Best Of Email Marketing — 23 juin 2014 — 4 commentaires
Emailing B2B : La délivrabilité en 18 points

On parle souvent de la délivrabilité des emailings dans un cadre B2C, mais beaucoup plus rarement pour les emailings B2B…

Cependant, l’emailing B2B possède des caractéristiques différentes qui rendent la delivrabilité plus problématique :

  • Contrairement à l’e-mailing B2C, les marketers et commerciaux B2B ont la possibilité d’envoyer des emails commerciaux sans accord préalable du destinataire, tant que l’objet du mail a un rapport avec ses fonctions (cf. CNIL) ;
  • Les entreprises s’équipent souvent de logiciels anti-spam (Microsoft Forefront, Cloudmark, SpamAssasin…) qui créent une barrière supplémentaire à la réception des mails.

Vous l’aurez compris, assurer la délivrabilité d’un emailing B2B n’est pas si simple.

Voici 18 points pour mettre toutes les chances de son côté et s’assurez que vos prospects reçoivent vos e-mails :

Maitrisez l’envoi

  1. Vérifiez la notoriété de votre serveur d’envoi avec de outils comme MXtoolbox, SenderScore, McAfee Trustedsource ou Cisco Senderbase ;
  2. Envoyez vos e-mails depuis un serveur dédié. Amazon SES est une bonne solution avec un coût très faible ;
  3. Signez vos adresses d’envoi avec des enregistrements SPF ou DKIM ;
  4. Créez des enregistrements séparés pour chaque usage d’e-mailing : prospection, communication, … ;
  5. Envoyez vos emailing avec une fréquence d’envoi aussi lente que possible. De nombreux domaines ont des limites de réception.

Gérez vos listes d’emails

  1. N’achetez ou ne louez pas de listes, car celles-ci ont en général déjà été beaucoup utilisées. Vous obtiendrez un taux de plainte beaucoup plus élevé ;
  2. Dans l’idéal, créez vous-même vos listes en combinant stratégie d’Inbound Marketing avec des outils pour construire des listes de prospects à partir de profils sur les réseaux sociaux ;
  3. Si vous décidez d’acheter où de louer des listes, vous pouvez demander au fournisseur de router lui-même votre mailing. Cela pose deux problèmes : vous ne savez pas vraiment à quoi ressemblent les adresses dans cette liste (peut-être juste des adresses contact@ ?) et vous n’avez pas un accès direct aux statistiques ;
  4. Dans toutes les cas, assurez vous de connaître l’historique de la liste que vous achetez/louez :- D’où proviennent les e-mails ?- Les emails sont-ils optin ?- Quand les emails ont-ils été collectés ?

    - Combien de fois la liste a été utilisée depuis ?

    - Comment les plaintes ont-elle été gérées ?

  5. Maintenez votre taux de bounce en dessous de 5%. Éliminez les emails qui ont bouncé ;
  6. Surveillez vos adresses email abuse@, privacy@ et postmaster@ ;
  7. Segmentez votre base intelligemment.

Soyez irréprochable sur le contenu

  1. N’envoyez que du contenu de qualité. Les filtres B2B regardent aussi le contenu… ;
  2. L’objet du mail doit rester simple et sans bullshit ;
  3. Evitez les mots clés trop spammy du type « gratuit », « argent » ou « cliquez ici » qui feront exploser votre spam score. (En voici une liste non-exhaustive) ;
  4. Utilisez un design simple et avec très peu d’images (dans l’idéal : ZERO image, même pas dans votre signature) ;
  5. Personnalisez au maximum votre email. Le prénom est indispensable… mais ne vous trompez pas lors du remplacement ! ;
  6. N’utilisez pas de raccourcisseur d’url. Beaucoup sont blacklistés !

Articles similaires

L'auteur

Romain Simon

Fondateur de Datananas.com, Ebookseduction.com et Formationphotoshop.fr, Romain Simon a travaillé en tant que Responsable Webmarketing sur la mise en place de stratégies multi-leviers dans des contextes variés (startups, webagencies, freelance...).

 

4 Commentaires

  1. Bonjour,
    Tout d’abord merci du partage, j’ai cependant une petite question à vous poser. Vous nous suggérez de ne mettre aucune image, mais pourtant cela donne beaucoup plus envie d’être lu un mail bien construit, non? Nous conseillez vous plus de faire des mails HTML ou tout simplement texte dans ce cas?
    Merci d’avance

    • Bonjour Yvan,

      C’est la grande différence entre l’e-mailing B2B et B2C. Le mieux c’est d’A/B tester les deux types d’e-mails pour voir ce qui fonctionne pour vous, mais en règle générale un e-mailing texte simple avec votre signature sera plus efficace, surtout si vous envoyez des emails « à froid ».
      Si vous avez des séquences de mailing, il est bien d’alterner les deux types d’emails, mais vos emails html doivent rester sobres. (pas du mailing Cdiscount donc)

      Romain

  2. Se créer une base de données, c’est la première étape dans une campagne e-mailing.
    Sur ce plan, il faut se rassurer de se procurer la plus récente adresse e-mail au risque du non-délivrabilité du message.

  3. Bonjour,
    Très bonne synthèse, bravo.

    J’ajouterai juste:
    - Point 2: configurer soigneusement son reverse DNS et s’assurer si possible de sa bijectivité.
    - Point 10 : Vous pouvez également nettoyer vos bases d’adresses emails avant envoie pour être certain de ne pas envoyer vers des BAL inexistantes (de moins à moins apprécié). Cf. http://www.mygoodbase.com/
    - Point 15: j’ajouterais les mots : « loto » et « gain/gagner ».

    Cordialement,
    Stéphane – Altospam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>