Best Of Editorial Web Référencement naturel — 11 août 2014 — 13 commentaires
Comment s’assurer que son texte est prêt à être publié ?

Vous avez déjà lu de nombreux articles, dont certains proposés par votre humble serviteur sur son blog ou ici, se proposant de vous aider à écrire un texte optimisé pour la Toile. Vous avez respecté toutes ces consignes, et avez enfin réussi à rédiger le texte SEO parfait (c’est l’impression en tout cas, que vous avez, après trois nuits blanches et 7 litres de café). Désolé de vous briser le moral, mais votre tâche n’est pas terminée. Encore quelques efforts et votre œuvre sera enfin en ligne…

La relecture ou les relectures, une rédaction à part entière

Dans l’idéal, il faudrait laisser le texte reposer une nuit complète avant de le relire plusieurs fois. Si vous n’avez pas le temps, je vous conseille une petite pause de 30 minutes. Délaissez votre ordinateur, allez courir ou marcher (même si il pleut, cela ouvre l’esprit et vous oxygène) et reprenez la lecture de votre texte.

Une relecture pour l’orthographe.

C’est dictionnaire à portée de main, que vous allez vous relire. Un doute, une question et précipitez-vous sur le Petit Larousse, le Bescherelle ou un autre manuel de grammaire. Il s’agit ici de peaufiner. Ne vous concentrez que sur l’orthographe et les formes grammaticales.

Une nouvelle lecture pour la forme

Là encore, faites ce petit exercice mental, consistant à ne vous intéresser qu’à la forme. Le texte est-il centré, justifié, correspondant à l’architecture du site ou du blog, sur lequel il va être publié ? Le texte est-il aéré, avec des paragraphes distincts et faciles à repérer ?

Jugez vous-même votre rédaction ?

3ème relecture déjà pour vous, alors vous pouvez commencer à vous juger vous-même. Les phrases sont-elles courtes ou tout du moins clairement compréhensibles ? Si vous devez la lire deux fois avant de comprendre, inutile de vous dire que votre lecteur n’aura pas la patience. Votre course (oui je vous ai conseillé de vous aérer) vous a permis inconsciemment de faire le tour, et je ne doute pas que de nouvelles formulations vous sont venues en tête.

Avez-vous écrit pour le Web ?

Vos mots clés sont-ils présents dans le texte, et sont-ils bien placés ? Titre, sous-titre, ….Mais l’univers sémantique de votre domaine est-il aussi omniprésent tout au long du texte ? Les titres sont-ils bien indiqués (H1, H2, Hn,…) et vos images sont-elles balisées correctement ? Là c’est l’œil de l’expert SEO, que vous voulez être, qui doit être aiguisé. Quelques mots en gras, quelques corrections, quelques synonymes, et vous pourrez passer à l’étape suivante ….

Le sens de l’article pour le lecteur est-il évident ?

A quelle question vouliez-vous répondre ? Lorsque le lecteur a fini l’article a-t-il enfin une réponse à la problématique ? La question peut être délicate notamment si vous rédigez les fiches de description de vos produits mais un texte doit toujours apporter quelque chose, le vôtre répond-il à cette exigence ?

Et pour vous, le but est-il atteint ?

Si vous devez vous préoccuper des lecteurs, vous devez également apporter une réponse à vos propres objectifs. Que ce soit pour vendre, pour proposer un concept, vous devez faire apparaitre clairement l’action, que vous attendez du lecteur ? Est-ce le cas ? Votre « CTA Call to Action » (là cela fait plus spécialiste) est-il visible et bien visible ?

L’ultime lecture avant l’épreuve ultime

Voilà, vous avez passé avec succès toutes les étapes indispensables avant de passer au stade de la publication.  Il ne vous reste plus qu’une lecture à refaire. Celle-ci va être attentive et soignée, car c’est la plus importante d’entre toutes. Vous ne vous concentrez plus sur un aspect particulier, mais vous reprenez l’intégralité du texte et allez apporter les dernières corrections possibles. Tout doit être parfait.

Certains trouveront le processus long et fastidieux et s’en affranchiront au risque de laisser passer des textes ne méritant pas d’être sur leur site ou sur leur blog. D’autres suivront les préceptes au pied de la lettre pour ne manquer aucune des étapes. Les derniers, dont je fais partie, conservent ces impératifs dans un coin de leur tête et essaient de tout faire en même temps, non pas qu’ils considèrent qu’il s’agisse d’une perte de temps mais parce qu’ils ont peur d’en perdre, …du temps.  Alors munissez-vous de cette liste et passez ce texte à la moulinette. Adressez-moi les erreurs constatées et promis, je m’améliore pour le prochain….Et vous, vous faites comment pour vérifier vos textes avant publication ?

Articles similaires

L'auteur

Eric Varin

Rédacteur indépendant, n’opposant pas qualité du contenu aux exigences S.E.O., je vous accompagne dans la réussite de toutes vos communications.

 

13 Commentaires

  1. Cet article est pour moi… Si seulement je relisais ne serait-ce qu’une fois mes écrits… :(

  2. La publication d’un article me prend pas mal de temps aussi… Le stress de cliquer sur « publier » !
    Il m’arrive de faire relire mon article. Un oeil neuf peut être utile.
    Merci pour cet article.

  3. Bonjour,

    Nul doute que la lecture par un tiers reste le top du top. Dans l’idéal, on devrait tous y recourir, maintenant il faut bien avouer que le stress du quotidien, les pressions des clients,… rendent cette évidence de moins en moins facile à appliquer…
    Merci pour vos réactions en tout cas…

  4. Je confirme le « stress » avant de cliquer sur publier… il nous arrive de laisser au « chaud » certain texte et de les reprendre mais le problème est toujours le timing. Client pressé… et parfois même des textes oubliés au « placard » et du coup même pas publiés… les journées sont chargées et pleines de rebondissement et dans ce cadre l’écriture n’est pas toujours simple. Merci Eric pour cette analyse.

    • Exact oui, on aimerait tous des journées de 30 heures :) mais même dans ce cas, on les trouverait trop courtes…

  5. Non sérieux ? Tu fais tout ça avant de publier un article ? Je suis impressionné. Tu devrais écrire des romans ;-)

    • Cédric, je te rassure. Ci-dessus, j’explique l’idéal. Maintenant suis-je parfait ? Non, loin de là…

  6. C’est très chronophage la relecture d’article… j’ai vu sur un blog qu’il fallait relire en moyenne trois fois un livre pour s’imprégner de ce qu’il nous enseigne.

    Ce procédé permet certes de faire des articles supers, néanmoins il prend un temps considérable, on en revient alors à la problématique de qualité ou de quantité…

  7. La relecture est vraiment importante. Merci pour l’article.

  8. Bien bien. Perso je fais corriger sur le site Reverso, il est pas mal.

  9. Merci pour l’article. Je trouve excellent le fait de se concentrer sur un seul élément à la fois.

    En tant que graphiste, la forme me saute aux yeux comme une tache de sang dans la neige.

    Pour le reste, c’est moins évident. Après plusieurs remaniements de mon texte et multiples relectures, je peux relire «les idée» quinze fois sans y voir la faute.

    Donc, j’ai trouvé une combine: je fais autre chose pendant une heure, ensuite je copie tout mon article dans un logiciel de traitement de texte. Je le formate complètement différemment: taille, police, interligne, marges, couleur, etc.

    Cela me donne une toute nouvelle perspective et là «les idées» retrouvent toute leur splendeur!

  10. Bonjour Tushita,

    Votre méthode me parait excellente…et en vaut bien une autre …Tant qu’elle vous convient cela reste l’essentiel

  11. Chez nous, nous préconisons 3 relectures qui reprennent l’ensemble des instructions indiquées dans l’article. La différence, c’est l’ordre.
    La première lecture est de fond et porte sur la cohérence du texte avec les objectifs de départ.
    La seconde est plus en rapport avec la compréhension du lecteur. On sera regardant ici sur la sémantique mais surtout sur la longueur, mieux la densité des phrases.
    Enfin, en 3ème position intervient la relecture orthographique et grammaticale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>