Référencement naturel Search Marketing — 02 novembre 2015 — 10 commentaires
Test de l’outil d’analyse SEO onpage OnCrawl

Aujourd’hui, intéressons-nous à un outil d’optimisation SEO méconnu, mais prometteur : OnCrawl. Cet outil lancé officiellement en avril 2015 par la startup française Cogniteev compte bien concurrencer des acteurs du marché comme Botify ou DeepCrawl…

OnCrawl est un crawler sémantique en mode SaaS qui explore l’intégralité du contenu d’un site. Cette solution basée sur le cloud est très simple à utiliser : il suffit d’indiquer une URL, de lancer l’audit, d’analyser et d’optimiser.

Vous avez ainsi accès à une analyse complète tenant compte des éléments SEO suivants :

  • Tags : titres, descriptions, tags H1, H2, etc. ;
  • Performance : temps de chargement, poids, distribution par page, etc. ;
  • Architecture : structure interne, liens entrants et sortants, flux de popularité, etc. ;
  • Contenu : duplications, nombre de mots, n-grams.

OnCrawl permet ainsi d’acquérir une connaissance complète des performances d’un site web d’un point de vue technique, mais également en terme de contenu. L’outil offre ainsi un audit complet permettant de détecter les forces et faiblesses de son site en matière de SEO. L’outil est capable de crawler des millions de pages rapidement en s’adaptant à des sites de tailles différentes comme les sites média ou e-commerce, mais également à des sites de taille moindre.

Grâce à l’export des données, il est ainsi plus facile de travailler son SEO en amont.

Test de l’outil d’analyse SEO onpage OnCrawl

Fonctionnalités phares

OnCrawl se différencie de ses concurrents par l’analyse du contenu et notamment du contenu dupliqué et proche.

Détection de groupes de pages avec du contenu similaire ou dupliqué

oncrawl-nearduplicate

OnCrawl affiche les pages ayant du contenu dupliqué ou similaire dans des groupes. Les vendeurs e-commerce par exemple doivent souvent faire face à des problèmes de contenu dupliqué dus à des options de filtres et de recherche, de structures catégorisées, de pagination, de versions imprimables, de sites multilingues, etc. Ces pages dupliquées ont un impact négatif sur le ranking sur les moteurs de recherche. Dorénavant, les utilisateurs peuvent facilement détecter et résoudre ces problèmes de duplication lorsqu’ils surviennent, par exemple en recalibrant leur système de management de contenu.

Analyse de la répartition du nombre de mots et moyenne du nombre de mots par page

word count seo

OnCrawl offre dorénavant la possibilité d’analyser le nombre de mots par page et donc de détecter, puis d’éliminer ou d’enrichir les pages avec du faible contenu. Google recommande de rédiger des articles de plus de 800 mots, car le contenu riche se positionne mieux dans les résultats des moteurs de recherche et apporte un meilleur taux de conversion ainsi que des prospects plus qualifiés.

À l’inverse, un contenu faible comportant moins de 150 mots n’apporte aucune valeur ajoutée et est souvent exclu des résultats de recherche. Et dans bien des cas, des articles de moins de 150 mots font face à un taux de rebond très important.

ngram seo oncrawl
OnCrawl est capable d’extraire les meilleurs mots-clés et séquences de textes trouvés sur un site. En d’autres termes, OnCrawl détecte pour quels mots-clés un site sera susceptible de bien se positionner. Cela permet à un manager SEO ou de contenu de trouver les failles, puis d’agir en conséquence en adaptant sa stratégie de contenu si nécessaire.

Prix

Avec cet outil, la startup souhaite rendre les audits SEO sur serveur accessibles aux petites et moyennes entreprises, à un prix modéré. En effet, ces méthodes étaient auparavant réservées aux entreprises de grandes tailles disposant d’un budget SEO conséquent. Avec une formule démarrant à 9.90 euros, OnCrawl est de loin plus compétitif que Botify notamment. Il propose également pour les sites de tailles importantes des crawls customisés et sur mesure.

pricing oncrawl.png

Deux solutions s’offre à vous pour tester l’outil: souscrire à un plan et profiter pendant un mois de toutes les fonctionnalités gratuitement ou faire un essai gratuit, mais avec un accès limité aux informations (et notamment l’impossibilité d’extraire les données).

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Invité

Retrouvez ici, les articles rédigés par les invités de Webmarketing & co'm, si vous aussi vous souhaitez nous soumettre un article en tant qu'invité ou co-rédacteur, contactez-nous !

 


10 Commentaires

  1. Hello,

    « Google recommande de rédiger des articles de plus de 800 mots »

    Je ne trouve nulle trace de cette recommandation. Est-il possible de citer la source ?

  2. Comme le sous-entend Anthony, « Google » n’a jamais recommandé des 800 mots, et n’exclu pas les contenus de moins de 150 mots. Les études ont tendance à le montrer, mais là encore, c’est tantôt 400, tantôt 800, tantôt 2000.

    Concernant les offres annoncées en fin d’article, il existe donc une offre d’essai sans devoir donner de coordonnées bancaires, contrairement aux 30 jours d’essais en cas de souscription?

    • Bonjour Julien,
      Effectivement vous pouvez réaliser un essai gratuit pendant 30 jours ici: https://app.oncrawl.com/signup?plan=free mais vous n’aurez pas accès à l’export des données.

  3. En effet, il n’existe pas de recommandation de nombre de mots dans les Guidelines. Toutefois, lorsque l’on réalise les tests conduisant à la validation des méthodes de calcul du duplicate content. (Calcul du Simhash notamment)
    Voir ici http://patft.uspto.gov/netacgi/nph-Parser?Sect1=PTO1&Sect2=HITOFF&d=PALL&p=1&u=%2Fnetahtml%2FPTO%2Fsrchnum.htm&r=1&f=G&l=50&s1=7,158,961.PN.&OS=PN/7,158,961&RS=PN/7,158,961

    et ici :
    http://www.wwwconference.org/www2007/papers/paper215.pdf

    On constate que plus le contenu est riche (nombre de mots différents), moins vous avez de chance d’avoir du contenu dupliqué.

    Je confirme qu’il n’y a pas de seuil recommandé, toutefois on constate que sur un site éditorial avoir au delà de 600/800 mots évite en général l’identification de DC.

    • Merci François pour la précision.

  4. Bonjour,

    Est-ce que l’outil a été testé sur des sites en français ? Car toutes les captures d’écran sont en anglais…

    • Bonjour Georges,
      Bien évidemment, l’outil audite aussi des sites en français. OnCrawl est cependant édité en anglais.

  5. C’est un peu le souci avec les articles trop commerciaux, ça manque d’objectivité. Et on se retrouve avec des affirmations à l’emporte pièce comme « google recommande plus de 800 mots » ou encore: « l’outil offre ainsi un audit complet »

    Mes tests ont aussi révélés une meilleure efficacité sur des articles qui ont plus de N mots, mais ce n’est pas forcément 800 mots, ca dépend de l’univers sémantique et du type de traine (top, moyenne ou longue traine):
    http://www.creapulse.fr/quelle-est-la-taille-ideale-de-tout-sur-internet/

    Sur l’affirmation que l’outil peux réaliser un audit complet, la aussi, ça manque d’humilité.

    Premièrement, des outils de crawl c’est pas ce qui manque et ils n’ont jamais fait d’audit complet, ce n’est pas leur prétention en général.

    Après, il manque quelques chose de fondamental à l’outil oncrawl, c’est l’analyse de logs,ce que permet des outils comme botify (avec l’option logs), mais même dans ce cas, même botify ne prétend pas faire d’audits complets d’un site.

    Un outil ne permettra jamais de faire des analyses précises, détaillées, personnalisées et opérationnelles d’un site, c’est un moyen d’extraire des données qui nécéssite ensuite d’être croisées, interprétées, nuancées par un expert. afin d’apporter des solutions opérationnelles et priorisées sur du court, moyen et long terme.

    Et ce n’est qu’une partie de la valeur ajoutée d’un expert sur un audit SEO, Anthony sait très bien de quoi je parle 🙂

    Ceci dit, l’outil est prometteur et propose des insights originales qu’on ne voit pas partout notamment sur l’analyse du contenu (performances des mots clés, duplication,..)

  6. Bonjour,

    Avec la multiplication des outils sur différents thèmes, c’est de plus en plus compliqué de trouver chaussures à son pied. Tout le monde est meilleur, tout le monde il est beau…

    Par exemple, quelle(s) différence(s) entre screaming frog et oncrawl ?

    • Bonjour Yohan,
      Pour vous répondre, ce qui fait dans un premier la différence entre OnCrawl et Screaming Frog est qu’OnCrawl est une solution en mode Saas qui est donc capable de crawler de multiples site en parallèle sur de gros volumes à une vitesse élevée, sans risque de crash et de perte de donnée.
      Il permet donc d’auditer les performances onsite d’un site et propose de nombreuses fonctionnalités comme:
      – Un Inrank: un indicateur de popularité interne des pages
      – Une analyse des n-grams pour des groupes
      – La détection des contenus dupliqués et proches.
      – La sélection et l’export d’indicateurs et de données spécifiques via le Data Explorer
      – L’analyse des log serveur combiné à l’analyse des crawl complète les métrics disponibles avec de nouveaux indicateurs
      – Possibilité (prochaine) de faire un comparatif entre différents Crawl, y compris de site en prè-production
      Enfin, l’interface d’OnCrawl est plus moderne et facile à utiliser et donne accès à l’export des données depuis chaque graphique.
      J’espère vous avoir répondu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *