Applications mobiles E-commerce — 10 février 2015 — Aucun commentaire
Les acteurs de l’économie du partage : comment émerger dans ce secteur ?

L’exemple de Empruntez-le.fr et de 1Mile.com. Suite aux articles concernant les acteurs de l’économie du partage, publiés le 13 novembre 2014 et l’article du 28 novembre 2014, nous avons pu observer l’augmentation du nombre d’acteurs de l’économie collaborative et leur hétérogénéité. Face à cette prolifération de services d’échanges ou de prêts de biens et/ou de services, il est intéressant de se demander comment font ces acteurs pour émerger dans un secteur aussi prisé et quel modèle économique leur permet d’effectuer du profit ?

Nous tenterons d’apporter des réponses concrètes avec l’exemple de Empruntez-le.fr (interview de Sébastien Loison , co-fondateur de ce service) et de 1Mile.com (interview de Adelya Abdurazakova).

Qu’est-ce que « Empruntez-le.fr » ?

logo-empruntez-le

Empruntez-le.fr permet à la fois d’emprunter des objets et de demander des coups de main entre particuliers, gratuitement.

Le site offre également la possibilité, à chacun, de déposer une annonce, qui est ensuite relayée aux membres à proximité.

Cette plateforme intègre également un système de messagerie et d’évaluation pour faciliter les échanges.

Le système de point : au cœur du fonctionnement de ce service

Chaque membre reçoit des points après avoir prêté un objet ou donné un coup de main, qu’il peut ensuite utiliser pour emprunter ou faire appel à un coup de main auprès d’autres membres. Chacun choisit librement le nombre de points qu’il demande pour prêter ses objets ou donner un coup de main.

Quels sont les principaux défis du site ?

La plateforme doit faire face à 3 défis :

  1. Faire tomber la barrière à l’entrée de toute plateforme de consommation collaborative, à savoir la masse critique d’utilisateurs et de contenus proposés ;
  2. Faire sa place aux côtés des substituts bien installés que sont l’achat traditionnel et la location entre particuliers ;
  3. Faire face aux sites concurrents.

Comment atteindre la masse critique nécessaire ?

Le site doit atteindre 3 objectifs simultanément pour atteindre la masse critique d’utilisateurs et de contenus :

  1. une grande variété d’objets et services disponibles ;
  2. pertinence des objets et services proposés ;
  3. un grand nombre d’utilisateurs, et maillage géographique étroit.

Si ces objectifs ne sont pas remplis, le risque que l’utilisateur se décourage et s’oriente vers l’achat traditionnel est important.

Quel est votre avantage concurrentiel ?

Empruntez-le offre un accès gratuit à la plateforme, ce qui représente un avantage coût non négligeable face aux services de locations et de services payants entre particuliers.

Le système de point a donc été stratégiquement pensé afin d’instaurer une gratification aux propriétaires et de leur conférer, à leur tour, un droit à l’emprunt.

Quel est votre modèle de rentabilité ?

Pour Empruntez-le, l’achat de points (pour les utilisateurs qui en manquent) représente une source de revenus.

La plupart des plateformes collaboratives qui n’ont pas atteint la masse critique nécessaire ne couvrent pas leurs coûts, ce qui est bien normal pour ces business model orientés « volumes ». L’objectif aujourd’hui est de réduire à leur minimum les freins pour augmenter la communauté d’utilisateurs. La gratuité est une façon de répondre partiellement à ce problème.

Une fois qu’une large communauté sera rassemblée, Empruntez-le offrira à ses utilisateurs de nouvelles fonctionnalités qui nous permettrons d’augmenter le service rendu aux utilisateurs ainsi que nos revenus.

L’exemple de 1Mile

Qu’est-ce que 1Mile ?

logo-1mile

Cette plateforme web collaborative permet de créer une annonce afin de trouver un coup de main, un objet à prêter ou à troquer. L’entraide et le partage sont des valeurs importantes pour la plateforme.

L’ensemble des échanges sur 1Mile sont basés sur l’entraide et le troc, il n’y a pas de transaction commerciale. Partant d’un constat que les rapports non-marchands entre les gens les enrichissent beaucoup plus. Un bon d’échange virtuel a été créé (le Smile), qui permet de récompenser la personne qui vous a aidé.

Qu’est-ce qui vous différencie de la concurrence ?

Contrairement à d’autres acteurs du marché, 1Mile propose un concept plus global, regroupant l’ensemble des pratiques de la consommation collaborative.

1Mile possède également un atout intéressant car c’est une passerelle intergénérationnelle qui fait le trait d’union entre des jeunes et des personnes plus expérimentées.

Au niveau technologique, le cœur de notre plateforme est l’outil de géolocalisation instantané et interactif qui permet de trouver votre « bonheur » à l’endroit où vous vous trouvez.

Modèle économique de 1Mile

Le Smile est au cœur de notre modèle économique ; d’ici quelque temps il sera payant et aura un prix symbolique d’1 € et nos membres pourront les acheter librement et les utiliser à leur guise pour récompenser un service. Une personne qui ne voudra pas en acheter, pourra quand même en gagner en rendant service à quelqu’un. La plateforme sera toujours gratuite d’utilisation, sans publicité, ni exploitation de données personnelles des utilisateurs.

« l’œuf et la poule » : le défi des acteurs de l’économie collaborative

la-poule-et-l-oeuf

Le principal défi que chaque nouvel acteur de l’économie collaborative se doit de résoudre est celui de « la poule et l’œuf ». En effet, la plupart des sites de l’économie collaborative sont des plateformes à 2 entrées : elles proposent de mettre en relation une communauté de « fournisseurs » avec une communauté de « consommateurs » qu’elles doivent capter. Le problème de la « poule et de l’œuf » apparaît alors : avec peu de fournisseurs et biens/services proposés, les consommateurs ne s’y intéresseront pas et sans consommateur, les fournisseurs n’y verront aucun intérêt non plus. Il s’agit donc de capter les deux communautés et, qui plus est, simultanément.
(Sébastien Loison, Empruntez-le.fr)

Trouver un équilibre entre fournisseurs/consommateurs

La difficulté, pour ces plateformes sera donc de réussir à réunir simultanément d’une part les fournisseurs (de biens, de services) et d’autres part les utilisateurs (consommateurs de biens, de services).

Une fois qu’un équilibre s’installe entre les deux communautés, le modèle peut être viable. Cependant, pour arriver à obtenir cette masse critique, la plateforme aura besoin de temps et d’investissement…

Comment résoudre ce problème ?

Pour Sébastien Loison, 2 ingrédients doivent être réunis :

  • Patience et endurance : plusieurs années sont nécessaires à toute plateforme de consommation collaborative pour atteindre la masse critique de fournisseurs et consommateurs et pour proposer un service efficace de bonne qualité. Il faut donc s’assurer une assise financière suffisante pour tenir sur la durée, et d’être vigilant sur les dépenses.
  • Débuter avec un « focus » stratégique : au lancement de toute plateforme collaborative, il faut maximiser les chances que le fournisseur et le consommateur se rencontrent. C’est la raison pour laquelle deux types de spécialisation sont généralement observés initialement : le focus « géographique » (des plateformes choisissent de se concentrer sur une région en particulier pour se développer) ou le focus « sectoriel » (d’autres se concentrent d’abord sur un type de bien ou service, comme le matériel de sport, la garde d’enfants…).

Conclusion : plateformes de l’économie collaborative : comment sortir du lot ?

Afin d’émerger dans ce secteur, les acteurs devront impérativement répondre à certaines conditions :

  • Trouver un équilibre entre offreurs et demandeurs. Pour cela, la persévérance est une qualité essentielle dont chaque acteur doit avoir conscience ;
  • Proposer des fonctionnalités performantes qui permettent aux utilisateurs une personnalisation afin de répondre au mieux aux offres et aux demandes (système de géolocalisation, avis des utilisateurs, système de rétribution de point etc.) ;
  • Définir une niche au lancement du projet pour ensuite pouvoir se développer ;
  • Entretenir les valeurs de l’économie collaborative, telles que le partage, la transmission et l’entraide qui agissent comme toile de fond et permettent d’offrir des arguments convaincants pour les utilisateurs.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Elodie Swiatek

Diplômée en communication et spécialisée dans le digital, j'évolue dans ce domaine riche en expertises et en découvertes. Mes activités principales sont la rédaction web, la gestion de contenus, le référencement naturel, l'analyse web et les médias sociaux. Je m’intéresse également au graphisme et plus globalement au marketing, à la communication interne et aux nouvelles technologies.

 


0 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *