Best Of Editorial Web — 11 juin 2015 — 3 commentaires
Le guide de style éditorial: conditions de réussite

Produire un bon guide de style éditorial a pour but d’assurer que votre identité discursive est sous contrôle. Quels sont les grands principes?


Le guide de style éditorial couvre l’ensemble des éléments qui favorisent la cohérence du patrimoine éditorial et préservent votre identité discursive.

Charte éditoriale, ligne éditoriale, contrat de lecture, matrice de positionnement, référentiel lexical … Les « outils » ne manquent pas pour garder le contrôle sur le contenu de marque et assurer le ROI de nos actions de marketing de contenu. Mais il n’y a pas que les outils qui importent: les parties prenantes au projet comptent pour beaucoup dans sa réussite. Explications

Sans guide, un guide de style éditorial ne sert à rien

Notre expérience révèle que sans pilote désigné, sans communication sur le projet, le guide de style éditorial, dont la conception nécessite un investissement parfois important, risque souvent de n’être pas utilisé à sa juste valeur pour ne pas dire ignoré.

Autrement dit, mettre en place un guide de style éditorial suppose qu’il y ait un chargé de projet, compétent pour détecter et interpréter les forces et faiblesses de la chaîne éditoriale actuelle, proposer des améliorations et formaliser des règles de conduite afin de rationaliser ladite chaîne et d’en maximiser l’efficacité.

La mission est de taille pour ce chargé de projet, puisqu’il va devoir mettre en place un guide de style éditorial utile, attrayant, pérenne. Il doit en effet assurer que l’outil soit accessible, pratique et efficient auprès des utilisateurs finaux: communicants, chargés de produit, responsables marketing, …

Un guide de style éditorial doit être porté par la direction

Si les utilisateurs finaux du guide de style éditorial sont les « opérationnels de la communication et du marketing », ils ne sont pas les seuls concernés par le contrat de lecture. En effet, un guide de style éditorial touche à l’identité de la marque, son discours, sa notoriété. Il doit donc avoir le soutien des directions.

Ce soutien doit être assuré à plusieurs niveaux:

  • les instances: la direction doit former un groupe de travail et préciser les responsabilités, droits et devoirs de ses membres.
  • les moyens: outre le coût de production d’un tel guide, il ne faut pas sous-estimer la gratification nécessaire envers les acteurs du projet, utilisateurs finaux compris puisque ceux-ci contribueront à la gouvernance de l’identité discursive de la marque, et se voient donc attribuer une responsabilité supplémentaire, qu’ils garantissent au travers d’une compétence supplémentaire. Doivent également être prises en compte, dès lors, la médiatisation de l’outil et la formation à son utilisation et son entretien.
  • les contenus: les participants au projet doivent être documentés et guidés à chaque phase: analyse, planification, conception, mesure. Ils doivent avoir accès à un service d’accompagnement et de formation permanente à l’utilisation de l’outil, lui-même voué à évoluer de manière permanente.

Un guide de style éditorial suppose une stratégie discursive

La stratégie discursive assure que le guide de style conserve une certaine souplesse dans la gestion de l’identité discursive. Qu’il procure une certaine marge de manœuvre dans l’application du contrat de lecture ainsi formalisé.

La stratégie discursive vise surtout à garder le contrôle sur les contrat de lecture que cette charte matérialise mis en place au travers du guide de style éditorial. En effet, l’enjeu n’est-il pas, au final, de conserver la légitimité de la marque dans les contenus qu’elle produit, de protéger son “droit à la parole” en assurant, à tout moment que ce qu’elle dit est digne de foi et inspirant.

Et vous, qu’en pensez-vous? Quelle est votre expérience dans la mise en place d’un guide de style éditorial?

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Muriel Vandermeulen

Je pratique, le marketing et la stratégie de contenu depuis plus de 20 ans.Je prône un Web utile, attrayant et durable grâce notamment à une meilleure gouvernance éditoriale.J'ai fondé et je co-dirige Wearethewords, agence éditoriale interactive située à Bruxelles et Paris. Des groupes de presse (Le Monde, L’Avenir.net, … ), grands comptes (Fnac, CDC, Unilever, Toyota), ou encore de hautes écoles et ministères belges et français font appel à nous pour concevoir, appliquer et maximiser leurs stratégies éditoriales à des fins diverses: lead gen., lead nurturing, SEO, notoriété, conversion, ...

 


3 Commentaires

  1. Bonsoir Muriel
    Merci pour votre article qui semble intéressant. Mais je le trouve un peu compliqué.
    Vous utilisez souvent le mot « discursive » en l’associant au mots stratégie et identité. Il aurait été intéressant d’accompagner votre article d’une petite explication….
    D’avance merci de votre compréhension.
    Cédric Debacq

  2. Cher Cédric,

    je suis étonnée de cette réaction. Si le seul mot qui crée en vous la confusion est « discursif », il vous suffit de prendre un dictionnaire. Et vous apprendrez que l’adjectif est décliné sur le mot discours.

    Pour le reste, les gens du métier savent ce qu’est l’identité discursive (plus de 255.000 occurrences dans Google). Et l’expression « stratégie discursive » apparait plus de 100.000 fois.

    En outre, j’ai fourni plusieurs liens vers d’autres articles qui permettent, précisément, d’avoir une compréhension plus approfondie des concepts ici présentés.

    Enfin, le but de mon article n’était pas de vulgariser les concepts de l’étude du discours, mais d’échanger une réflexion avec les adeptes et praticiens de l’identité (discursive) des marques.

    Bien sûr, je me ferais un plaisir de répondre à vos questions, si vous en avez de concrètes. Envoyez-moi un e-mail. J’y réagirai promptement.

  3. Comme Cédric, je pense que vous ne connaissez pas la définition de « discursif ». Votre réaction à son commentaire l’atteste. Mais ce n’est pas grave, vous êtes dans le « style éditorial » de webmarketing&com.
    Discursif signifie tirer une proposition d’une autre par un raisonnement ou par une suite de raisonnement. Je ne saisis pas l’articulation intellectuelle de votre raisonnement.
    De mon côté, l’expression « Style éditorial » m’interroge. Peut-être était-elle d’usage dans certains cercles à l’été 2015, date de publication de votre article, et encore j’en doute, mais même en relisant votre article j’ai l’impression que vous faites des confusions entre le principe de « stratégie éditoriale » et celui de « ligne éditoriale ». Je trouve le choix de vos mots approximatif et faussement lettré. J’ai l’impression d’avoir perdu mon temps et je ne suis pas fière de rédiger un commentaire négatif sur un blog. Je vais parler de tout cela à ma psy que je vois tout à l’heure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *