Best Of E-réputation Linkedin et Viadéo — 28 février 2014 — 5 commentaires
Comment gérer la croissance de son réseau Linkedin ?

En Janvier dernier, le Café Numérique  organisait à Bruxelles une soirée très intéressante (comme souvent) sur le thème du recrutement 2.0...

Parmi les sujets abordés figurait celui de la prospection par Linkedin. Un des intervenant (Gil Van Den Berghe – Twitter : @Gberghe ) y défendait le principe d’une gestion très active de son réseau Linkedin qui reposait sur quelques principes de base :

  • N’accepter dans son réseau que les personnes « utiles », ce qui implique de refuser par exemple les collègues, les concurrents, les amis et de manière générale tous ceux qui ne peuvent contribuer directement au développement de vos affaires.
  • Faire régulièrement (tous les 6 mois) le nettoyage de son réseau et de retirer les relations qui ne seraient pas (plus) actives et/ou plus utiles à l’accomplissement de ses objectifs.
  • Maintenir son réseau à un niveau « gérable », soit entre 500 et 800 contacts.
  • Vérifier qui visite votre profil et ne pas hésiter à « prendre les devants » et à contacter ces personnes pour demander en quoi votre profil les intéresse.

L’idée ici n’est pas de débattre de la validité ou non de cette vision des choses, à titre personnel je ne la partage que partiellement mais les arguments avancés par Gil étaient parfaitement valables. Le but est plutôt de mettre en avant quelques questions à se poser pour gérer efficacement sa présence sur un réseau professionnel comme Linkedin.

Quel est votre objectif ?

Gérer son réseau LinkedinQuestion fondamentale qui devrait précéder toute action quel qu’elle soit sur un réseau quel qu’il soit : Pourquoi voulez-vous faire cela ?

Vous pouvez utiliser Linkedin pour trouver un emploi, pour trouver un employé, pour trouver des clients, pour travailler votre « personal branding », pour promouvoir vos activités, votre entreprise etc.

C’est votre objectif qui va déterminer les contenus que vous devez partager ou qui va décider de qui vous souhaitez ou devez accepter dans votre réseau.

Attention de bien garder à l’esprit que votre collègue d’aujourd’hui peut  devenir votre client de demain et inversement.

Quelle est votre politique d’acceptation ?

Gérer son réseau LinkedinQuestion qui découle de la précédente : sur quels critères acceptez-vous de nouvelles connexions. Devez-vous n’accepter que les personnes que vous avez déjà rencontrées « dans la vraie vie » ? Devez-vous accepter les membres des groupes auxquels vous participez ? Devez-vous accepter les rédacteurs de Webmarketing & Co’m ?

Avez-vous une présence sur d’autres réseaux ?

Gérer son réseau LinkedinLinkedin permet de « garder le contact », mais il n’est pas le seul réseau qui permette cela.

Tout comme vous ne partagez pas les mêmes informations selon le média utilisé, il n’est pas nécessaire que vos contacts Linkedin, Twitter ou Facebook (page pro) soient identiques.

Si pour une raison X ou Y vous ne souhaitez pas intégrer un collègue dans votre réseau Linkedin, vous pouvez toujours l’inviter à faire partie de vos cercles Google+. Un prospect « froid » qui souhaite garder le contact peut très bien vous suivre via Twitter et votre petite sœur sera très bien dans la liste de vos amis Facebook.

Utilisez-vous les « Tags » ?

Gérer son réseau LinkedinLinkedin permet de « taguer » ses contacts en leur donnant autant d’attributs que vous le souhaitez. Si ces tags ne sont pas exportables et ne permettent pas de créer des listes de diffusion exclusive, ils permettent au moins d’identifier les chasseurs de têtes, les collègues, les clients etc.

Deux choses importantes à se rappeler : il est possible de cacher de votre « timeline » les activités de certaines personnes, c’est bien utile pour ne pas subir les spams des actifs compulsifs qui publient 10 nouveaux statuts par jour.

La seconde chose importante est que Linkedin permet d’ajouter des notes aux contacts, très utile pour se rappeler quand et pourquoi cette personne a rejoint votre réseau. Personnellement je préfère garder ces infos en dehors de LinkedIn… à la fois pour des raisons de flexibilité et de confidentialité.

Nettoyez-vous votre réseau?

Gérer son réseau LinkedinUn réseau est comme un rosier, il faut le tailler pour favoriser sa croissance…

Vous ne devriez donc pas hésiter à déconnecter les spammeurs, les contacts sans aucune activité, ceux qui ne font que vous solliciter sans jamais vous renvoyer l’ascenseur. Exit aussi les concurrents directs et les personnes avec lesquelles vous ne souhaitez pas / plus travailler pour quelque raison que ce soit.

Et vous, comment gérez-vous votre réseau ? Pensez-vous qu’il faut accepter un maximum de personnes ou au contraire préférez-vous cibler précisément vos relations virtuelles ?

Pour aller plus loin dans le sujet :

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Geoffrey Laloux

Actif depuis 1998 dans le web (à l'époque on parlait encore de modems 2600 bps et de Bulletin Board System - les vieux comprendrons).J’ai toujours travaillé dans la « transformation digitale », d’abord dans la gestion de projet et l’intégration avec les systèmes IT, puis dans la consultance avec l’accent mis sur la communication et le marketing crossmedia.Plusieurs années dans les télécoms, puis de 2008 à 2014 comme gérant d’une agence de Marketing Stratégique (Agence Synaptic) avant de rejoindre le secteur des médias comme « MarCom Manager » d’une plateforme vidéo.En 2015 j’ai intégré le cabinet de consultants « Initio » (Groupe Square Management) ou je m’occupe de transformation digitale dans le secteur de la banque et de l’assurance.Je donne également des formations en stratégie marketing dans les entreprises et dans les Hautes Ecoles en Mar-Com.

 


5 Commentaires

  1. Personnellement, j’utilise LinkedIn pour #1- faire le suivi des personnes que je rencontre dans les 5@7 et #2- promouvoir mon brand (blogue, produit, etc). Il est logique qu’accepter le plus de monde possible est la bonne chose à faire puisque LinkedIn ne prend pas en considération le taux d’engagement de nos publications au même niveau que Facebook (s’il le fait tout court!)

    Si le but est de se retrouver dans un réseau ordonné de contact, alors oui, on doit faire le ménage!

    Si votre but est l’exposition de votre marque, au diable le ménage! Embrassez le chaos hahaha!

  2. La réponse de Gil me surprend. One bénéficie pas de la puissance du réseau en ne se connectant qu’à ceux qu’on connait ni en se limitant à 50 contacts! Dans ce cas, pourquoi aller sur LinkedIn? Un répertoire ou un paquet de cartes de visite peut suffire.

    Sur LinkedIn on ne se connecte pas avec une personne mais avec le réseau de cette personne. Je ne fais pas de business avec on frère ou mon cousin, mais dans son réseau il peut y avoir des gens qui m’intéressent et que j’intéresse. C’est le basique de l’approche réseau on passe de lien fort en lien fort pour se faire connaître et reconnaître d’un maximum de liens faibles.
    Et pourquoi faire le ménage? Ce n’est pas parce que quelqu’un ne m’a pas été « utile » dans les 6 derniers mois qu’il ne le sera pas demain.
    J’ai plus de 2000 contacts directs, cela se gère très bien, ne m’apporte pas de spam et me permet d’accroître ma visibilité auprès de gens qui ne me connaissaient pas, me découvrent et me permettent de faire du business. Je suis passé de 500 à plus de contacts en environ 2 ans et l’effet sur mon business se passe de commentaire.

    • je pense qu’il n’y a pas une bonne manière de réseauter (que ce soit sur Linkedin ou autre), effectivement en tant que consultant j’ai intérêt à avoir une exposition maximale mais je peux comprendre qu’une autre personne souhaite limiter son réseau. Ne fut-ce que pour éviter les « dommages collatéraux » genre: mes concurrents passent en revue mon carnet d’adresse pour trouver des prospects ou bien mes collègues découvrent que je contacte des DRH d’une autre boite… L’important c’est d’avoir une stratégie, avec des objectifs et une méthode pour les atteindre.

  3. Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant qui montre bien l’importance des réseaux sociaux dans la vie professionnelle d’aujourd’hui.

    Je suis étudiante à HEC Montréal et je travaille sur ce sujet. Je fais une enquête sur les usages des réseaux sociaux professionnels par les français engagés dans la vie active.

    Auriez-vous quelques minutes pour répondre à mon questionnaire qui porte sur les usages des réseaux sociaux professionnels.

    Pour y répondre, merci de cliquer ici : https://docs.google.com/forms/d/1rAlIwA69P1y3vKbXYUx678NiW3goubFpIdEoWPYhbw8/viewform

    Merci d’avance de votre participation.

  4. Je trouve cela dommage (voir dommageable selon…) de dire qu’il y a une bonne et des mauvaises façon(s) de gérer son profil Linked’in. On peut aisément comprendre qu’entre un CEO d’une grosse marque, par exemple, et …. disons un jeune business développeur d’une SSII ou agence quelconque, il y a un monde d’écart, et deux façons (ou raisons) d’utiliser Linked’in.

    Ensuite on rentre dans le débat classique et vieux comme le monde : Quanti VS Quali

    Moi j’ai pris le tic d’accepter les gens, « presque » tous. Je ne refuse ou ne casse une relation que si celle-ci est de l’ordre du fake/spammeur … Mais j’ai mes raisons qui font que plus j’ai de monde dans mon réseau, plus je peux faire certaines campagnes, du business dev, de la curation d’informations, etc etc etc …. et je comprends en même temps que d’autres veuillent faire le contraire, car nous avons deux utilisations de ce réseau différentes.

    Aussi j’avoue que le discours sur la méthode rigouriste de gestion de Linked’in m’étonne un peu ^^

    Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *