui vont compenser la perte. Donc merci Google 🙂

Posts liés : Nelinking : l’achat de liens et Guidelines, Achat de liens, des fois que ça ne soit pas assez clair, Linklift l’achat de lien en français, Google sanctionne officiellement les sites vendant des liens.