Best Of Editorial Web Inbound Marketing — 05 novembre 2014 — 8 commentaires
4 leçons de ‘Content Marketing’ à retenir de 4 séries cultes

Tous les ingrédients d’une bonne stratégie de Content Marketing sont souvent utilisés sous nos yeux dans la plupart de nos séries (US) préférées. Le résultat est là, beaucoup d’entre nous sont accros ! L’une des raisons est que ces séries nous montrent des facettes parfois complexes de notre humanité qui font directement échos à notre vécu. Et aujourd’hui le marketing de contenu se fonde sur une forme d’authenticité assez similaire. Voilà donc ce que 4 séries emblématiques peuvent nous apprendre sur notre manière de concevoir du contenu. Petite précision pour les fans de ces séries : cet article ne contient pas de spoiler !

Une qualité irréprochable

BBOKC’est la base. En effet, vous ne tromperez personne sur la marchandise. Vous devez miser sur la qualité du contenu, à l’instar de Walter White de la (meilleure) série Breaking bad qui règne sur son marché avec une « meth » pure à près de 100%.

Mettez donc les moyens humains et le budget nécessaire sur la production d’un contenu pertinent qui mette en lumière toute votre expertise. Attention, qualité ne veut pas toujours dire quantité : mieux vaut 1 vidéo de qualité professionnelle que 10 vidéos bricolées à la va-vite qui n’auront aucun impact et donc aucune visibilité. Outre la qualité intrinsèque du contenu, et pour mettre toutes les chances de votre côté, cette excellence doit exister dans tous les aspects des actions marketing liées à ce contenu : conception, promotion, diffusion…

« Tuer » votre héros

GOTOKMême excellent, votre contenu a une durée de vie limitée. Exploitez-le au maximum, tirez-en le meilleur profit mais gardez bien à l’esprit qu’un jour ou l’autre il faudra l’adapter à un marché qui évolue : une nouvelle gamme de produit, une nouvelle version, de nouveaux clients, un rebranding…

George R. R. Martin, l’auteur de Game of thrones, contre toute attente, n’hésite pas à faire disparaître Ned Stark de sa série qui pourtant semblait être le héros incontesté. N’oubliez donc pas d’anticiper le cycle de vie (et de mort) du contenu. Rien de pire qu’un contenu dépassé, faux, ou obsolète qui peut nuire à votre image. Soyez donc inventif, développez sans cesse de nouvelles idées, de nouveaux formats… Bref, innovez en permanence.

Impossible de survivre seul

TWDOKDans le célèbre « The Walking Dead » les derniers rescapés de l’Apocalypse se regroupent en micro-société où chacun, avec ses atouts, contribue à la survie et à la lutte contre les zombies. En « Content marketing », c’est la même chose (enfin presque… :)). Je veux dire par là que la production de contenu n’est pas systématiquement l’affaire d’une seule et même personne (ou service), isolé du monde extérieur, qui conçoit et réalise le contenu en totale autarcie. La création peut être confiée à une agence, ou bien co-produite avec un partenaire, un client, etc. L’essentiel est que chaque partie prenante y trouve son compte. Quelques idées : développez des actions de guest-blogging, solliciter vos meilleurs clients pour des témoignages, lancez des opérations communes avec un partenaire pour la rédaction d’un livre blanc. Autant de points de contacts différents qui seront également utiles à une diffusion plus large de votre contenu. Dans un monde hyper-connecté, survivre seul est voué à l’échec.

Chacun a un rôle clé à jouer

TWOKPour démanteler le réseau de la drogue de Baltimore tenu par le clan Barksdale, chaque membre de l’équipe des stups à un rôle clé à jouer. L’inspecteur Freamon analyse les écoutes, Carver est en planque, Greggs interroge à son indic.,  et Mac Nulty… boit… :-). Calquez ce modèle sur votre dispositif de content marketing, car chaque contenu n’a pas forcément le même objectif. Un Livre blanc en téléchargement vous permettra de collecter des leads, une vidéo corporate aura un impact sur votre image de marque, un webinar permettra d’éduquer vos clients, etc. Définissez vos objectifs en amont avant de vous lancer dans la création, en adaptant chacun de vos contenus aux différentes étapes de la conversion.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Bernard Segarra

Bernard est responsable éditorial web, en charge de la stratégie de contenus pour un éditeur de solution digital analytics. Il possède une expérience de près de 10 ans en conception-rédaction marketing et stratégies de brand content. Ses thèmes de prédilection : le content marketing, la communication éditoriale, les stratégies d'Inbound marketing ainsi que tous les sujets liés à la Data et l'analytics.

 


8 Commentaires

  1. Très intéressant ce parallèle ! Imagé et donc facile à retenir aussi.

    • Merci, c’était le but. En tout cas c’était un plaisir de l’écrire !

  2. Excellent ! Probablement la meilleure image pour expliquer le content marketing aux néophytes.

    Bravo ! 🙂

    • Merci Coline. Si on pousse la réflexion, on peut continuer les parallèles avec pleins d’autres séries et bons nombres dautres principes marketing 😉

  3. Merci Bernard !

    Je rejoins le commentaire de Coline. Le marketing est un peu comme… de la magie noire, pour moi, et lire des billets comme ceux-là donne envie de s’y frotter un peu plus près. Un grand MERCI, donc.

    • Merci pour le commentaire. C’est vrai que le content marketing ouvre de nouvelles voies. Je veux dire par là qu’on se focalise beaucoup plus sur ce qui est véritablement utile pour le client. Cette approche qualitative est bénéfique pour tout le monde, y compris les professionnels qui produisent du contenu. Heureux que cela puisse éveiller votre attention !

  4. En content marketing, 90% du contenu créé doit avoir comme rôle d’aider le lecteur, apporter des solutions à ses problèmes et le rapprocher de ses objectifs. Et les 10 % restants sont consacrés à la promotion du produit ou de la marque à faire connaître, à vendre. En tenant compte de ce ratio, il faut se mettre en tête que l’objectif principal du content marketing est non seulement vendre, mais aussi fidéliser les lecteurs en leur proposant des informations et des valeurs ajoutées dans ce que l’on publie.

  5. L’exemple de ces séries est applicable à bien des discipline. Il faut produire un contenu de qualité et le faire connaitre. Evidement, faire connaitre quelques chose de qualité est plus aisé, car il suffira de le dire à une personne qui le répétera à 10 ou 100 autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *