Best Of Editorial Web Référencement naturel — 25 août 2015 — 6 commentaires
Quand la rédaction web consiste à savoir… compter !

Avec un titre provocateur ou une illustration très attirante, certains, piqués par la curiosité, se précipiteront à la découverte de votre article. Mais ici, je vais vous montrer qu’écrire pour le web repose aussi sur une maitrise de l’arithmétique et des statistiques. Le rédacteur web apparaît alors comme la solution d’équations à de multiples inconnues…

Écrire efficacement, un apprentissage de la table des mots-clés

Tout commence par la définition des objectifs du rédacteur web. Il peut s’agir d’attirer de nouveaux prospects sur le site concerné ou d’augmenter l’intérêt (et donc le temps passé) du visiteur en proposant des textes bien écrits et en offrant un travail de référencement correctement effectué. Le rédacteur web va pouvoir faire preuve de son talent certes, mais il doit avant tout comprendre et utiliser à bon escient toutes les données sur les mots-clés. À quoi bon rédiger un texte SEO parfait si le mot-clé retenu ne correspond pas à l’attente du Webmaster !

Par exemple, vous vendez des t-shirts colorés, confectionnés par un Yéti unijambiste et daltonien. Des créations uniques et originales donc. Le rédacteur web, lui, vous a rédigé un superbe texte sur « comment trouver des t-shirts pas chers ? ».

Dans ce cas, il doit faire ses gammes et maitriser parfaitement l’utilisation des outils Google ou même d’un autre programme. Concrètement, mieux vaut ne pas se laisser piéger par le nombre important de recherches mensuelles effectuées sur telle ou telle expression, analyser en un coup d’œil la concurrence sur un mot-clé, définir précisément la longue traine la plus pertinente à une recherche… Comme quoi écrire commence par jongler avec des chiffres qu’il faut être en mesure de déchiffrer.

Une rédaction web de qualité, les statistiques sur le bout des doigts

Votre rédacteur web a passé la première étape avec brio et vous avez un texte parfaitement rédigé et en rapport avec vos mots-clés. Dans le cahier des charges que vous avez pris le temps de remettre à votre rédacteur (si vous ne l’avez pas fait, il est toujours temps de vous y coller), vous avez fixé un but à atteindre : générer du lead, transformer le site, le partager sur les réseaux sociaux… Mais quelle que soit la finalité, cela se mesure précisément.

Ici, le rédacteur devra faire preuve de talent (c’est bien d’en avoir), de bon sens (c’est mieux d’en posséder) et de rigueur (elle est indispensable). C’est une bonne chose d’intéresser le lecteur, mais encore faut-il que cela se traduise par son action. La rédaction doit inciter à passer à l’acte.

Pour reprendre notre précédent exemple, votre rédacteur a fait exploser les compteurs de visites, car il a rédigé un superbe texte sur la vie du Yéti unijambiste et daltonien. Les lecteurs se passionnent de découvrir le quotidien de cet être unique. Les expressions retenues (« t-shirt yéti », « t-shirt original »…) sont savamment utilisées et pourtant, aucun lecteur n’ose devenir client.

Pourquoi ? Le texte n’invite pas à proprement parler à passer à l’action, mais incite plus à revenir régulièrement pour suivre les aventures de ce créateur du bout du monde. Le rédacteur web a donc travaillé sans se pencher sur les statistiques liées à la transformation. Autrement dit, la réassurance du client augmente de XX % l’acte d’achat, la conjugaison des verbes au présent incite davantage à l’action.

Ces statistiques ne s’apprennent pas dans les livres ou sur les sites de Webmarketing, mais se vivent au quotidien. Une petite phrase changée et le taux de transformation grimpe en flèche, quelques lignes (ou quelques mots) supprimées et voilà le lecteur propulsé dans votre tunnel de conversion. C’est aussi cela le travail d’un bon rédacteur web.

Nous reviendrons, dans un billet à venir, sur les autres connaissances mathématiques que doit avoir un rédacteur Web, mais nous vous invitons déjà à réagir à ce billet en nous livrant vos propres commentaires. Car la pertinence d’un article se mesure aussi non pas à la qualité de la rédaction, mais au nombre de commentaires suscités. Alors, à vous de juger désormais.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Eric Varin

Rédacteur indépendant, n’opposant pas qualité du contenu aux exigences S.E.O., je vous accompagne dans la réussite de toutes vos communications.

 


6 Commentaires

  1. Bel article mais quels sont dc précise ment ces mots qui mènent a l’action c’est adire a l’achat ?

  2. Oui, c’est bien vrai sans oublier qu’un bon (concepteur) rédacteur évitera toujours les formulations négatives, qu’il mettra toujours les bénéfices clients en avant, qu’il utilisera la personnalisation pour capter l’attention du lecteur (et client potentiel), qu’il écrira de façon simple des phrases courtes avec une idée par phrase et pas plus, qu’il emploiera les mots magiques tels que « GRATUIT » « NOUVEAU » « POUR VOUS » « EXCEPTIONNEL » « PRIVILEGE »… qu’il recherchera l’adhésion par un « oui » aux questions qu’il pose… Bref, rédiger dans le but de vendre à distance c’est surtout maitriser un ensemble d’outils. A votre disposition pour en parler 😉

  3. Bonjour,

    Bien évidemment, certains mots sont à utiliser mais cela dépendra également du produit ou du service concerné. Un positionnement haut de gamme et le si attirant « Gratuit » devient presque une insulte, un choix e ne commercialiser que les produits traditionnels d’une marque ou d’un secteur d’activités, et le très agréable « NOUVEAU » se transforme en repoussoir….
    La rédaction Web consiste avant tout à …lire et comprendre de quoi on parle.
    Merci de vos réactions et commentaires et à bientôt pour le second opus de cette thématique
    Eric Rédaction

  4. Bonjour Eric,

    Merci pour cet article, on ne parle pas assez de l’importance des preuves chiffrées dans le job de rédacteur.

    A voir l’excellent blog Social Triggers dans lequel Derek Halpern nous apprend à établir une confiance avec le lecteur par la stratégie des statistiques. Selon lui, les chiffres sont comme des bonbons pour le cerveau!

    Je partage cet article,

    Sophie

  5. Bonjour Sophie,

    Merci pour votre commentaire et pour le lien. Mais aujourd’hui, on demande tant à la rédaction web (trop peut-être), que le rédacteur se doit d’être un fin analyste aussi …
    Eric

  6. Bonjour,

    On peut écrire le plus belle article du monde, mais si vous n’avez pas de visibilité vous l’avez toujours dans le ***. Je vous propose ce petit article sur le BUZZ: http://www.elogweb.fr/publications/taux-de-partage-sur-les-reseaux-sociaux-en-france-et-viralite.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *