Best Of E-commerce Inbound Marketing — 11 mars 2016 — Aucun commentaire
Marketing éditorial : en option dans l’automobile ?

Auto et marketing éditorial, incompatibles ? Faux. Le secteur automobile a très vite investi Internet, de là à pratiquer un « vrai » marketing digital. Voici un aperçu des opportunités manquées et des bonnes pratiques…

L’automobile est un des secteurs prometteurs dans lequel le marketing éditorial doit encore trouver sa place. Certes, les annonceurs font du marketing… et de l’éditorial, mais pas intégrés. Du coup, ils ne font pas du marketing éditorial, également appelé marketing de contenu.

Storytelling et storymaking, contenus d’expérience, plateformes communautaires… Les annonceurs automobiles disposent d’un tas de possibilités pour engager la conversation avec leur (jeune) public et l’accompagner, tout au long de son trajet décisionnel, dans le choix d’une (première) voiture. Par exemple, quand on sait qu’aujourd’hui les jeunes considèrent la voiture comme une commodité, non plus comme un bien personnel, on voit la résonance possible avec le fonctionnement des communautés en ligne.

Mais au lieu de cela, le secteur produit encore, à foison pour ne pas dire exclusivement, des articles promotionnels sur les derniers modèles du Salon ou des présentations à peine éditorialisées des nouveaux modèles testés par la poignée de journalistes ayant accès aux paddocks.

Secteur automobile : une pratique conventionnelle du marketing

Des sommes astronomiques sont toujours investies dans le print, la publicité, la télévision, l’événementiel… et le cliché est toujours au rendez-vous : décolleté plongeant des hôtesses sur les salons automobiles, et j’en passe. Avez-vous vu par exemple le dernier spot télé de Renault avec Bob Sinclar en guest star ? Tellement original qu’il a été directement parodié par le Petit Journal. Heureusement, le premier annonceur automobile français a annoncé que le digital concentrerait à terme la moitié des ressources marketing.

Le marketing éditorial, une opportunité à saisir

Que ce soit Renault , le concessionnaire du coin ou un site e-commerce de pièces détachées comme piecesauto24.com, le marketing inbound et contenu est probablement la plus belle opportunité à saisir dans les mois qui viennent. Différenciation, réputation, contenu service, trafic et ventes… les bonnes pratiques ne sont pas légion : ce serait l’occasion de renforcer votre chaîne de valeurs.

Des exemples à ne pas suivre et des pistes de travail

Mauvaise pratique : l’expression « Trouvez un dealer près de chez vous »

Que vous évoque un dealer ? Un revendeur de drogues, on est bien d’accord… En anglais cependant, « dealer » veut aussi dire concessionnaire. Et pour la plupart de nos clients belges qui ont tendance à utiliser des anglicismes sans scrupule, c’est pareil. Or… si le consommateur belge moyen cherche le concessionnaire le plus proche de chez lui, il ne tapera pas dans les moteurs de recherche « dealer près de chez vous ». Pourtant, la plupart des concessionnaires reprennent l’expression sur leur site ! La plupart ont les mêmes pages, le même message, la même manière de présenter les bolides…

Bonnes pratiques : application mobile, storytelling, « laboratoire »…

  • L’application mobile « I am Jeep » offre à ses clients du contenu utile (gadgets, liste des rendez-vous pris pour les entretiens, listes des concessionnaires les plus proches) en échange de quelques données personnelles et relatives à leur véhicule Jeep ;
  • Le storytelling Peugeot, avec un roman graphique numérique, présente ingénieusement tous les avantages technologiques de son nouveau moteur hybride ;
  • Le show-room du futur, Audi City, repose sur un parfait équilibre entre contenu numérique, expérience utilisateur et point de vente en ligne revisité.

Et vous, quelles bonnes pratiques en marketing éditorial avez-vous identifiées dans le secteur automobile ?

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Muriel Vandermeulen

Je pratique, le marketing et la stratégie de contenu depuis plus de 20 ans.Je prône un Web utile, attrayant et durable grâce notamment à une meilleure gouvernance éditoriale.J'ai fondé et je co-dirige Wearethewords, agence éditoriale interactive située à Bruxelles et Paris. Des groupes de presse (Le Monde, L’Avenir.net, … ), grands comptes (Fnac, CDC, Unilever, Toyota), ou encore de hautes écoles et ministères belges et français font appel à nous pour concevoir, appliquer et maximiser leurs stratégies éditoriales à des fins diverses: lead gen., lead nurturing, SEO, notoriété, conversion, ...

 


0 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *