Inbound marketing : l’atout de l’étude et du sondage

Quels que soient votre cible ou votre marché, en BtoB ou BtoC, vous (votre marque ou vos produits) devez être identifié comme incontournable sur votre secteur. Vous devez être perçu comme un expert au savoir-faire reconnu et à l’expérience prouvée…

Il existe de nombreux moyens pour y arriver. Souvent utilisés en BtoB, mais peu encore en BtoC, l’étude et le sondage sont d’une redoutable efficacité.

Pourquoi réaliser une étude sectorielle ou un sondage ?

Cela permet de :

  • Se faire connaître ;
  • Renforcer son image ;
  • Créer un nouveau point de contact ;
  • Se rapprocher de ses clients ;
  • Établir un lien direct avec eux ;
  • Améliorer son offre ;
  • Trouver des partenaires ;
  • Rebondir sur des offres ou des contacts ;
  • Constituer une base de données ;
  • Et bien d’autres…

Quel type d’étude ?

Les études qui caractérisent un marché ou un comportement

Ici, on fait émerger les différents marqueurs d’un marché : segmentation, cibles, enjeux, comportements. Par exemple, « pratiquant VTT : loisir ou compétition », « comment est appréhendé le contenu digital par les marques« . On est dans la prise de conscience.

Les études qui montrent une dynamique

Là, on va s’attacher à comprendre une évolution. Par exemple, « les ressorts d’achat d’un gel douche », « l’évolution du comportement des CODIR en entreprise ». On est dans la projection.

Les sondages qui mettent en lumière un comportement et sollicitent un avis

Ici, on est dans l’immédiat, on cherche à avoir des réponses à une question, mais aussi à se rapprocher de sa cible. On est donc dans la réaction. Par exemple, « travaux de peinture : par vous-même ou avec un artisan ? », « le cloud et vous : quel DSI êtes-vous ?

Comment faire ?

Créez le questionnaire

Notez toutes les questions que vous avez (i.e. ce que vous voulez savoir), puis hiérarchisez-les en commençant par la plus large et la plus simple. Finissez toujours par 2-3 questions pour caractériser le répondant et son environnement.

Rédigez ensuite votre questionnaire : vous pouvez alterner les questions simples (oui / non, un chiffre) et les questions à choix multiples. Évitez en revanche les questions ouvertes qui nécessitent que le répondant rédige.

Aussi, utilisez des phrases courtes, sans mots superflus et évitez toute ambiguïté ou interprétation. Veuillez à ce que les réponses ne soient pas trop difficiles à trouver (du style le CA d’un produit dans une région) ni qu’elles soient trop indiscrètes. Par exemple, au lieu de demander un CA, proposez des tranches de CA.

L’étape suivante consiste à faire relire le questionnaire à quelqu’un qui est dans la cible pour vérifier la facilité de réponse et relever les points de blocage. Attention, le questionnaire ne doit pas prendre plus de 3 minutes à remplir. N’oubliez pas non plus de soigner la mise en forme.

Enfin, publiez votre questionnaire à l’aide d’une appli comme Google Forms ou SurveyMonkey qui, en plus de vous proposer des formats et des questions types, offrent des outils de recueil et de tri.

Diffusez votre questionnaire

En préambule, énoncez clairement le contrat que vous passez avec les répondants : pourquoi ce questionnaire ? Qu’allez-vous demander ? Combien de temps à passer et surtout, qu’est-ce qu’ils gagnent à y répondre ? Vous pouvez y adjoindre un incentive comme un tirage au sort, tout en restant prudent pour conserver des réponses de qualité. Pour sa diffusion, utilisez tous les relais possibles : mailing sur votre base de données, réseaux sociaux, blogs spécialisés.

Qu’en faire ?

C’est là que tout se joue : la communication va en assurer le succès de l’opération. On distingue 3 temps :

Lors du recueil

Investissez les réseaux sociaux (groupes, fan pages…), en direct ou par rebond (partagez…). Ne négligez pas non plus le mail et ne vous privez pas de relancer vos prospects / clients majeurs par téléphone.

À la publication des résultats

Utilisez les techniques des RP, à savoir « communiqué de presse », brève, alerte… diffusées tous azimuts (réseau, base de données d’adresse interne…). Et bien sûr, un mail de synthèse à ceux à qui vous aviez soumis le questionnaire, enrichi et avec un mot de remerciement. Vous pouvez aussi organiser un événement virtuel (chat, webinar) ou réel (petit déjeuner…).

L’étape finale

Postez une synthèse « visuelle » sur des plateformes types Slideshare, avec les mots-clés correspondants, avec toujours vos coordonnées. Enfin, investissez les réseaux sociaux pour créer des discussions autour de l’étude.

Voilà, à vous de jouer maintenant ! Cet article vous a plu ? Partageons en discussion nos expériences.

Source image : Shutterstock

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Marc-Philippe Dubreuil

Issu des médias, spécialiste du contenu numérique et des stratégies éditoriales. Fondateur et dirigeant de Scoopitone : agence éditoriale, éditeur délégué et producteur de contenu. Dirigeant du cabinet conseil Ad&So Consulting qui accompagne les marques dans le numérique.Administrateur du Social Media Club.

 


1 Commentaire

  1. J’adhère totalement, l’étude et le sondage son des outils très puissants en inbound marketing. J’ajoute que c’est aussi l’un des meilleurs moyens d’obtenir des informations sur ses propres clients lorsqu’on l’on souhaite créer ses buyer personas: http://blog.comexplorer.com/persona-marketing-digital-etapes

    À bientôt,
    William

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *