Community management — 23 février 2015 — Aucun commentaire
Se réinventer à l’heure du numérique

Les TechDays, rendez-vous incontournable des professionnels du marketing mais aussi des développeurs et des professionnels de l’IT, fermaient ses portes jeudi 12 février dernier. Experts reconnus et décideurs précurseurs ont ainsi pu partager leur expérience auprès d’un large public venu très nombreux. Tout au long de ces 3 jours on a parlé, d’objets connectés, de mobilité accrue, d’applications et services de plus en plus personnalisés, qui viennent bouleverser nos vies professionnelles mais aussi personnelles…

Prendre en main sa transformation digitale

La 3ème journée était consacrée à « l’innovation numérique » où plutôt comment se réinventer à l’heure du numérique quand on est une grande entreprise traditionnelle dont le business modèle même se voit bousculer. Alors que les structures relativement petites y parviennent de façon aisée, pour les grosses entreprises c’est une autre affaire. Dans un monde ultra connecté et de plus en plus mobile, les entreprises se doivent de s’adapter aux nouveaux usages des utilisateurs. Pour Jean-Pierre Moneger, DG de Cofely Services « tout le monde doit être dans l’écosystème, les grandes entreprises traditionnelles comme les petites ». Et pour réussir sa « transformation digitale », il est important d’adopter de nouvelles manières de faire, de s’adresser aux clients ou de penser le travail. Car précise-t-il « la transformation ne vient pas seulement de la transition digitale, la société elle aussi a changé ». On le constate tous les jours, le public est plus en avance que l’entreprise.  Il ne faut donc pas hésiter à casser les silos, créer de la transversalité, échanger avec le client en l’intégrant à ses projets, construire des plateformes projet et mettre les utilisateurs sur ces plateformes projets ; en résumé prendre en main sa transformation digitale. Aujourd’hui, les challenges sont plus nombreux qu’avant et les organisations de plus en plus transparentes. D’ailleurs, si 57% des entreprises déclarent améliorer leur productivité grâce à une meilleure collaboration, c’est que ça fonctionne.

Le RSE : colonne vertébrale de l’entreprise

Aramisauto, distributeur automobile multimarques de plus de 300 employés, illustre très bien cette « transformation numérique » réussie. En effet, cela fait près de 4 ans maintenant que la société utilise le réseau social d’entreprise Yammer. Considéré par son PDG comme la « colonne vertébrale de l’entreprise », le réseau social est désormais un réel outil  de gestion de projets. Véritable plateforme de communication pour les collaborateurs, il favorise une meilleure fluidité des informations et une rapidité dans les échanges. Les mails ne sont pratiquement plus utilisés et les procédures de validation ont diminué de beaucoup grâce à une hiérarchie pratiquement inexistante. Pour Nicolas Chartier, « travailler de manières ouvertes à travers les réseaux sociaux d’entreprises est un vrai plus. Il offre beaucoup plus de flexibilité, de rapidité et conduit les collaborateurs à davantage d’implication dans les projets. Cela permet ainsi d’accroître la productivité des collaborateurs et facilite le management ».

Philippe Charton, directeur projet chez EDF, reconnaissait pour sa part que « quelle que soit la structure de l’entreprise, elle sera transformée par les nouvelles technologies ». En effet, l’apparition de nouveaux métiers obligent les entreprises à revoir leur organisation et à repenser les métiers pour être prêt à accueillir les nouvelles générations. En outre, l’évolution des métiers requiert de nouvelles compétences et de nouveaux codes organisationnels.  Il n’y pas si longtemps, le patron était encore celui qui tenait l’information, plus aujourd’hui. Le 2.0 a changé la relation managériale, les collaborateurs sont bien plus impliqués qu’auparavant. Pourtant, les entreprises hésitent encore à intégrer les plateformes sociales par peur de perdre le contrôle sans doute alors qu’elles gagneraient en transparence et en efficacité.

Conclusion

Si 82% des dirigeants déclarent percevoir clairement l’impact du numérique sur leur activité (chiffre Microsoft), il est primordial, quelle que soit la taille de l’entreprise, de tout mettre en oeuvre pour rester dans la course, de faire évoluer les organisations et les modes de travail afin d’accélérer ces « transformations digitales ». Certes de nouveaux métiers émergent (CDO, Data Scientists) mais le métier de chacun se transforme aussi, la façon de faire est différente. Par ailleurs, c’est en se posant des questions, en rebondissant sur tout ce qui sort qu’on peut se différencier et anticiper sur les besoins des clients. L’enjeu désormais est bien d’embrasser la révolution numérique, de repenser à la fois la relation client mais aussi tous les process internes. Comme le soulignait Nathalie Wright de chez Microsoft, « les technologies offrent un champ des possibles dont la seule limite est notre imagination ».

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Sylvie Corlay-Knaff

Consultante en Marketing Digital, j’ai travaillé près de 15 ans au sein d’agences et de régies publicitaires. Passionnée depuis toujours par le web, j’accompagne les entreprises à développer leur image sur internet (définition d'une stratégie de communication, production & partage de contenus, conception de sites web, analyse des données, etc). Le digital étant en constante évolution, j’assiste avec beaucoup d’intérêt aux conférences données par les acteurs du marché, ex : Microsoft TechDays, Hubforum, Digital Marketing Symposium organisé par Adobe, etc

 


0 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *