Best Of Entreprendre — 26 octobre 2015 — 2 commentaires
Philosophie du management libéré

Entreprendre vous amènera sans doute à manager des collaborateurs aux profils, personnalités et motivations diverses. Votre rôle, ou du moins l’un d’entre eux, sera de tirer le meilleur de votre équipe. Or, selon les statistiques de l’organisation Gallup, seulement 9% des salariés en France sont réellement engagés dans leur entreprise. Beaucoup de dirigeants et de managers n’obtiennent donc pas le meilleur de leurs employés. Face à ce constat, certaines sociétés adoptent un management libéré…

La philosophie du management libéré

Face à ce fort taux de désengagement, deux croyances s’affrontent. La première : l’homme n’aime pas travailler et fuit les responsabilités. De plus, il préfère être dirigé que prendre des initiatives. Suite à cette analyse, le management sera construit sur des règles strictes, un contrôle poussé et un système de récompense pour inciter les salariés à travailler. Dans le même temps, une seconde croyance existe. L’homme s’implique naturellement, prend des initiatives et aime travailler si les trois conditions suivantes sont réunies : il doit avoir un sentiment d’équité, être dans un environnement nourricier et s’auto-diriger. Cette seconde croyance est à la base du management libéré.

Source image : Shutterstock

Pourquoi l’adopter ?

Dans cette logique, un management classique bride les employés, car les règles strictes cassent la créativité des personnes. Un contrôle sévère et une hiérarchie rigide affaiblissent également la motivation et la prise d’initiative. À l’inverse, un management libéré permettra d’impliquer à nouveau les collaborateurs, ce qui aura de nombreux bénéfices induits. Plus impliqués, les employés seront ainsi plus créatifs, plus productifs, moins absents et le turnover sera réduit. De nombreuses entreprises vérifient dans la pratique cette théorie, ce qui est par exemple le cas de Chrono Flex, modèle d’entreprise libérée.

Comment le mettre en place ? Exemple chez Chrono Flex

À la suite de certaines difficultés dans l’entreprise, Alexandre GERARD, dirigeant de Chrono Flex, décide d’adopter un management libéré. Il explique dans ses nombreux témoignages le chemin vers la libération.

Tout d’abord, la vision et les valeurs sont redéfinies. La performance par le bonheur, la culture de l’amour du client, une équipe respectueuse et responsable, une ouverture d’esprit et un esprit d’ouverture deviennent ainsi les nouvelles valeurs de l’entreprise. Ensuite, tous les irritants sont supprimés dans l’entreprise. Un ordinateur qui fonctionne mal sera par exemple une problématique immédiatement résolue, car un irritant peut diminuer la motivation et la productivité des employés. Tous les signes de pouvoir sont par la même occasion supprimés. Alexandre GERARD ne portera ainsi plus de costume et quitte son spacieux bureau pour travailler là où il y a de la place dans l’entreprise. Enfin, les décisions, même stratégiques, sont prises par les employés répartis en groupes de travail. Un coach accompagnera cette transformation, que l’égo et la culture peuvent entraver.

C’est ainsi un saut en parachute pour Chrono Flex et ses dirigeants qui doivent trouver leur nouveau rôle. La logique de l’entreprise est changée : le contrôle se transforme en autocontrôle, la culture de l’erreur est remise au centre et le volontariat est encouragé. Quant aux informations, même stratégiques, elles sont partagées en toute transparence pour une implication totale des collaborateurs.

D’autres entreprises comme Kiabi ou Décathlon ont également pris ce chemin, impliquant leurs collaborateurs grâce à une plus grande liberté. La mise en place d’un tel management peut se faire de différentes façons. L’essentiel est alors de respecter les trois conditions essentielles à l’implication des collaborateurs qui sont, rappelons-le, l’équité, un environnement nourricier et une autogestion.

Pour conclure, le management est une des clés de transformation de l’entreprise. Le management libéré est ainsi une des voies à explorer afin de gagner en productivité et en performance.

Source image : Shutterstock

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Pierre Garro

Issu d'une formation marketing, je gère actuellement l'agence PG Linguistics qui accompagne les entreprises dans leur stratégie éditoriale. Je fais également partie de l'équipe de consultants Webmarketing et Com. Et j'anime un site/blog personnel orienté webmarketing pour partager des connaissances dans cette discipline.

 


2 Commentaires

  1. Bonjour,

    La 2nde photo choisie n’est pas très heureuse. L’entreprise libérée n’est en aucun cas une absence de règles. Les règles sont clairement définies, mais définies par/avec les collaborateurs. C’est, selon moi, une erreur à ne pas laisser s’immiscer dans les esprits concernant cette démarche brillante de management.

    Merci pour l’article.

    • C’est en effet de cette façon qu’il faut le voir. Il ne faut pas mal interpréter la photo.

      L’image illustre le fait que les règles du management classique sont effacées pour que de nouvelles règles soient adoptées par/ avec les collaborateurs. Les règles strictes d’un management classique basées sur le contrôle ne sont par exemple plus d’actualité.

      Merci en tout cas pour votre commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *