Les réseaux sociaux s’emparent de la recherche d’emploi

Aujourd’hui, tous les moyens sont bons pour trouver un emploi, comme les réseaux sociaux qui sont devenus des outils incontournables. Focus sur les nouveaux leviers du Web social en faveur des demandeurs d’emploi (et des entreprises) et sur la manière dont ils en tirent parti…

Twitter plébiscité

D’après Twitter lui-même, « 1 utilisateur sur 3 se sert déjà de la plateforme à des fins professionnelles, mais pour 83 % d’entre eux, c’est d’abord pour faire de la veille générale ». Une étude publiée le 10 mai 2016 souligne que « 32 % des personnes à l’écoute du marché ont un compte Twitter (dont une forte proportion de cadres) et près de 50 % d’entre elles utilisent l’outil pour réaliser une veille professionnelle ».

Il y a plusieurs niveaux de pratiques dans la quête de l’emploi sur cette plateforme, mais les tweets ou retweets d’offres représentent 39 % des actions des utilisateurs. Et alors que de nombreux candidats postulent des emplois repérés sur Twitter, la prise de contact « demandeur d’emploi / employeur » en direct y demeure une pratique plus marginale.

Les comptes Twitter des sites traditionnels (Apec, Pôle Emploi, etc.) sont toujours appréciés, tout comme les sites Web d’emploi généralistes. Mais certaines entreprises possèdent un compte Twitter dédié à leurs offres et aux métiers, comme c’est le cas de BNP Paribas, RATP ou encore Orange. Le site de microblogging a fourni les preuves qu’il constitue d’ores et déjà un outil puissant pour l’emploi, ce que confirme l’initiative probante du collectif #i4Emploi.

LinkedIn vs Viadeo

« 60 % des membres LinkedIn sont à l’écoute d’opportunités professionnelles sans être en recherche active d’un nouvel emploi », tandis que « 80 % des candidats sont passifs ». Un paradoxe pour le numéro un des réseaux sociaux professionnels. Si Viadeo semble plus en retrait (alors qu’il compte tout autant d’inscrits que LinkedIn), c’est que l’activité y est moins importante que chez son concurrent. Le rachat de LinkedIn par Microsoft risque donc de confirmer la domination de la firme californienne…

Du côté de la méthode de recherche d’emploi sur ces plateformes, peu de place est laissée à l’instantanéité : un profil complet avec une ligne éditoriale soignée constitue la base. Le reste est une affaire de bonnes pratiques : réseautage, interactions, mais aussi publications (l’intérêt de LinkedIn Pulse). Les offres candidats (payantes) et les fonctionnalités avancées de ces deux plateformes (les onglets recrutement, Viadeo Job Advance, LinkedIn Talent Solutions…) sont autant de leviers au service de l’emploi.

Le cas Facebook

On y dénombre de nombreux groupes autour de l’emploi sur lesquels les membres publient et relaient des offres, des bons plans, des conseils. Il arrive que les internautes publient leur demande d’emploi… et parfois, cela fonctionne. Comme sur Twitter, des pages entreprises sont dédiées au recrutement – l’exemple de la SNCF − et ces dernières ont aussi la possibilité depuis 2015 de publier des offres via un onglet « offres d’emploi ». De plus, dans certains secteurs, des pages Facebook peuvent être consacrées au recrutement.

Toutes ces plateformes sociales n’ont cependant pas détrôné le site Leboncoin qui est le premier site privé d’emploi en France : 200 000 offres en ligne sur les 500 000 à pourvoir en France à un instant T.

RH 2.0, marque employeur et Web social

La page de l’entreprise est perçue comme un mini-site sur les plateformes LinkedIn, Viadeo ou Facebook : branding, informations pratiques, collaborateurs, actualités de la société, sans oublier les rubriques « carrières » (LinkedIn et Viadeo). C’est pourquoi les professionnels ont intérêt à apporter beaucoup de soin à leur page sociale. La marque employeur de l’entreprise, à l’heure où le collaborateur devient un média à part entière, c’est la différence entre l’expérience promise et l’expérience vécue. Si les entreprises gagnent à soigner leur marque employeur et leur e-réputation, les candidats, eux, veilleront à travailler leur personal branding. De bonnes pratiques essentielles, mais qui peuvent s’avérer délicates à mettre en œuvre à l’heure du temps réel et de la traçabilité.

A propos de l’auteur :

B.ANNE_photo-portraitBertrand ANNE est Directeur Projet au sein de l’agence digitale IDAOS et de son organisme de formation DigitalAcademy©. Il intervient, entre autres, sur des missions de conseil et de stratégies au sein des entreprises, et forme les équipes commerciales à l’utilisation des réseaux sociaux professionnels LinkedIn / Viadeo.

Email Site webLinkedIn

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Invité

Retrouvez ici, les articles rédigés par les invités de Webmarketing & co'm, si vous aussi vous souhaitez nous soumettre un article en tant qu'invité ou co-rédacteur, contactez-nous !

 


1 Commentaire

  1. Bonjour,

    Article intéressant qui met en avant l’approche directe par les réseaux sociaux. Cependant, il serait illusoire de croire que les offres affichées sur ces réseaux représentent l’intégralité des opportunités.

    C’est pourquoi il est avantageux de passer par un chasseur de têtes qui va qualifier les candidats et trouver les opportunités professionnelles sur-mesure qui correspondent à une réelle évolution dans leur carrière. Pour plus de précisions, je vous invite à lire cet article d’Easy Partner qui détaille les avantages de passer par un cabinet de recrutement :

    http://www.easypartner.fr/blog_candidats,-entreprises,-arr%C3%AAtez-de-r%C3%AAver-:-passez-par-des-chasseurs-de-t%C3%AAte-pour-vos-recrutements_56_1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *