E-commerce — 13 mars 2015 — 1 commentaire
Chine, Amazon jette-t-il l’éponge ?

L’histoire du e-commerce américain en Chine n’arrive décidément pas à s’imprimer. Dernier exemple en date avec Amazon qui abandonne son activité de place de marché. Plus que jamais la muraille du e-commerce semble infranchissable. Mais à y regarder de plus prêt la réalité est bien différente…

10 ans après leur début en Chine…

Tous les acteurs américains du e-commerce qui ont rencontré un succès mondial, ont tenté leur chance en Chine. Dix ans après leur début, leurs résultats ne sont pas à la hauteur de ceux rencontrés en Amérique ou en Europe, loin de là.

Google n’a jamais pu imposer son moteur de recherche et sa solution Shopping faute de vouloir « coopérer » avec les autorités chinoises. Aujourd’hui il est quasi impossible d’utiliser un seul des services de la firme de Moutain View.

Ebay et Paypal sont les 2 autres grands perdants. Leur présence en Chine n’est qu’anecdotique. Leur part de marché dans leur secteur respectif est inférieur à 1%.

Les géants chinois leaders sur leur marché

Comme le souligne pudiquement le Wall Street Journal dans sa dernière édition, Amazon fait preuve « d’humilité » en ouvrant une boutique sur Tmall.com, et en payant des commissions à Alibaba (propriétaire de Tmall) pour enfin vendre. N’arrivant pas à faire décoller sa marketplace chinoise, Amazon a vu s’envoler Tmall et JD.com, qui a eux 2 possèdent aujourd’hui 75% du marché en Chine.

Cette stratégie chinoise fait curieusement penser à celle d’Ebay qui vient de se rapprocher de Wechat, le Facebook chinois, pour ouvrir une boutique sur Wechat Store.

De nouvelles alliances stratégiques ?

Alors que Jack Ma, le fondateur du Groupe Alibaba, récemment introduit à la bourse de Wallstreet, rencontre Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, pouvons-nous nous demander si ces rapprochements ne seraient pas le début à des accords de coopérations stratégiques ? Amazon pourrait-il aider au développement d’Alibaba aux US et en Europe ? Et inversement, Alibaba pourrait-il promouvoir les services d’Amazon en Chine ?

Une autre façon de voir les choses, serait de considérer la présence en Chine des mammouths américains, comme un moyen pour eux d’acquérir des marchands chinois sur leurs plateformes occidentales. La Chine est qualifiée d’usine du monde, elle regorge de fabricants, tous potentiels vendeurs internationaux…

Quelle que soit la réalité des relations entre les géants américains et chinois de l’e-commerce, force est de constater que les 4 grands américains, Amazon, Google, Ebay et Paypal n’ont pas rencontré le succès en Chine. Pourquoi ?

Le e-commerce chinois, un haut potentiel !

Une partie importante de la réponse se trouve probablement dans l’approche locale du e-commerce chinois. Comme le souligne Bjorn van der Veen, spécialiste du e-commerce international et directeur général de Salesupply en Chine (Shanghai), le marché chinois répond à des critères spécifiques, très différents de ceux que l’on connait aux US ou en Europe. D’abord parce que les autorités encadrent fermement les règles du jeu et ensuite à cause des habitudes de e-consommations chinoises.

Les consommateurs chinois ne sont pas habitués aux sites marchands. Les traditionnelles boutiques en ligne telles que nous les connaissons en Europe, ne sont pas adaptées en Chine. Les vendeurs utilisent très majoritairement les places de marchés comme Tmall.com ou JD.com.

Par ailleurs les chinois sont de grands consommateurs de réseaux sociaux. Le premier d’entre eux, WeChat, rencontre un succès grandissant avec son option shopping, WeChat Store. Bjorn van der Veen, explique que cette nouvelle façon d’acheter sur Internet répond à un besoin fort de recommandation pour un produit ou un service (social shopping).

Pour lui, les consommateurs n’ont pas une confiance absolue dans les produits chinois ! A l’inverse des produits « made in Europe » qui ont un vrai capital confiance. Pour les vendeurs européens, il existe donc de grandes opportunités dans le e-commerce en Chine.

Pour que le succès chinois soit au rendez-vous, nous devons oublier nos stratégies et nos idées reçues occidentales. Répondons aux besoins des consommateurs chinois en développant une approche locale dont les 2 grandes tendances seraient un mélange entre Places de marché et Social shopping !

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Cyril du Plessis

Spécialiste du développement digital, j’ai acquis depuis 15 ans une expertise forte dans le déploiement de projets web d’envergure. Engagé dès 1999 dans la création de start-up Internet, j’ai participé au lancement du premier comparateur de prix en France, Buycentral.com. J’ai ensuite piloté, pendant de nombreuses années, le déploiement international de l’offre e-banking chez BNP Paribas. Aujourd’hui, en tant que Directeur Marketing & Business Development chez Salesupply, je suis au service des e-commerçants pour les accompagner dans l’internationalisation de leur activité.

 


1 Commentaire

  1. La chine: qui s’y frotte s’y pique
    Amazon en a fait les frais, le e-commerce en chine reste principalement un e-commerce d’origine chinoise et Amazon l’a bien compris…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *