Search Marketing — 20 avril 2015 — Aucun commentaire
Comment noyer le poisson ? By GOOGLE …

Alors que le mastodonte Google ne sait plus où donner de la tête tant les accusations à son encontre se font nombreuses, le groupe déploie une batterie d’actions bien destinées à redorer son blason. Plusieurs axes sont déployés à cet effet…

1er axe : «  Moteur de réussite », une campagne de publicité bien ficelée

Zero-Gachis

Hasard de timing, Google France qui travaille ce projet depuis 18 mois,  vient de lancer sa toute première campagne de publicité institutionnelle. Elle a débuté le 8 Avril et prendra fin le 23 Mai.

 Le nom ? «  Moteur de réussite »
– Le concept ? Mettre en avant des succès français incarnés par cinq ambassadeurs venant du monde des start-up, PME et associations et qui doivent leur succès notamment à Internet et aux technologies de Google. 

Google France lance parallèlement le site moteurdereussites.withgoogle.com et invite les entrepreneurs et associations français à se raconter pour identifier toutes les autres success stories. Le gagnant sera à son tour ambassadeur, lors de la prochaine vague de “Moteur de Réussites Françaises”.

Du grabuge chez Google…

Alors que le groupe est ultra dominant sur le marché de la recherche sur Internet (77% aux USA et + de 90% en Europe), il est la cible de plusieurs procédures.
Aux Etats-Unis d’abord, son fief, une enquête pour anti concurrence qui avait été abandonnée en 2012 remonte à la surface, et en Europe également, à Bruxelles, une enquête sur ces mêmes pratiques anti-concurrentielles. En France enfin, la dernière en date,  des sénateurs ont déposé un amendement au projet de la loi Macron afin d’encadrer strictement les pratiques des moteurs de recherche.
Aucun commentaire de Google France pour l’instant.

Oui mais Google a réponse à tout…

Quoi qu’il en soit, et sans transition, le directeur général de Google France préfère faire état de la place prise par la filiale française de Google auprès des entrepreneurs français et des acteurs principaux du web et de l’ampleur qu’il a pris sur l’hexagone en peu de temps.

« Depuis notre installation à Paris en 2004, nos effectifs sont passés d’une petite quinzaine de personnes à 600 salariés dont une centaine d’ingénieurs » précise-t-il. M. Leeder souligne également le rôle joué par Google pour améliorer leur visibilité sur internet.

 

nick-leeder-big-boss-de-google-france

 

2eme axe : «  Google pour les pros », un positionnement important dans le monde entrepreneurial et dans celui du web

pme_Google_pour_les_pros

Lancé il y a 3 ans, le programme Google pour les pros a permis aux équipes de Google de rencontrer plus de 50000 TPE et PME. La moitié d’entre elles ont aujourd’hui une présence en ligne.

M. Leeder a pour ambition de rencontrer d’ici la fin de l’année  200 000 PME et donc d’embaucher 200 coachs qu’il ira chercher au sein des juniors entreprises, des universités et autres écoles de commerce.

Du coté des associations Google est aussi largement positionné puisque Leeder indique que Google a offert plus de 35 millions d’euros de publicité via les Googles Ad Grants ces deux dernières années.

3eme axe : «  Scale-Up », soutien aux start-up pour l’internationalisation

Scale Up

Sur le modèle de Numa, emblématique lieu de l’innovation à Paris et pour lequel le groupe verse depuis 2011 un million d’euros par an,  Google France lance une nouvelle initiative tournée vers les start-up «  Scale-up ».

Il s’agit d’une aide destinée aux start-up qui ont déjà réussi une première levée de fonds et qui ont pour ambition de s’internationaliser, a l’instar de Blablacar par exemple.
Une équipe de Google France composée de 10 personnes a déjà sélectionné 10 start-up. Ils ont pour mission de les accompagner tout le long du processus.

A l’heure ou Google fait l’objet de bon nombre d’interrogations, notamment sur sa politique très édulcorée  de non concurrence, mais aussi sur sa position en matière de confidentialité ( Google France n’a jamais fourni le montant total de ses investissements en France), il est de bonne augure de se demander comment Google va s’en sortir.

Rassurez-vous, le web est un univers (impitoyable) où tout se sait, et vite. Nous saurons donc être patients.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Sabine Aiache

Hyper active au sein d'une agence digitale et webmarketing, Alta Agency, j'y suis responsable de la com'. A ce titre, j'ai plusieurs cordes à mon arc: blogging, communauty management, content writing, relation publique, presse ... Passionnée par la viralité que le web engendre, je suis une mordue des relations humaines, malgré tout !

 


0 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *