Actualité des Moteurs Best Of Google Plus — 24 janvier 2014 — 14 commentaires
Une révolution SEO en marche: pourquoi Google tient tant à imposer Google+

Au delà de la bataille qui oppose Google à Facebook, le renforcement du lien entre Google+ et le positionnement des sites dans les résultats de recherche annonce une véritable révolution, et ce à plusieurs titres…

L’impact des réseaux sociaux en général sur le positionnement : des effets contestés

Parmi les marronniers du webmarketing les plus traditionnels figure en tête de proue celui le l’impact des réseaux sociaux sur le référencement. Plus exactement, les référenceurs entretiennent depuis des années une véritable guerre de clochers consistant à savoir si les partages sociaux ont un impact sur le positionnement d’un site web dans Google.

Concrètement, si votre site internet reçoit des liens en provenance de comptes et pages facebook, twitter, google+, linkedin ou encore scoop it, cela contribuera-t-il à améliorer votre positionnement dans les résultats de recherche Google ?

Une étude SEO-Moz sortie en fin d’année 2013 affirmait clairement un impact grandissant des réseaux sociaux sur le référencement. Cette étude se basait sur le fait que les sites les mieux positionnés dans un panel de thématiques variées avaient une activité sociale importante et recevaient une grande quantité de partages (c’est-à dire de liens en provenance d’un profil ou d’une page d’un réseau social). Cette méthodologie était éminemment critiquable dans la mesure où il était difficile de distinguer l’œuf de la poule. En effet, dans la majorité des cas, les entreprises ayant les moyens ou la culture de se positionner en tête sur Google sont aussi celles qui sont à l’aise avec les réseaux sociaux et la communication web en général.

Plus récemment, une nouvelle étude, cette fois réalisée par Stonetemple, s’est basée sur les causes plutôt que sur les conséquences. Centrée sur les effets des liens issus de facebook, cette étude conclu à une absence quasi totale d’impact des partages facebook sur le positionnement d’un site dans Google.

La nécessite d’évaluer la crédibilité des partages sociaux : la raison ultime d’imposer Google+ au détriment de facebook et twitter ?

Le résultat de l’étude Stonetemple n’est guerre étonnant. Si l’on se place dans la perspective de Google, les risques inhérents à une éventuelle prise en compte des partages sociaux sont multiples :

  • Comment savoir si les profils facebook émetteurs sont des faux profils ou des profils réels?
  • Comment savoir si les profils facebook émetteurs sont ceux d’une personne ayant une vraie connaissance du sujet abordé, et donc une vraie autorité sur la question? Comment évaluer la fiabilité du lien ?
  • Comment savoir si le profil social émetteur est celui d’une personne ayant par ailleurs publié du contenu à forte valeur ajoutée et jouissant d’une bonne notoriété?

Impossible à l’évidence. C’est notamment pour cette raison que Google tente d’imposer son réseau social Google+ comme un outil de base pour tous les possesseurs d’une adresse gmail. Ce réseau social, qui s’articule en pages et profils, a introduit une innovation majeure dont on n’a sans doute pas encore suffisamment mesuré l’importance. Cette innovation   porte le doux nom d’«author rank ». Techniquement, l’author rank passe par la mise en place de la balise rel=author, qui permet d’indiquer pour chaque article publié sur un site donné, quel profil google + a rédigé le contenu. En retour, l’auteur doit préciser, dans on profil Google+, sur quels sites il a l’habitude de publier du contenu, afin de valider qu’il est bien à l’auteur des articles parus sur ces sites.

Cette innovation est à l’évidence le plus grand bouleversement de l’algo de Google depuis la mise à jour Panda. Elle annonce une véritable révolution, en s’attaquant à une dimension jusqu’ici essentielle et intrinsèque du web : la notion d’anonymat.

Google+, l’arme anti black Hat par excellence ?

Las de lutter contre les techniques frauduleuses de référencement, Google entend favoriser les auteurs produisant du contenu de qualité et respectueux de ses consignes. En d’autres termes, les auteurs identifiés seront favorisés lorsqu’ils auront réussi à démontrer leur pertinence et leur notoriété… mais aussi leur soumission aux désidératas du dieu Google.

Publiez dans des sites internet reconnus, recevez des liens naturels, soyez suivi par des personnes ayant une forte autorité sur Google +… et vous deviendrez un auteur apprécié de Google, dont le contenu sera beaucoup plus visible dans les résultats de recherche que celui produit par des anonymes… ou des rebelles (black hat SEO notamment). En contrepartie vous acceptez que Google sache tout de vous et puisse vous sanctionner en cas de revirement…

Pour un avant-goût de cette nouvelle donne, vous pouvez vous rendre dans votre compte Google analytics et vous référer à la récente rubrique « âge », « sexe » et « centres d’intérêt »… Vous avez dit big brother ?…

Articles recommandés

L'auteur

Mehdi Coly

Créateur d'optimiz.me, premier logiciel permettant à toute personne de gérer elle même son référencement web sans connaissances préalable, Mehdi Coly est également consultant en SEO et création de sites web. Son obsession : permettre au client d'être autonome et maitre de son destin sur le web.

 


14 Commentaires

  1. Georges Orwell ne nous avait pas dit qu’on aurait plusieurs Big Brother.

    Très sympa votre site !

  2. Author rank et sa balise rel=author, à ne pas confondre avec Otto Rank, psychanlyste non pas de l’identité numérique des auteurs surveillés par la NSA et certifiés google+, mais du traumatisme de la naissance d’après wikipedia…

  3. Article très intéressant, bien qu’à mon avis, Google a bien du travailler sur des algos pour différencier les véritables profils Facebook des faux. Ils doivent probablement prendre plusieurs paramètres en compte comme le % de profils likant du pays même du site concerné, etc.

  4. Techniquement, le fait d’ajouter rel=author c’est l’authorship, pas l’author rank qui n’existe pas officiellement ;-)

    Mais d’accord pour l’autorité

  5. Google alias Big G nous imposera toujours plus ou moins ces nouveaux produits et démasquer certains profils avec leur Google +, je ne sais pas trop si c’est une arme anti BH…

  6. Pouvez-vous m’expliquer ce que signifie « en tête de proue » ? La périssologie est-elle signe de fatuité ?

  7. Bonjour,

    Je ne pense pas Google a créé un réseau social pour savoir qui faisait quoi, mais plutôt qu’il se sert en définitive de ce formidable outil pour finalement le faire tout en obligeant quelque part les personnes se souciant de leur référencement à se servir de Google Plus.

    Qu’en pensez-vous?

    Cordialement,

    Bruno

  8. Google a créé un réseau social parce que il est jaloux de facebook , et il a un gros égo !

  9. Je pense qu’il ne faut pas confondre les comptes Google et le réseau social G+. Pour les comptes c’est assez clair que Google veut encore mieux connaitre et tracer l’utilisateur. Cela favorisera l’arrivée presque quotidienne de nouveau produit. On retrouve une stratégie marketing à la Microsoft avec Windows… En ce qui concerne le réseau social G+ c’est surement un peu différent… Il est fortement probable qu’il y aura des mouvements de population entre FB, Twitter et G+ voir d’autres dans un avenir proche.

  10. Bonjour Mehdi,

    je ne suis pas trop actif sur google+. Mais je pense que je devrais changer cette manière de procéder.

    Mais doit-on négliger les autres réseaux sociaux au profit de google+?

    Cordialement,

  11. Il est important aujourd’hui d’être sur G+ pour le référencement.
    Par contre, au niveau de l’intéractivité, cela a très peu d’intêret.
    Quand on voit les chiffres que Google donne sur les nombre d’utilisateurs, combien sont actifs au final ?

  12. Hello,

    Article très intéressant, et qui confirme ce que je pensais. C’est sur que google généralemetn tire parti de ce qu’il propose. On se souvient par exemple de la barre de pagerank dont il se servait aussi pour récolter des infos sur des sites qu’il n’avait pas encore indexé.
    C’est marrant que tu parles du comportement de google en comparaison de celui de Microsfot car à mon sens Big G devient ce qu’il critiquait au départ.

    et sinon petite coquille, non ? « n’est guerre étonnant. » => n’est guère étonnant

  13. Merci pour cet article!

    Même si j’avoue être surpris car vous donnez exactement la réponse de mon mémoire (mais en plus court :) ) sur l’utilisation des données sociales dans les stratégies des moteurs de recherche.

    Je ne devrait pas être tellement surpris vu que je suis votre riche contenu depuis mes récents débuts sur le domaine :)

    Bonne continuation!

  14. Pour moi il n’y a pas de liens direct entre le positionnement d’un site et son activité sur les réseaux sociaux. Actuellement rien le ne prouve. Les réseaux sociaux sont juste un moyen de plus pour attirer des visiteurs sur son site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>