Best Of Blogosphère Développement Web — 15 juillet 2015 — 8 commentaires
Combien vous coûte votre site WordPress ?

Lorsqu’un consultant, un commerçant, un artisan ou une PME cherche à créer un site internet, il est naturel de se tourner vers WordPress, le leader incontesté de la gestion de contenu pour n’importe quel portail web. Avec ses nombreux plugins et sa communauté dynamique, c’est un choix évident, aucun problème de ce côté. Et c’est d’autant plus intéressant, car “WordPress est gratuit”…

Oui, dans les faits et stricto sensu, WordPress est gratuit. Mais cela veut-il dire que votre site internet sera gratuit ? Pas vraiment. Alors pour celles et ceux qui n’ont que peu d’expérience et qui souhaitent se lancer dans la création d’un site WordPress par eux-mêmes (c’est-à-dire sans faire appel à une agence de communication), il est toujours utile de faire un petit point niveau budget qui viendra relativiser la traditionnelle maxime selon laquelle votre site ne vous coûtera rien.

Qu’entend-on par “Wordpress est gratuit” ?

WordPress, c’est le cœur de votre site internet, le moteur de votre voiture. Pour simplifier, c’est grâce à lui que vous pourrez créer des pages, mettre en ligne votre site, éditer des articles, publier des photos, etc. C’est ce qu’on appelle couramment un CMS, pour Content Management System, ou système de gestion de contenu en français pour mettre en œuvre votre site. Si vous avez encore un doute, je vous conseille de visiter le site wp-marmite qui regorge d’informations pratiques WordPress pour mettre en œuvre votre site. Il en existe d’autres comme Joomla, Drupal ou Spip par exemple, mais c’est certainement le plus populaire et le plus facile à utiliser.

Ce cœur du système est effectivement gratuit et téléchargeable librement. Mais ce n’est qu’une pièce d’un grand puzzle. C’est donc le moment de sortir la calculatrice et de faire votre budget, étape par étape.

Nom de domaine et hébergement

Avant toute chose, vous devez déterminer votre nom de domaine. Vous savez, c’est l’adresse que vous tapez dans votre navigateur pour accéder à un site internet, comme www.webmarketing-com.com. Or, celui-ci n’est pas gratuit bien qu’il existe certaines offres promotionnelles, généralement à durée limitée et couplée à une offre d’hébergement. D’autre part, selon le choix de votre extension, le budget peut s’alourdir. Vous faut-il du .fr ? Du .com ? Les deux ? Avez-vous pensé au .eu ? Et combien de temps souhaitez-vous le réserver ? Nous ne sommes jamais vraiment propriétaires à vie d’un nom de domaine. C’est un abonnement qui peut se renouveler tous les ans, tous les trois ans, tous les cinq ans, voire plus.

Une fois que vous avez votre nom de domaine, il faut choisir votre hébergement. On entend par là le serveur que vous allez louer et à partir duquel votre site internet sera accessible. Sans rentrer dans le détail et le jargon technique, tout dépend de vos besoins, car les hébergeurs disposent de plusieurs offres avec plusieurs options en termes de bande passante, d’espace disque, de mémoire vive, etc.

Dans tous les cas, c’est un budget récurrent qui cache lui-même de multiples options et sous-options. Par exemple, certains hébergeurs proposent des offres pour ajouter des systèmes de sécurité à 10 ou 15 euros par mois, une sauvegarde automatique au même prix ou encore des aides à la configuration diverses et variées. De quoi alourdir le budget.

Au final, vous avez votre nom de domaine, votre hébergement, et vous avez déjà dépensé entre 80 et 300 euros. Montant qui sera revu à la hausse l’année suivante, car les offres promotionnelles diverses ne sont généralement valables que pour la première année.

La mise en place de votre site

Ici, on entre dans la phase d’installation et de paramétrage. On y parle serveur, base de données, wordpress, redirections éventuelles, etc. Bref, on rentre dans la technique. Pour une personne qui maîtrise le sujet, ce n’est pas un problème et en une heure ou deux, le travail est fait.

Pour un petit patron ou un artisan qui ne le maîtrisent pas, les choses se compliquent et deux options s’offrent à vous :

  • Soit vous êtes patient, avez envie d’apprendre, êtes perfectionniste et avez du temps devant vous : vous allez alors profiter de la puissance de la communauté de WordPress, progresserez vite dans sa compréhension et pourrez faire, avec quelques défis à surmonter, le travail par vous-même ;
  • Soit vous n’avez ni le temps, ni la motivation, ni les compétences, ni l’envie : le plus simple est alors de faire appel à un professionnel qui pourra vous accompagner dans l’installation de votre site.

Le choix de cette deuxième option viendra inexorablement gonfler votre budget. Oui, c’est vrai que vous ne vouliez pas passer par une agence de communication, car vous n’aviez pas de budget ni de temps à accorder à un prestataire. Mais à moins que le neveu de votre voisine vous vienne en aide, seul un consultant pourra vous aider à installer votre site, à distance ou en face à face.

Au final, si vous confiez cette tâche à un expert extérieur, il faut compter de 100 à 500 euros en fonction du travail et de vos besoins. Nous en sommes donc entre 180 et 800 euros et votre site est en ligne. Vide, mais en ligne.

Le choix d’un thème

Prochaine étape : le thème. Pour le moment, vous avez construit les murs de la maison, mais elle n’est pas habitable en l’état. Il faut faire la plomberie, l’électricité, les sols… de façon à la rendre plus présentable. C’est à ça que servent les thèmes. À défaut de tout coder vous-même, d’autres s’en sont chargés à votre place et vous vendent leur prestation.

Il faut voir un thème WordPress comme une couche de design et d’ergonomie qui vient s’ajouter à votre magnifique site vide. C’est en fonction de celui-ci que vous allez peaufiner votre design et votre contenu. C’est cet élément qui va donner du style, définir une page d’accueil, la place des menus et toutes les fonctionnalités essentielles à votre site. Là aussi, il existe deux options :

  • Soit vous trouvez et installez un thème gratuit. Il en existe des milliers accessibles facilement. WordPress vient d’ailleurs avec plusieurs thèmes gratuits que vous pouvez utiliser directement.
  • Soit vous décidez d’acheter un thème premium qui vous offrira plus de possibilités, plus de fonctionnalités, des réglages élaborés, un design travaillé et un site qui se rapproche plus de vos besoins (comme les thèmes sur themeforest ou creative market par exemple)

Le choix du thème est important. Il existe d’ailleurs de nombreux articles et blogs qui vous donneront des clés importantes pour en comprendre le fonctionnement et vous aider à mieux les choisir.

Pour revenir à ce qui nous intéresse, le budget, les thèmes premiums oscillent entre 30 et 100 euros en moyenne. Il vous faudra une carte bancaire pour payer en ligne, et sachant que la plupart des achats seront en dollars américains, pensez à rajouter quelques euros pour les frais liés à la transaction bancaire.

Nous voici donc entre 180 et 900 euros et votre site est prêt à être habillé !

Le contenu

C’est le moment de faire ce que vous savez faire le mieux, c’est-à-dire parler de vous, de votre activité, de vos services et de votre savoir-faire. Vous créerez ainsi un site qui vous assurera de la visibilité, des affaires supplémentaires et une belle satisfaction. Jusque-là, pas de problème, car les coûts liés au contenu sont finalement assez minimes… sauf lorsqu’il s’agit de publier des images.

À moins d’avoir de beaux clichés pris par un professionnel qui saura mettre en valeur votre métier, il peut être parfois utile de piocher avec parcimonie dans les photos qui sont vendues sur internet. Je parle bien de photos vendues. Oubliez tout de suite de prendre la première affichée sur Google Images. C’est non seulement peu éthique et irrespectueux du travail d’autrui, mais c’est surtout illégal. Il est possible en deux clics de savoir s’il s’agit d’une œuvre originale ou une dont vous avez les droits par rapport à une image volée sur le web. Les stock-shots – ou banques de photos – sont nombreux et vous proposent de vous vendre un ou plusieurs visuels que vous pourrez réutiliser à votre guise sur votre site internet. Ils sont toujours utiles pour illustrer un propos, un service ou une technique compliquée ou trop abstraite.

Pour résumer, vous avez quatre options :

  • La plus chronophage, mais la plus gratifiante : faire les photos vous-mêmes, si vous êtes un professionnel ou un amateur éclairé en photographie. Trop de sites pâtissent d’une mauvaise notoriété à cause d’une image floue, mal cadrée, prise à contre-jour ou avec un Smartphone de qualité moyenne. Sans compter qu’il vaut mieux connaître les bases légales du droit à l’image si des personnes y sont présentes. Choisissez cette option si vous savez vraiment ce que vous faites.
  • La plus chère, mais la plus facile : payer un professionnel qui viendra quelques heures vous constituer un beau catalogue que vous pourrez réutiliser librement sur tous vos outils de communication. Le tarif peut varier de 250 à 1000 euros en fonction des besoins.
  • La plus rapide, mais la moins originale : acheter une photo en stock-shot sur des sites comme fotolia, gettyimages ou ses déclinaisons type istockphoto. Les prix peuvent varier de 5 euros à plus de 1000 euros la photo en fonction de son utilisation, de son type, et de sa taille notamment. Il existe aussi des abonnements mensuels qui limitent les coûts si vous en avez un besoin récurrent.
  • La plus maligne, mais la moins facile : fouiller dans les banques d’images en creative commons. Concrètement, cela veut dire que vous pouvez utiliser des visuels sous certaines conditions et sur certains supports (citer le photographe, retoucher ou non la photo, etc.). À ce titre, photopin rechercha dans les images de Flickr et vous affichera celles qui sont susceptibles d’être utilisées gratuitement selon ces conditions. Seul bémol : il est rare et beaucoup plus difficile de trouver LA photo de vos rêves.

La maxime qui dit qu’une image vaut mille mots n’est pas galvaudée et il est important de bien choisir les visuels qui séduiront vos internautes. C’est un poste de dépenses supplémentaires qui peut donc vous coûter, selon votre choix, entre 0 et 1000 euros.

Au final, maintenant que votre contenu est en ligne et richement illustré, vous avez dépensé entre 180 et 1900 euros.

Les extensions (plug-ins)

Enfin, dernier poste de dépenses potentielles : les extensions de WordPress. Ce sont de petits programmes qui apportent des fonctionnalités supplémentaires à votre site. Il peut s’agir, par exemple, d’accélérer le chargement des pages, d’améliorer votre référencement sur Google, de personnaliser vos articles, de favoriser le partage sur les réseaux sociaux, ou de créer des formulaires de contact.

Il en existe des milliers qui sont souvent gratuits et il est d’ailleurs tout à fait possible de personnaliser son site WordPress avec ceux-ci. Mais si vous cherchez certaines fonctionnalités spécifiques (par exemple, un portfolio photo) ou un service premium plus efficace que des plug-ins gratuits (comme optimiser le chargement des pages), il vous faudra passer à la caisse. Les prix sont généralement assez abordables, mais mis bout à bout, cela peut vite monter à 50 ou 100 euros en plus.

Pour finir…

Ces coûts ne sont bien sûr qu’un ordre de grandeur et dépendent forcément de vos objectifs, de votre niveau d’aisance et de vos attentes. Ils ont le mérite de bien rationaliser le fait que même si WordPress est effectivement gratuit, les coûts liés au développement d’un site internet ne se limitent pas à ce CMS. Au final, on peut donc être dans une fourchette de 200 à 2000 euros pour un site fait par vous-même, depuis le bureau ou la maison. Ceci n’inclut pas votre temps personnel qui peut facilement se compter en dizaines ou centaines d’heures pour les plus minutieux ou les plus persévérants.

Construire un site soi-même est une grande source d’apprentissage et d’auto-gratification, mais il faut aussi être conscient de ses priorités, de la gestion de son temps et de ses limites. C’est à ce moment-là que la consultation d’une agence plus spécialisée, ou d’un consultant pourra aussi vous être utile. Le temps que vous passez sur WordPress, vous ne le passez effectivement pas à développer vos affaires.

Vous avez à présent toutes les cartes en main pour décider et vous lancer !

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Julien Redelsperger

Après avoir dirigé un service communication en France pendant dix ans, je me suis envolé pour le Canada où je travaille en tant que stratège numérique. Spécialiste créatif et innovant en marketing de contenu et stratégie de communication numérique. Expert dans l’utilisation des réseaux sociaux, formateur, chef de projet et gestionnaire rigoureux, je peux vous accompagner sur tous vos projets.

 


8 Commentaires

  1. Sans compter les mises à jour de WP ainsi que des éventuels templates et plugins, à valider en pré-prod avant de mettre en place sur le site de production.

  2. Très bel article très complet.
    Très souvent, ce qui peut coûter cher ce sont les images. Même s’il existe des images libres de droit gratuite, plus on multiplie les articles, plus les coûts vont monter. Il faut donc planifier un budget régulier.

    • Merci ! 😉
      Oui effectivement, on a trop tendance à sous-estimer le budget images dans la phase de création d’un site web.

  3. Très bon article, ludique et réaliste, a faire lire à ses clients. Surtout ceux qui pensent que la réalisation d’un site internet est gratuit et tout aussi simple à mettre en place qu’un simple « copier coller ». Au final on peut avoir un site pour 200€… mais cela prendra beaucoup de temps et le résultat d’un newbie n’est pas garanti.

    Pour aller plus loin sur la partie images et photos, je me permet de proposer un de mes articles sur l’utilité de photos pros : http://www.resonancecommunication.com/blog/lutilite-de-photos-professionnelles-sur-un-site-internet/

    🙂

  4. Je pense qu’un bon site WP n’est jamais totalement gratuit. Un bon thème est payant, les meilleurs plugins sont payants, et la sécurité a un coût. Le nom de domaine et l’hébergement, j’en parle pas. C’est évident que c’est payant pour tous les sites. Après tout dépend de l’utilisation et de l’activité du site, mais pour un site pertinent régulièrement mis à jour, il ne faut pas hésiter à lâcher quelques billets.

  5. Il y faut aussi tenir compte du coût de la protection du site et réparation des dégâts causés par les attaques.

    Voir par exemple
    Vague d’attaques sur les sites WordPress
    http://blog.secupress.fr/attaques-wordpress-261.html

    Piratage: Le FBI met en garde contre les attaques sous WordPress
    http://www.20minutes.fr/high-tech/1582939-20150409-piratage-fbi-met-garde-contre-attaques-sous-wordpress

    • Tout à fait d’accord. D’où l’importance d’une maintenance technique pour ce type de CMS.

  6. L’article me semble un peu allé vite avec le dos de la cuillère sur les tarifs.

    Les thèmes gratuits sont à fuir, ils sont le plus souvent graphiquement moches, souffre de failles de sécurité ou d’un mauvais code html et peuvent être source de pas mal de problèmes.

    Si WordPress est gratuit, vaut mieux acheter un thème premium mais il faut savoir mettre les mains dans le cambouis. Et le temps que vous passez à installer et paramétrer votre thème, c’est autant de temps que vous ne consacrez pas à votre réelle activité. Et vous risquez d’y passer du temps s’y vous y connaissais rien.
    Je sais on connait tous un cousin d’un ami qui fait du web sur un coin de table. Mais est-ce la garantie d’un travail bien fait ?

    Par contre les tarifs annoncés dans l’article me semble plutôt sous-estimés. Quand on sait qu’en général le tarif journalier d’un développeur est de 450 € (et oui il faut bien que ces gens là vivent aussi de leur métier et ils doivent aussi s’acquitter de différentes charges).

    Pour les PME, je les encourage vivement à prendre l’option de réaliser sur-mesure son thème qui prendra en compte dans ses fonctions les attentes de l’entreprises et de ses internautes. Votre site est votre vitrine sur le web, il est un investissement à part entière qu’il ne faut en aucun cas négliger.

    Quand aux attaques sous WordPress, oui elles existents mais si le CMS et ses plugins sont à jour et que le professionnel qui a réaliser votre site à pris le soins d’ajouter certaines fonctions au niveau de la sécurité, votre site sera plus difficile à attaquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *