E-commerce - Inclusion de Del.icio.us dans les résultats de Yahoo et réflexion sur l’évolution du référencement - 20 janvier 2008

Inclusion de Del.icio.us dans les résultats de Yahoo et réflexion sur l’évolution du référencement

Sylvain Lembert Fondateur Webmarketing & co'm

Vu sur Techcrunch, Yahoo serait entrain de tester l’inclusion du service de bookmark Del.icio.us dans ses résultats naturels. Ainsi pour chaque site présent dans les résultats, on aurait le nombre de personnes ayant bookmarké le site en question. Google avec Feedburner pourrait faire de même, qu’en est t’il de l’influence de ce genre de paramètres dans le référencement…

Delicious dans les résultats de Yahoo

Ainsi en dessous de chaque résultat on a la mention suivante : xx people bookmarked this page avec une icône del.icio.us à coté. Par contre Yahoo ne communique pas sur l’effet qu’aura ou non del.icio.us dans l’algorithme de classement.

Votre histoire d'amour avec le SEO commence ici

Les moteurs voient au fil du temps leur résultats manipulés par certains référenceurs. Au début via les balises méta ou les pages satellites, ensuite par l’industrialisation des échanges de liens. A chaque fois les moteurs trouvent une alternative. L’importance accru des liens au moment des abus concernant les métas… plus récemment, la perte de l’importance du pagerank pour privilégier le netlinking de qualité à celui industriel.

Inclure des indicateurs qualitatifs sur lesquels les référenceurs ne peuvent pas influer : nombre d’abonnés RSS, nombre de bookmarks d’un site… peut être une des solutions à envisager par les moteurs. Google avec le rachat de Feedburner et Yahoo avec le rachat de Del.icio.us s’en donnent en tout cas les moyens.

En divergeant un peu, ça donne une tendance du futur du référencement : de moins en moins technique et de plus en plus marketing…

Au début du référencement, celui-ci était à 90% technique et 10% marketing : algorithme facilement détournable, peu de critères qualitatifs…

Puis 70% technique, 30% marketing : importance de l’échange de liens, audit sémantique plus poussé à cause des recherches plus pointues des internautes et par nécessité à cause de la concurrence accrue dans les résultats des moteurs. 10 place en premières pages c’est peu face à de plus en plus de sites optimisés…

Désormais on arrive plus à une répartition 50/50 le coté marketing prend autant d’importance que le coté technique : sémantique toujours plus poussée, netlinking de meilleure qualité s’apparentant plus à de la recherche de partenariat classique, travail de la popularité du site non pas par le nombre de liens mais par le nombre d’abonnés ou de favoris, importance des médias différents (vidéos, articles éditoriaux, image…) via la recherche universelle…

Les moteurs appellent cela l’amélioration de l’expérience utilisateur, les référenceurs doivent s’adapter en utilisant de plus en plus leurs compétences marketings au dépit de leurs compétences techniques.