Best Of Entreprendre — 02 avril 2015 — 3 commentaires
L’entrepreneur est-il un poor lonesome cowboy… ?

On entend parfois (à tort) que la solitude de l’entrepreneur est un trait caractéristique de l’aventure entrepreneuriale. Certes. Si l’entrepreneur est seul dans ses responsabilités et certaines de ses décisions, il peut aussi compter sur l’aide de nombreux services, outils, réseaux, qui lui permettent aujourd’hui de s’entourer intelligemment, de financer ses projets, et d’éviter de faire des erreurs critiques…

Le financement

La demi-mesure n’échappe pas au monde entrepreneurial. Alors que certains les imaginent riches à souhait, maîtres du monde, d’autres voient plutôt l’entrepreneur sans un sous, galérant pour financer ses projets. Et au milieu, comment fait-on ?

La réalité est heureusement différente aujourd’hui, et il existe désormais de nombreuses solutions de financement pour lancer son activité, même si nous évoquerons ici des solutions surtout adaptées aux métiers du numérique et des start-up :

  • Réseaux d’aides à la création d’entreprise : les réseaux tels qu’Initiative France ou le Réseau Entreprendre sont de formidables tremplins, à la fois en termes de conseils et d’accompagnement (il est possible d’être aidé par des parrains, actuels ou anciens dirigeants, qui mettent à votre disposition toute leur expérience), mais aussi de financement (via les prêts d’honneur notamment);
  • Les banques : elles ont mauvaise presse, certes, et selon le type de service (notamment pour les services immatériels), il n’est pas facile de les convaincre. Néanmoins, si vous obtenez un prêt d’honneur d’un organisme cité plus haut, le prêt bancaire sera plus simple à obtenir;
  • Les subventions : le choix du regroupement des solutions de financement et d’aides aux entreprises sous la marque BPI a permis de clarifier le message, et de proposer des mécanismes simplifiés. La bourse French Tech en est un bel exemple, dont la vocation est de soutenir l’investissement des entreprises françaises innovantes. Mais au-delà de la BPI, les conseils régionaux, les villes, et les différentes collectivités développent de plus en plus ce type de mécanismes, soit pour attirer les talents dans leur giron, soit pour soutenir des projets au coeur de l’économie locale, capables de participer au rayonnement de la région. Pensez-y;
  • Le crowdfunding : le financement participatif a la cote, avec des plateformes comme Kisskissbankbank (pour le BtoC, sans doute la branche la plus populaire) ou Wiseed (pour le BtoB, où il existe moins de plateformes même si les choses s’accélèrent depuis quelques mois) pour n’en citer que deux. Il est particulièrement adapté pour des projets novateurs, artistiques, etc. et peut apporter un financement allant de quelques centaines d’euros à plusieurs millions (l’un des derniers exemple en date avec Prynt est une formidable illustration de projet ayant largement dépassé ses espérances de financement, et une belle preuve de l’engouement et de l’utilité des plateformes de crowdfunding);
  • Les proches : vous avez beau être seul, il n’est pas exclu de faire appel à vos proches pour vous aider à financer votre activité. C’est une très belle solution pour intégrer des proches à votre projet, les sensibiliser à votre démarche, et obtenir un complément de financement qui rassurera aussi des investisseurs extérieurs, ou des banques.

Après, le financement ne fait pas tout, et décrocher de beaux chèques ne vous amènera pas plus de clients si vous ne savez pas quoi en faire ou si vous l’utilisez mal. Mieux vaut être entouré d’entrepreneurs sympas qui vous conseillent, que de banquiers sympas qui vous financent… 😉

Les locaux

Cela est particulièrement vrai pour les freelances que l’on imagine encore travailler dans leur salon, en pyjama, ou dans un bar, seuls (snif). Là aussi, les usages changent et la solitude n’est plus une caractéristique propre au métier d’indépendant. La chance notamment aux incubateurs et espaces de coworking qui ont connu un boom ces dernières années, et dont l’offre ne cesse de s’étoffer partout en France (et dans le monde).

Rien qu’à Paris, on est passé de quelques espaces en 2012 (moins de 10) à plusieurs dizaines en 2015 en à peine 3 ans ! Mutinerie ou La Cordée font désormais partie des pionniers et sont de beaux exemples de rapprochement d’entrepreneurs, dont les synergies permettent de créer de véritables communautés où s’échangent des compétences, des expertises, des relations commerciales, ou simplement quelques verres. Une tendance forte qui ne fait que commencer, et qui change profondément la vision du métier de freelance (tout en faisant tomber certaines craintes liées au travail en solo et à la perte de relations sociales quand on passe de l’autre côté de la barrière).

Le partage d’expérience

Le partage d’expérience est plus récent et fait écho à l’introduction de l’économie collaborative dans le BtoB. La création d’un réseau, et à plus forte raison savoir s’entourer des personnes qui peuvent répondre à vos problématiques d’entrepreneurs, est devenu un enjeu majeur pour bon nombre d’entre eux. Une garantie, ou du moins une aide précieuse pour qui veut prendre les bonnes décisions, et rencontrer la ou les personnes qui les feront avancer dans leur business.

Cela concerne aussi bien la recherche de freelances pour des prestations complètes comme peuvent le proposer Odesk ou Hopwork, que pour des questions ponctuelles et ciblées à l’image d’Avisi (spécialisé dans le conseil par téléphone one shot). Une tendance forte là aussi, qui a pour but de décloisonner les réseaux et de permettre à un entrepreneur (qu’il vienne de se lancer ou pas) de pouvoir trouver la bonne personne au bon moment. Celle qui répondra à sa question avec une réponse sur mesure, et qui lui fera gagner des mois de réflexion, si ce n’est de l’argent (ou très souvent les deux).

Voilà de quoi alimenter les réflexions sur la solitude de l’entrepreneur, même si cela ne doit pas cacher le fait que vous restez maître et responsable de vos décisions.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Sébastien Camus

Découvrir, s'enthousiasmer, se passionner pour des innovations... voilà ce qui me fait aimer le web, et me fait avancer depuis plus de 8 ans maintenant. Consultant webmarketing de formation, j'accompagne mes clients dans leur stratégie d'acquisition de trafic/clients. Je suis également cofondateur d'Avisi, un service de partage d'expérience entre entrepreneurs par téléphone.

 


3 Commentaires

  1. Bonjour, super article. Vous avez parlé de crowdfunding, je me permets d’ajouter une plateforme de crowdfunding immobilier : http://www.dividom.com

  2. Dans cette lignée, on peut aussi parler de la nouvelle application LikeLunch (http://likelunch.fr/), super pour développer son réseau pro et partager son expérience ! Je suis auto-entrepreneuse et c’est vraiment un super outil qui m’aide dans ma « solitude » 🙂

  3. La vie d’entrepreneurs n’est pas toujours facile certes, mais l’aventure en vaut vraiment la peine. La vie des plateformes s’accélère effectivement, c’est le cas avec la notre dans le domaine du crowdfunding immobilier https://www.homunity.fr/ et qui propose à des particuliers de se grouper dans le but de faire de l’investissement locatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *