Best Of E-Publicité Webdesign — 16 juillet 2015 — 26 commentaires
Mort du Flash : quels impacts ?

C’est désormais officiel, la mort des bannières Flash est programmée au 1er septembre. Date à laquelle le principal navigateur internet Chrome (43,97 % de part de marché) va automatiquement arrêter les contenus Flash en auto-play lorsque ceux-ci ne sont pas « centraux » pour la page web. Encore très majoritairement utilisé dans la publicité en ligne, la disparition planifiée du Flash est un véritable bouleversement qui impacte tous les acteurs du secteur…

Constats

Si Apple avait jeté un premier gros pavé en désactivant Flash sur iOS et sur ses MacBook Air pour des raisons de performances, c’est désormais au tour des principaux navigateurs de s’y mettre. Après Internet Explorer et Safari, Google a annoncé vouloir améliorer les batteries des ordinateurs portables en désactivant sur Chrome la lecture automatique des contenus Flash (cf l’annonce officielle).

Concrètement, il faudra désormais cliquer sur un bouton Play pour voir les bannières Flash cachées par un overlay gris et donc 2 clics seront nécessaires pour accéder au site mis en avant. Autant dire une déperdition ÉNORME en termes d’efficacité qui va très rapidement se traduire par une disparition de ce format …

Solutions

Le format le plus simple (souvent utilisé sur des campagnes mobiles) est bien entendu le GIF. Si pour des bannières très simples et sans réelle animation il fait très bien l’affaire, il reste extrêmement limitant. En effet, créer une animation fluide déroulant un discours commercial tout en minimisant le poids est impossible. De plus, en GIF pas de responsive, pas de bannière dynamique… nous sommes sur une simple image.

Sachant qu’aujourd’hui, 96% des navigateurs peuvent lire du HTML 5, une solution évidente s’impose : les bannières en HTML.

Si Google communique depuis quelques semaines auprès des acteurs du secteur pour accompagner le changement de Flash pour HTML, il n’empêche que c’est un bouleversement majeur qui affecte la totalité de l’industrie de la publicité en ligne. Les nouvelles technos à utiliser sont très peu maitrisées (par les agences, les régies, les éditeurs et les annonceurs), mais vont pourtant devoir s’imposer très rapidement…

Impacts

Agences média, Régies et Éditeurs

Il sera nécessaire de faire évoluer le réseau très rapidement pour qu’il devienne compatible HTML 5. Par ailleurs, les spécifications seront également à revoir dans la mesure où les bannières HTML sont pour le moment en moyenne 30% plus lourdes que le Flash.

Créateurs de supports (Agences Web, Flasheurs…)

Aucune véritable spécification ou norme n’existe aujourd’hui pour développer des bannières en HTML. Les agences vont devoir  s’auto-former rapidement pour pouvoir proposer des supports équivalents au Flash en réglant les très nombreux soucis que pose la création de bannières en HTML 5 : poids des librairies, intégration de typo, animations, gestion du responsive …

De plus, si créer des bannières en Flash était l’apanage d’un profil plutôt WebDesigner, faire des bannières en HTML 5 requiert les compétences d’un intégrateur. Au-delà de la conception de ces supports, l’organisation et la façon de les produire sont donc entièrement à revoir.

À NOTER : des outils tels que Google WebDesigner existent pour créer des bannières en HTML 5 d’une façon très proche du Flash (timeline…). Cependant, ils ne sont qu’une solution de transition permettant d’aborder la techno pour des Flashers non habitués à du code.

Annonceurs

Il leur faudra veiller à ce que leurs prestataires mettent en place cette évolution au risque de voir chuter de façon TRÈS importante les performances et donc les ventes.

Par ailleurs, les navigateurs des annonceurs étant généralement les derniers à être mis à jour, le recettage des bannières en HTML 5 sur IE7 risque de ne pas être simple ;).

Et toi, cher lecteur, as-tu commencé à prendre ce virage ? Qu’en penses-tu ?

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Valentin Quillier

En tant que Digital Evangelist au sein de l’agence FOVE, je suis en charge du développement de la culture digitale de nos clients. Je les accompagne dans la mise en place d’actions web leur permettant de nouer une relation avec leur public.

 


26 Commentaires

  1. Autant je suis pour la mort du Flash pour la publicité et autres bannières à but commercial mais il ne faut aussi pas oublié que certain site de jeu utilise encore en grande majorité cette technologie (Kongregate, Motion Twin et autres MiniClip) et que certains vont surement pouvoir rebondir car ils en ont les moyens mais d’autre vont peut être devoir fermer leur site.
    Donc… je ne sais pas trop quoi en penser.

  2. Si j’ai toujours trouvé la conception de fichiers flash rébarbative, j’ai en revanche toujours apprécié les résultats des productions de ceux maitrisant cet outil.

    C’est un virage qu’on sent venir depuis maintenant quelque temps. Ne pouvant aller contre, je l’avais déjà pris en l’excluant des sites que je conçois (la seule exception étant la vidéo) par soucis de ne pas avoir à revenir dessus quand le virage sera justement pris.

    Mais le web s’aseptise un peu plus et c’est bien dommage. Le HTML 5 est puissant et permet beaucoup de choses. Mais pas autant que Flash et pas de la même façon (webdesigner < intégrateur) comme le souligne cet article, ni avec la même complexité de scénario.

    • Je rejoins complètement ton avis, bien que le côté rébarbatif de Flash m’a fait abandonné la techno depuis presque bientôt 10 ans (j’en ai fait de 2001 à 2006 environ). Des studios comme 2Advanced donnaient le ton et étaient des sources d’inspirations. ActionScript nécéssite quand même une logique codeur. J’ai préféré me spécialiser PHP.

  3. C’est pas comme si on en parlait depuis des années. Les gens dont c’est le métier qui ne se sont pas formé au CSS3/HTML ne mérite pas mieux que les devs Lingo de l’époque dont ils se moquaient haut et fort.

    Ce qui reste drôle, c’est que j’ai encore et toujours de jolies bannières pub en flash … sur youtube 🙂

    Les solutions HTML5 existent, depuis un bout de temps d’ailleurs, mais soyons honnête: si pour contrer le manque de compétence on génère ça via un éditeur automatisé qui intègre 80ko de JQuery par bannière, on peut pas vraiment parler d’une avancée majeur… A noter qu’une bannière responsive, c’est l’équivalent de plusieurs tailles, soit une bannière plus cher à produire.

    On peut déjà se projeter sur la flemme des créas à gérer ça et les budgets clients qui resteront les mêmes, une grande mode Flat Design de la bannière !
    ça va être génial…

    • Il existe des solutions pour créer uniquement un seul tag, qui va automatiquement s’adapter à tous les formats et tous les écrans. Pas besoin donc de créer plusieurs formats.

      C’est le cas du logiciel Epoch commercialisé par Adcade. Ils ont créé une API spécialement conçue pour la publicité. Du coup tu as des formats qui ne dépassent pas les 50ko, ce qui est plutôt cool !

  4. Aie ! je plains les régies publicitaires et beaucoup de secteurs web qui vont devoir prendre des mesures rapides et drastiques en ce qui concerne le flash !

  5. En même temps ça fait un moment qu’on sait que le FLASH va mourir et disparaître.

    Malgré tout pour certaines personnes, ça reste un support indispensable mais quand on voit tous les problèmes inhérents (sécurité, compatibilité…), on peut être plutôt heureux de cette mutation.

    Ce n’est pas non plus le premier changement majeur dans le web, on survivra 🙂

  6. Bonjour,
    Je ne trouve pas d’autres articles qui annoncent le blocage de Flash en septembre dans Chrome… Vous pourriez citer la source « officielle » svp ?
    Merci !

  7. Oops, désolé j’ai dû zapper le lien « annonce officielle » qui figure bien en plein milieu de votre article 😀
    Autant pour moi, bonne continuation !

  8. N’est-il pas un peu exagéré de parler de la mort de Flash ? L’annonce de Google concerne Chrome Desktop pour les « contenus non centraux ». Ceux qui prêchent une éradication pure et simple de Flash dans les navigateurs et du web vont devoir prendre leur mal en patience.

  9. Il n’y a pas réellement de différences entre Flash et HTML5+Js.
    Je me suis mis récemment à HTML, avec un grand dédain (HTML est une anomalie), et j’ai pu rapidement développer un ‘truc’ qui se rapproche de ce que je pouvais faire avec Flash (cf ). Il est temps pour moi de passer à autre chose et d’oublier le web et ses apps HTML5 avec deux listes à scroller et trois boutons en transitions CSS (quelle honte, cette sous-créativité, je suspecte Facebook d’être la cause de tout ceci). Rien de grave de toute façon, il faut passer à autre chose car le diktat du SEO et tout ceci nous rend bientôt aussi automatiques que des robots.

  10. À titre personnel, j’ai abandonné Flash depuis des mois. Safari en navigateur principal à la maison sans Flash Player, ça ne m’a posé problème qu’à de très rares occasions. Facebook ayant passé ses vidéos en HTML5, je n’ai plus aucun problème à vivre sans Flash.

    Je travaille depuis peu dans une boite qui fait exclusivement des bannières pub, et je peux confirmer la justesse de tes propos.

    Google avait donné une date approximative un peu confidentielle aux entreprises liées à la pub. Ça fait quelques mois, mais c’est un toujours le branle-bas de combat.

    Il y a beaucoup d’outils internes qui ont été mis en place avec les années pour créer efficacement ces bannières Flash. Passer au JavaScript implique pas mal de changements.

    HTML et Flash sont des technologies en concurrence. Normal donc que des choses diffèrent. Mais ce qui est le plus difficile pour développer des bannière, c’est bien la gestion du poids. L’intégration de polices étant presque impossible, nous utilisons principalement des images pour afficher du texte. Et je peux vous dire que ça fait mal quand on aime le « beau » web.

    Mais ce qui m’inquiète dans le fond, c’est les changements plus profonds que cela va engendrer pendant la période de transition. J’imagine que, comme tu l’as dit, les revenus de certains sites vont dramatiquement chuter.
    Les « géants » n’ont pas attendu pour s’adapter, mais j’espère que les petits sites, surtout de niches, n’auront pas trop de problèmes. Parce qu’on peut dire ce qu’on veut de Flash (je serais probablement d’accord), mais les bannières Flash représentent un importante partie de l’économie numérique, et donc, font vivre pas mal de gens.

    Bel article en tout cas.

    • Flash ou pas Flash: le CPM est en chute libre. Ça chauffe de tous les côtés.
      Le problème est de l’autre côté (et n’a rien de technologique) :
      Le temps du contenu gratuit est révolu. Le futur est lié à du contenu payant de qualité. Et les gens se remettront à abhorrer les publicités qui leur sont envoyées en pleine face.
      J’ai 40 ans et n’ai jamais cliqué sur une bannière publicitaire (15 ans d’expérience web en tant que développeur). Je n’ai jamais été sensible à la publicité. J’ai accéder à beaucoup trop de contenus de qualité, de manière gratuite. J’ai envie de rémunérer les bonnes personnes. Dans ce contexte, Facebook a également du soucis à se faire (et ses utilisateurs encore plus: à qui vont être vendues les informations dès lors que la publicité ne fonctionne plus vraiment ?).

  11. Gros business à faire pour le coup. Par ce que clairement j’ai pour l’instant (j’ai fait plusieurs bench) vu, aucune bannière de qualité (code, poids, etc.) et les outils actuels mis à part à la main ne permettent de réaliser cela. Et pour la compatibilité, on pourra se tirer une balle tranquillement. Et ni les grosses agences, ni les gros annonceurs sont prêts, ils n’ont pas saisi ce que signifie la mort du flash, clairement pas.

    • Il y a le convertisseur automatique de Google qui est sérieusement fonctionnel (j’ai converti des fichiers SWF avec beaucoup d’interactions et de code et tout est passé comme une lettre à la poste). Et niveau lourdeur: sur un fichier à 250k, Swiffy n’ajoute rien (en revanche, il faut tenir compte de swiffy.js qui est un peu lourd, environ 100k si je me souviens bien).

      cf https://developers.google.com/swiffy/

  12. Il existe des outils permettant de réaliser des bannières html/css/js sans vraiment connaitre de code. Mais tous ces outils sortent des bannières animées à l’aide de grosses librairies javascript, qui sont finalement inexploitables parce que trop lourdes.

    Donc, si l’on veut faire une bannière html/css/js avec un poids raisonnable, c’est possible, mais :
    – déja, il faut savoir coder dans ces 3 technos, à la mano.
    – polices système, vous voilà de retour ! (ou bien à la limite, des images pour les textes, mais on gagne alors en poids.)
    – Bien s’y connaitre en compression d’images.
    – Et puis forcément que l’on doit tout coder les mouvement à la main, cela prends beaucoup plus de temps à faire qu’avec Flash.

    Mais, même en faisant des bannière en js, un gros problème subsiste : les régies de pub supportent très mal ce format pour l’instant. Par exemple, on peut se retrouver avec une bannière sur laquelle le client n’aura aucun retour sur le nombre de clics… Ce qui est éliminatoire.
    Bref la période d’adaptation risque d’être très chaotique.

    Petite parenthèse concernant flash : en l’état actuel des compatibilités des navigateurs, on ne peut pas obtenir des bannières en js aussi poussées que des bannière en flash. Mais si il n’y avait pas ces problèmes de compatibilité : entre le html5, le svg, etc. en théorie on pourrait faire des bannières aussi bien que des anims flash… Mais en mettant 5 fois plus de temps à les faire !

    Bref : Flash va mourrir, d’accord, on a bien compris pourquoi. Mais c’est dommage pour la créativité, l’originalité et la rapidité d’exécution. Vu que les budgets ne vont pas exploser, on va se retrouver avec des création simplistes qui vont toutes se ressembler.

    • Je me répète, mais tout ce que je produis en Flash (100% code), j’arrive à le reproduire en HTML. C’est certaines fois un petit peu bancal (3D sur Canvas avec filtres, p.ex …), mais en terme de performances, le gain est intéressant. En termes de taille, il est évident qu’HTML bouffe un petit peu plus (surtout en rapport aux polices et aux images <- Flash faisait quelques hacks brillants mais Google Swiffy respecte la taille des images utilisées dans Flash en générant une image en bytecode).

      Et je te rejoins sur le fond: avant Flash, le web était lourd pour le développeur. Flash est arrivé: nouveau paradigme. Après Flash, le web est à nouveau devenu lourd pour le développeur.
      C'est ce que j'appelle un fail. En même temps, la technologie (et la base de connaissance liée) a tellement grandi qu'il devient judicieux d'imaginer une sorte de JS/C compilé, à terme évidemment).

      Et surtout, surtout: en ce qui concerne les zero-day sur JS + WebGL et tout ce qui est lié: je ne suis pas certain que cela soit plus rassurant 😉

  13. Bonjour,

    J’ai fait énormément de flash par le passé (Sites fullflash, bannières, applications destinées à des CDROM et bornes interactives (.exe), …) mais depuis 2012 environ, je n’ai pratiquement plus aucune demande sur flash. Donc ça fait déjà un moment qu’on avait compris que le flash avait peu de temps devant lui.

    Il est vrai qu’on perd en créativité, même s’il y a aujourd’hui de très beaux sites en HTML5/CSS3/JS. Mais ça ne vaut pas encore la crème des sites en flash que j’ai vu passer.

    En ce moment je suis en train de tester l’outil de chez Adobe, Edge animate, qui fonctionne un peu comme flash (on reste quand même loin du résultat obtenu avec flash) mais qui génère du html/js. On peut facilement faire une animation sans trop mettre les mains dans le code. Et pour ceux qui ont une bonne maitrise en JS, on peut faire des trucs assez sympas. Avec un de mes partenaires, nous avons repris un vieux jeu que j’avais réalisé en flash et que nous avons remonté sous edge, le résultat est plutôt assez surprenant. Et on peut faire du responsive.

    Le problème, c’est que niveau poids y a encore du progrès à faire, et ça génère plusieurs fichiers JS. De plus, dans un site, il faut intégrer ça dans une iframe.

    A suivre …

  14. Je pense qu’il est temps d’en finir avec flash car pour ma part je trouve cela révolu. Le temps des sites web full flash et qu’on devait créer un site html pour optimiser le code d’un coté et le référencement d’une autre part. A mon humble on survivra à la fin du règne du flash.

  15. Je trouve que les navigateurs veulent tuer flash a tout pris sans un alternative … Je travail avec flash et avec html.js.jquery et je peu vous dire que flash est meilleur … Pour la video ok .. Pour lanimation pas trop sur …. Mais pour les jeux le html est super difficile ..en tant que developpeur je vais avoir le mm problem qavant…la geurre de compatibilite entre les browser a propos du html

  16. La situation est au final assez compliquée.
    J’ai un profil graphiste/animateur, et la bannière flash représente une grande partie de mon activité. On sait depuis longtemps que la fin de flash est programmée, mais si de notre coté la veille nous a permis d’anticiper, c’est loin d’être le cas des régies pub et des traffic manager qui sont souvent coincés avec des serveur de pub qui ne sont pas prets à recevoir du html5.
    Le souci c’est que tout se fait dans l’urgence ces derniers jours, que tous les annonceurs affolés demandent des versions html5 des campagnes encore en ligne et/ou déjà programmées. Les plus gros progrès seront à faire coté annonceurs, car le html5 n’offre pas la même souplesse pour les retours, corrections, modifications, compression etc… qu’offrait flash.
    De plus les specs des ad serveurs risquent d’etre beaucoup plus variées qu’elles ne l’étaient avec flash. Du boulot pour nous en tout cas dans les mois qui viennent….

  17. Si quelqu’un a trouvé la feinte pour transformer une bannière flash en html5, tout en gardant cette dernière cliquable, je suis preneur.
    premier post-test Swiffy : animation ok, poids pas mal, mais intégration de la fonction clickTag impossible.
    (je ne suis pas codeur, integrateur etc)

    Merci de votre aide !

  18. La mort de Flash ? Non la mort du format .swf. Heureusement Flash ne se limite pas à ce seul export. Caricature spéculative : mort du format jpeg, c’est donc la mort de Photoshop ? Un peu de pondération dans vos propos que diable ! Un tiers des animations Flash sont en export HTLML5/Canvas aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *