Best Of Inbound Marketing — 14 avril 2015 — 6 commentaires
Snacking content : la potion magique du marketing de contenu

A l’heure ou le consommateur est « hyper-sollicité », le temps d’attention moyen d’un internaute sur le web est réduit à 8 secondes ! Dans cette course contre la montre, pourquoi ne pas utiliser le snacking content, une vraie potion magique pour faire la différence et attirer l’attention de votre audience ?

1. Le snacking content qu’est-ce que c’est ?

Le snacking content est un contenu très court et très facilement consommable. Si l’on veut prendre une métaphore, c’est un peu comme si vous consommiez du contenu en guise de collation. L’objectif est de rédiger des micro-messages, compris entre 250 et 300 mots, qui attirent l’attention de votre audience. Vos messages doivent être impactants et aller à l’essentiel.  Qui d’entre vous ne s’est jamais retrouvé sur son fil Facebook à scroller son écran jusqu’à trouver « L »’information qui vous intéresse ?

Bienvenue dans l’ère du micro contenu où le consommateur est ultra sollicité par une masse d’informations considérables. Le micro-contenu va vous aider à faire la différence et à rester présent dans l’esprit de votre audience. Twitter en est d’ailleurs un très bel exemple avec ces fameux 140 caractères. C’est en rédigeant un message court et bien tourné que vous allez inviter votre audience à visiter votre site et à découvrir votre contenu. D’ailleurs saviez-vous que 49% des messages lus sur internet font 111 mots en moyenne, voire moins ?

Mais alors, quels vont être les effets du snacking content sur votre stratégie de contenu ?

2. Les effets du snacking content sur votre stratégie de contenu

Dynamiser vos contenus :

Le snacking content va vous permettre de donner un tempo à vos contenus. Vous allez pouvoir jouer la carte de l’alternance en utilisant des infographies, des photos, des vidéos, des actualités ou encore de simples phrases. Finalement vous allez créer un rapport particulier avec votre audience en la divertissant. La marque Butlers Chocolate le fait d’ailleurs très habilement :

En choisissant le territoire de l’humour, la marque se sert du snacking content pour faire la promotion de ses produits. Cette attitude est d’autant plus intéressante que la marque réussit à faire en sorte que ses fans se projettent dans la consommation de ses produits. Finalement le bénéfice est double, Butlers Chocalate inscrit ses produits dans le quotidien de son audience tout en créant une relation connivente avec elle.

Vous l’aurez compris, en sortant votre audience de la monotonie, vous allez réussir à capter son attention et à rester présente dans son esprit. Alors pourquoi ne pas essayer ?

Générer de l’engagement

Aujourd’hui, les consommateurs souhaitent créer une relation de proximité avec les marques sans être sans arrêt interrompus par des messages commerciaux. Ils veulent réellement être sur le même pied d’égalité en dialoguant et en donnant leur avis. Mais alors, quoi de mieux que d’avoir recours au snacking content qui génère de l’engagement grâce à des micro-contenus diffusés sur les réseaux sociaux ?

J’ai aimé le snacking content de Merci Alfred !!

merci-alferd-FB

Le jour de l’éclipse solaire du 20 mars, événement particulièrement rare, Merci Alfred a su créer un très fort engagement avec une phrase impactante et un visuel qui ne nécessite même pas d’achat d’art !

Vous l’aurez compris, le snacking content, c’est aussi un marketing basé sur la spontanéité qui vous permettra de gagner en visibilité et de viraliser vos contenus.

Saisir l’opportunité du mobile

Aujourd’hui plus que jamais, les marques doivent faire face à l’arrivée massive du mobile. Les mobinautes français passent en moyenne 58 minutes par jour à surfer sur internet via leurs smartphones. Le snacking content répond pleinement à ce besoin puisqu’en une seule phrase, une seule image, il va réussir à capter l’attention de vos internautes en situation de mobilité.

Mes petites astuces culinaires :

Une bonne entrée vous met en appétit pour le plat de résistance. Alors même si le snacking content est une très bonne solution pour éveiller l’intérêt, n’oubliez pas d’alterner ce moyen de communication avec des contenus plus développés. Il est important de bien se nourrir, on ne peut pas manger tout le temps des cacahuètes !

On peut aussi faire un dîner tapas ! Effectivement, segmenter un contenu en différents contenus complémentaires peut être intéressant. En faisant  du snacking content, vous allez pouvoir réutiliser votre contenu en le diffusant par petites quantités. Par exemple, imaginez que vous avez écrit un livre blanc. Vous souhaitez augmenter son taux de téléchargement, pourquoi ne pas diffuser quelques phrases issues de votre livre pour en faire sa promotion ?

Le snacking content est une solution optimale pour occuper vos timelines et rester présent dans l’esprit de vos consommateurs ! Mais n’oubliez pas de produire du contenu à forte valeur ajoutée qui valorisera votre expertise auprès de votre audience.

Et vous, êtes-vous un snacker ? Faites-vous du snacking content ? Partagez vos recettes avec nous !

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Stéphanie Branchi

Adepte du webmarketing et fervente utilisatrice des réseaux sociaux, je suis en recherche constante de nouvelles actualités sur la toile ! Je m’intéresse plus particulièrement aux stratégies d’Inbound et de content marketing à 360°. Content manager chez zuma paris, j’aide les entreprises a augmenter leur visibilité et a optimiser leurs stratégies digitales par le biais de contenus pertinents.

 


6 Commentaires

  1. À titre perso,

    Sur facebook et google+ toutes mes publications restent courtes, simples, espacées pour ne pas déranger la lecture du fil d’actualités

  2. Je suis d’accord, on ne peut pas faire que du snacking. Pour rester dans l’analogie culinaire, le snack cela calme la faim, mais c’est pas suffisant.

    Il faut aussi faire des articles de plus de 1000 mots de temps en temps. Du contenu consistant.

    De plus, il faut aussi tenir compte du moyen de diffusion. Il est plus judicieux de faire du snacking sur Tweeter, Facebook, que sur un blog.

  3. Le snacking content !!!! pour se faire publier les Marketeurs inventerait n’importe quoi..il ne fait que reprendre des principes connus, il te change le nom en anglais si possible ! ça passe mieux 😉 te balance une rédaction avec quelques chiffres et terminologies trouver sur le web, des métaphores…Et hop un nouveau concept est né !! faut arrêter !! par la suite en réunion avec tes clients pour offrir la même prestation il existe des dizaines et dizaines de soit disant concepts qui de surcroît veulent dire la même chose …Comment tu veux que ton commanditaire ne s’emmêle pas les pinceaux !?

  4. @Nassim c’est pas faux. Après si avec un peu de buzzword et d’upsell on peut augmenter son ca, pourquoi s’en priver?

    J’appelle ça du contenu-minute parce que chaque jour qui passe est pour moi un hommage à la loi Toubon. Au final c’est la même chose 🙂

  5. Je pense que pour un marketing de contenu ce genre de procédé ne suffit pas. Il faut alimenter le site par des textes cohérents, persuasifs et originaux. Et donc, les quelques mots du « snack » ne peuvent pas faire l’affaire. Mais je suis pour son utilisation dans les réseaux sociaux où les contenus doivent être accrocheurs de sorte à attirer les clients.

  6. Dis donc, cet article c’est pas un peu du bourrage de mots-clés ?
    Parce que j’ai lu 125 fois le mot « snacking content » et pour autant j’ai pas appris grand chose 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *