Best Of E-commerce — 07 juin 2016 — 2 commentaires
La vidéo : nouvelle arme digitale en Chine

La Chine se révèle être un acteur principal dans le marché du luxe, et toutes les marques veulent avoir leur part de consommateurs. Ils investissent beaucoup et attendent un retour sur investissement important…

Dans la nouvelle ère digitale, nous remarquons que les marques tentent d’une façon significative de sensibiliser les consommateurs à travers diverses campagnes.

La nouvelle génération de consommateurs chinois par exemple est jeune, dynamique et avide de nouveauté. Face à cela, les marques doivent s’assurer de mettre en place de nouvelles stratégies pour attirer leurs clients.

Titre marketing video

Des consommateurs de plus en plus connectés

Les consommateurs chinois sont énormément connectés sur leur mobile pour avoir le plus d’informations possible sur les produits et suivre les nouveautés des marques sur les réseaux sociaux tels que Weibo et WeChat. Pour attirer l’attention des fans, de nombreuses marques se servent des mini-vidéos, où figurent souvent des vedettes chinoises. Ce nouvel outil marketing est un bijou pour captiver l’audience. D’ailleurs, plusieurs maisons de luxe se sont servies de cette méthode comme Louis Vuitton, Bulgari, Swarovski, Cartier et d’autres grandes marques telles que Pepsi et Lay’s.

wechatmarketingvideo

Ces dernières années, on a pu apercevoir beaucoup de ces mini-vidéos sur Weibo ainsi que Wechat, un phénomène qui n’est pas nouveau. En effet, il y a 3 ans, Prada a utilisé cette technique en demandant à l’artiste chinois Yang Fudong de participer à sa campagne « First Spring » avec un mini-film qui dure une dizaine de minutes. En 2011, Cadillac a également testé la mini-vidéo intitulée « Route 66 », mettant en vedette des acteurs hongkongais et la chanteuse Karen Mok.

Lire plus sur la télévision sociale en ligne en Chine.

De l’art d’être présent au bon endroit et au bon moment

La récente expansion des mini-vidéos vient du fait qu’elles sont arrivées à un moment propice, avec la baisse de la durée d’attention des consommateurs chinois et, dans le même temps, l’augmentation du temps passé sur Internet. Le succès de certaines marques avec les mini-vidéos confirme que cela fonctionne. Par exemple, Pepsi a convaincu pas mal de monde avec sa vidéo « Bring Happiness Home » où apparaissent les acteurs Zhou Xun, Louis Koo, Show Luo, Zhang Guo Li et Angela Chang. Celle-ci a ainsi obtenu plus de 100 millions de vues la première semaine de sa sortie.

Autre exemple, pour la promotion du grand serpent lumineux installé dans son magasin à Beijing, Bulgari a préparé une mini-vidéo commémorative avec la nouvelle égérie de la marque Rachel Weisz. La mini-vidéo a ainsi été regardée 352 000 fois sur Youku. De même, Louis Vuittton a produit en 2012 une série de mini-vidéos pour l’ouverture de son grand magasin à Shanghai.

Comment expliquer le succès de ces mini-vidéos ? Elles sont courtes, font apparaitre des célébrités, sont plutôt captivantes et faciles à partager sur les réseaux sociaux.

Cartier fait fureur avec sa « Destinée »

En réunissant près de 16,5 millions de vues avec le mini-film « L’Odyssée de Cartier » en 2012, Cartier a réalisé un véritable buzz sur la toile chinoise.

L’année d’après, la marque de joaillerie française décide de faire une autre vidéo de 7 minutes intitulée «Destinée» avec la star Michelle Chen. C’est un mini-film romantique qui visait le marché de consommateurs chinois et qui met en scène l’amour entre la star et son amant français parlant mandarin. Et les résultats sont énormes : la vidéo a été vue 2,4 millions de fois à travers la chaine officielle de Cartier sur Youku.

Réseauxsociauxvidéo

Une stratégie durable ?

Les experts ont un avis mitigé sur la popularité des mini-vidéos. Est-ce une stratégie de marketing durable ? Certains, comme Ric DiIanni, président de Shanghai-based House films, pensent qu’elles vont prendre une grande ampleur. Selon lui, c’est le moyen le plus logique pour toucher le public chinois en ligne. Regardez par exemple Swarovski avec sa campagne « Parkling Secrets ». La marque prouve bien l’effet de mode positif de la mini-vidéo.

En revanche, pour Sirena Liu, fondatrice et présidente de Filmworks China, les marques vont se rendre compte que placer les produits dans des films est plus judicieux que les mini-films. C’est ce qui se passe dans le film «A Devil wears Prada» où plusieurs marques chinoises investissent beaucoup pour que leurs produits apparaissent. Il en est de même dans les films «Transformers 2» ou encore dans la série télévisée «The Big Bang Theory».

Lire plus sur les solutions digitales pour atteindre le consommateur chinois.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Olivier Verot

Passionné de Marketing et de Chine, je me suis fait connaitre dans le monde francophones des marketeurs en Chine avec mon site Marketing-chine.com. Je vais essayer de publier autant que possible sur ce blog mes analyses pour permettre aux lecteurs d'avoir une idée sur le paysage webmarketing chinois. J'ai aussi monté mon agence de Marketing Digital spécialisé "Chine"et vends mon savoir aux sociétés souhaitant toucher le public chinois via le Web.

 


2 Commentaires

  1. Bonjour Olivier,

    Je connais peu le paysage Social Media en Chine, votre article tombe à point nommé.
    Ce n’est donc pas seulement chez nous que la vidéo est une tendance à surveiller…! Il est vrai que c’est un format engageant et un excellent vecteur de notoriété pour une marque. D’ailleurs, quel est votre avis sur la question ?

    • Et oui en Chine, c’est pareil. 😉
      Oui plus engageant ou du moins plus interactif.
      Vecteur de notoriété , je ne sais pas car cela ne circule pas forcément facilement 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *