Les 10 principales erreurs à éviter lors de la création d’un site

Qu’il s’agisse d’une refonte profonde, d’une création ex nihilo, ou d’une mise à jour, la création d’un site Internet est souvent le théâtre d’importantes erreurs. Alors qu’il est souvent facile d’incriminer l’agence ou le prestataire pour l’échec d’un tel projet, il faut reconnaître que le client a une énorme part de responsabilité également et que ses décisions peuvent tout changer…

Si vous êtes à l’aube d’un projet de refonte ou que vous êtes en plein dedans (il n’est jamais trop tard pour rectifier le tir), voici les 10 principales erreurs à éviter lors de la création de votre site.

1. Ne pas réfléchir à ce que l’on souhaite réellement en amont : quels objectifs ?

C’est peut-être l’une des principales erreurs que l’on peut rencontrer quand on travaille en agence ou en tant que prestataire. Si vous ne savez pas vous-même ce que votre site doit vous apporter et là où il doit vous emmener, votre prestataire aura plus de mal à vous aider, et il y a de fortes chances pour que vous soyez déçu du résultat au final.

Commencez par vous demander les objectifs que doit remplir votre site :

  • Doit-il générer des ventes, des demandes de contact ?
  • Est-il là simplement pour assurer une présence en ligne (de plus en plus rare de nos jours) ?
  • A-t-il vocation à évoluer, à se développer ?
  • Doit-il être un moyen de communication de votre entreprise comme peuvent l’être les réseaux sociaux ?
  • Etc.

Cette réflexion sera la vraie base de votre site. Vous verrez que la réalisation d’un cahier des charges est tout de suite plus simple quand on sait où l’on va, et comment on veut y arriver. Ne négligez pas cette étape !

2. Demander un délai déraisonnable

« Il faut que dans deux semaines, le site soit en ligne ! » Voyons, soyez raisonnable 🙂 Vous ne demandez pas à ce qu’une maison se construise en deux semaines, n’est-ce pas ? C’est identique pour un site.

Je vous l’accorde, les délais peuvent être bien plus courts que pour une maison (encore que pour certains gros projets, une refonte se compte en mois). Mais ne serait-ce que pour votre réflexion, ne soyez pas trop pressé et ne fixez pas des objectifs qui vous feront regretter d’avoir sorti le site finalement trop tôt dans une version qui ne vous convient pas.

Si fixer une date de sortie en fonction d’un événement ou d’une opération de communication peut être un bon moyen de respecter une deadline, ne soyez pas non plus trop optimiste. Et gardez en tête qu’un projet informatique peut avoir des délais et que rien n’est plus mauvais qu’une opération de com’ mal ficelée.

3. Ne pas regarder ce qui se fait ailleurs

Prenez aussi du temps pour aller fouiner chez vos concurrents ou les sites que vous appréciez. C’est souvent l’une des premières questions que vous posent les agences, et ce n’est pas par hasard. C’est un excellent exercice qui permet d’affiner votre besoin et de mieux cerner ce dont vous avez envie.

Vous découvrirez sans doute des idées intéressantes auxquelles vous n’avez pas pensé, celles qui enrichiront votre réflexion et vous permettront de bâtir un site plus fidèle à ce que vous souhaitiez.

4. Intégrer le référencement après la création du site

« Non mais, on appellera le référenceur après la refonte hein ! » Et la marmotte… Grosse erreur là aussi ! Ne pas intégrer les problématiques de référencement dès la création du site, c’est :

  • Une efficacité globale du référencement bien moindre (on est moins efficace quand on met une rustine sur un pneu que quand on construit bien le pneu tout de suite) ;
  • Un coût de développement de 20 à 30 % supérieur (si le référenceur vous demande de modifier des choses que l’agence vient juste de faire, cela aurait pu être évité) ;
  • 3 à 6 mois de délai en plus (le temps d’auditer le site, de faire les modifications nécessaires et d’en observer les résultats).

Si vous avez une problématique d’acquisition et que vous souhaitez rendre votre site visible, pensez donc à intégrer le SEO dès le début. Ne reléguez pas non plus cette tâche essentielle à plus tard, ça pourrait vous coûter très cher.

5. Passer par un outil d’aide à la création quand on a besoin d’une vraie agence

Les outils d’aide à la création d’un site qui vous promettent un site prêt en 5 minutes sont légion : Wix, Pages Jaunes, etc. Cette option n’est pas foncièrement mauvaise et elle répond à une vraie demande de la part d’une partie des entreprises en France qui n’ont pas forcément les moyens de se payer un prestataire ou une agence.

Malgré tout, il est encore fréquent de voir des entreprises se laisser séduire par ce type de solution alors qu’elles ont besoin d’un prestataire et d’une solution sur mesure. Sachez que ces solutions clé en main sont certes très efficaces et abordables, mais ne permettent pas une personnalisation et des fonctionnalités très avancées. Si votre besoin est un tant soit peu personnalisé ou que votre site nécessite des fonctionnalités un peu spécifiques, ne perdez pas de temps à creuser ce genre de solution.

6. Penser que les internautes vous contacteront forcément si vos produits les intéressent

On attaque là un sujet essentiel : la conversion ! Si vous avez pour ambition de générer des demandes de devis via votre site, organisez-le dans cette optique. Ce n’est pas parce que vous pensez avoir les meilleurs produits que vos internautes vous contacteront. Comme l’achalandage en magasin, l’optimisation de la transformation passe par des mécanismes bien précis qui vous permettront de convertir un maximum d’internautes en prospects.

Pensez Inbound, contenu à valeur ajoutée, réassurance… et dites-vous bien toujours sur les pages clés de votre site (notamment les pages qui présentent vos produits et services) : quels sont les moyens dont l’internaute dispose pour me contacter ? Sont-ils clairement affichés et peut-il le faire facilement ? Téléphone, webcallback, formulaire, chat en ligne… les solutions existent et sont nombreuses, mais n’hésitez pas à vous faire accompagner sur ces sujets. Un taux de transformation qui passe de 1 % à 4 % peut tout changer dans votre stratégie commerciale.

7. Penser qu’une page suffit à présenter votre société

La mode des « one page scroll » est là et efficace, mais cela ne suffit pas à construire une stratégie d’acquisition de trafic. Comment allez-vous faire pour positionner votre site sur les dizaines ou les centaines de mots-clés tapés par vos prospects dans Google ? Ce n’est sans doute pas la page d’accueil qui se positionnera, et il vous faudra plutôt réfléchir à tous les types de contenus qui pourront y répondre.

Imaginez chaque page de votre site comme une porte d’entrée et dites-vous qu’avec 10 portes d’entrée, vous aurez plus de chances de développer votre trafic qu’avec une seule petite page.

8. Pourquoi aurais-je besoin que des sites fassent des liens vers le mien ?

On touche une nouvelle fois au référencement, mais pas que. Si le volume et surtout la qualité des liens influent sur votre référencement, on parle là aussi de partenariats qui pourraient vous apporter des prospects et du trafic qualifié.

Identifiez donc dans votre réseau et votre entourage tous les sites et les entreprises qui pourraient être légitimes pour faire un lien vers votre site ou parler de vous. Plus vous aurez de mentions, mieux vous serez positionné dans Google (je schématise volontairement, mais c’est un critère essentiel) et plus vous diversifierez vos sources de trafic.

9. Penser que son site vivra tout seul

Il en va de l’image de votre société ! Un site qui n’évolue qu’une seule fois en deux ans peut donner une image négative de votre entreprise. Demandez-vous donc si vous n’auriez pas intérêt à ajouter des actus, un blog, des conseils, un guide… sur votre site pour le faire vivre. Attention, ajouter ce type de contenu pour ne pas s’en servir est encore pire. Aussi, il est important de bien déterminer ce que vous raconterez, qui le fera, à quelle fréquence, etc. afin de ne pas perdre le fil et d’éviter que cette action se retourne contre vous.

C’est notamment la base des techniques d’Inbound Marketing. Il existe aujourd’hui pléthore de solutions pour faire vivre votre site et lui permettre d’être un véritable relais de communication et de croissance de votre activité.

10. Oublier les redirections !

À mes yeux, c’est l’une des erreurs les plus importantes. Si vous êtes en refonte et que vous changez toutes vos URL, marquez en rouge dans votre cahier des charges la nécessité de bien faire les redirections page par page.

Deux avantages critiques à cela :

  • D’une part, vous accueillez convenablement vos internautes en les redirigeant vers la bonne page correspondante sur le nouveau site et en évitant qu’ils arrivent sur une page d’erreur ;
  • D’autre part, vous transférez tout le référencement des anciennes pages aux nouvelles et évitez ainsi des pertes de positionnement dans Google.

N’oubliez donc pas de faire une correspondance entre les anciennes et les nouvelles URL pour bien préparer la migration et éviter les mauvaises surprises.

Voilà, je pense maintenant que vous êtes prêt pour votre refonte ou votre création de site. Plus rien ne vous fera peur désormais !

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Sébastien Camus

Découvrir, s'enthousiasmer, se passionner pour des innovations... voilà ce qui me fait aimer le web, et me fait avancer depuis plus de 8 ans maintenant. Consultant webmarketing de formation, j'accompagne mes clients dans leur stratégie d'acquisition de trafic/clients. Je suis également cofondateur d'Avisi, un service de partage d'expérience entre entrepreneurs par téléphone.

 


9 Commentaires

  1. Bonjour,

    J’aimerai savoir si cela est de même pour la création d’un blog ?
    Je voudrais me lancer mais je n’arrive pas à faire mon choix sur la thématique de mon blog.

    Merci.

  2. A peu de choses près, oui, tout est valable 🙂

  3. Salut,
    un article très intéressant, cela m’a aussi poussé à développer sur mon site dans ce sens.
    Pour avoir travailler en agence, je sais que nombreux sont des entreprises qui demandent la création d’un site web sans définir un projet web complet, c’est encore pire pour les particuliers entrepreneurs qui ont des budgets bien maigres.

    Merci pour ce partage !!!

  4. Bon article que j’ai partagé sur mes réseaux. J’insisterai davantage sur la partie amont d’un projet de création de site qui est trop souvent négligé (partie 1 et 3 de votre article). Une véritable étude de marché est indispensable. Personnellement j’accompagne tous les projets web dans ce sens. J’ai remarqué que mes clients appréhendent mieux leur site, découvrent même d’autres facettes de leur activité, d’autres idées ou besoins qui naissent… Bonne journée à tous, Emmanuelle

  5. Merci pour cet article très utile pour appréhender un projet web.

  6. Bonjour , je suis chez prestashop et j arrive toujours pas a envoyé vers OVH mon site…si vous le faites combien vous prenez? merci

  7. Tout à fait d’accord avec cet article. Notamment sur le point n° 5.
    Un article sur le sujet d’ailleurs. http://www.netsurleweb.fr/2016/03/29/wix-jimdo-etc-ne-vaut-mieux-utiliser-editeur-de-site-internet/
    J’aurai ajouté un onzième point, ne pas faire son site en responsive… on m’a sorti il y a peu qu’un site était visible sur smartphone donc ça allait. Visible oui, mais il fallait scroller en horizontal ! Encore beaucoup de pédagogie à faire !

  8. Merci pour cet article, oui le 11ème point pour les sites adaptatifs mais le plus gros souci à mon avis sont les points 1 & 2. Ne pas réfléchir à ce que le site doit faire, et le vouloir pour hier!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *