Inbound Marketing — 23 janvier 2014 — 16 commentaires
3 idées fausses du marketing digital

A force de proposer de nouveau buzz word, d’analyser les tendances et d’en tirer des conclusions abusives, d’annoncer aujourd’hui ce qui pourra se passer demain, nous avons la fâcheuse habitude en marketing, moi le premier, à véhiculer des idées fausses ou un peu trop en avance sur leur temps. Petite revue de genre…

Le community manager est un poste indispensable à l’entreprise

Si la présence sur les réseaux sociaux aujourd’hui et surtout demain sera effectivement primordiale de la même façon que la présence sur Internet est aujourd’hui indispensable à l’entreprise, la présence d’un community manager ne l’est pas elle.

En effet, la fonction de community manager est de mon point de vue une fonction temporaire dans l’entreprise. En effet, être en mesure d’utiliser les réseaux sociaux comme ce qu’ils sont à savoir des moyens de communication, devrait être à la portée de tous, de la même façon que tout le monde tape directement sur son ordinateur. Il n’y a pas de raison de créer un métier à la machine à écrire!

En fait, il y’a eu à une époque des personnes dédiés à ce métier, les sténo-dactylos par exemple. C’est une étape classique dans la prise en main d’un nouvel outil. D’abord on crée des postes dédiés, puis chaque employé s’approprie les compétences clé.

Il est ainsi plus important de mon point de vue de former les employés clés aux réseaux sociaux: le patron, la communication, le marketing, les RHs, le service après vente, que de recruter quelqu’un pour remplir tous ces rôles à la fois uniquement sur les réseaux sociaux. Il y’a de fortes chance qu’il le fasse mal quelque soit sa bonne volonté!

Les big data vont tout révolutionner!

Les big data, c’est très intéressant. Énormément d’information sont disponibles sur Internet et dans les bases de données clients, les big data permettent d’y avoir accès et de les exploiter! Oui!

Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que les données sont des données du passé, parfois temps réel. Les analyser permet de corréler des tendances de proposer des offres adaptées au profil du client, etc.

Les big data en revanche, n’imagine pas les offres à la place des marketeurs et de l’entreprise. Il reste de la responsabilité de l’entreprise d’être créatif, de proposer les meilleurs produits ou services, d’être innovant et de créer des ruptures sur le marché!

Utiliser les Big Data pour être plus réactif et proposer un nouveau service peut être un rupture, mais c’est bien le nouveau service qui doit être la rupture!

Le marketing traditionnel est mort!

Je ne suis pas le premier à le dire, le marketing traditionnel n’est pas mort – nous y croyons au sein d’1min30 et nous avons créer des offres de brand activation et de social marketing opérationnel – il doit en revanche s’intégrer à des stratégies mixtes digitales et non digitales.

Ce n’est pas le marketing qui devient digital, mais la société! Il faut ainsi faire du marketing dans une société digitale, et pas remplacer le marketing par le marketing digital (je sais que je m’inspire d’une citation d’un auteur américain que je n’ai pas réussi à retrouver, n’hésitez pas à me l’indiquer en commentaire).

Et vous qu’en pensez-vous? Y’a-t-il d’autres idées fausses que vous souhaitez démystifier?

Articles similaires

L'auteur

Gabriel Dabi-Schwebel

Fondateur d'1min30.com, agence web spécialisée en Inbound Marketing et développement web, Gabriel Dabi-Schwebel, a une expertise de plus de 15 ans dans le marketing interactif, les technologies digitales et les services numériques. Il a réuni une équipe de professionnels, associant jeunes talents et profils expérimentés, sur l'ensemble des métiers qui font une communication efficace : Journalistes, rédacteurs, Attachés de presse, Community managers, Spécialiste du marketing automation, Développeurs web et spécialistes du référencement, Graphistes...

 

16 Commentaires

  1. Le Commnity Manager n’est, certes, pas nécessaire à l’entreprise, néanmoins une stratégie sur les réseaux sociaux l’est !

    Et donc il faudrait former les employés, pas seulement à savoir utiliser les outils, mais aussi créer du contenu pertinent avec une ligne éditorial sur chaque réseau social.
    Et pour le moment il y a le choix soit :
    – de prendre un (bon) community manager qui pourra créer une stratégie
    – d’employer une agence qui créera une stratégie et qui la donnera à la personne dédié dans l’entreprise

    Dans tout les cas, c’est pas plus mal de rappeler que le Community Manager est un métier tampon.

  2. il ne faut pas voir le CM comme celui qui passe ses journées à vérifier la page FB et à répondre aux internaute. le CM est un coordinateur, il doit contacter / mobiliser les différentes personnes clés qui doivent participer aux interactions sur les réseaux, il doit imprimer sa « touche », définir le « tone of voice », le CM est comme le rédacteur en chef dans la presse. et donc oui un CM est indispensable à une entreprise. Se priver de CM c’est se priver de ligne directrice, de guide, bref c’est ouvrir la porte à la chienlit.

  3. Et mieux vaut ne pas m’ouvrir la porte !

  4. Une autre idée fausse à mon avis :
    Utiliser le mot digital !
    C’est un anglicisme auquel il vaut mieux préférer le mot « numérique », on ne parle pas de marketing du doigt que je sache.

  5. Je suis définitivement fan d’1min30, découvert récemment :)
    Excellent billet qui remet bien les pendules à l’heure, merci!

  6. J’aimerais ajouter également que le travail de CM nécessite d’avoir du temps à y consacrer (qui ne sera bien entendu pas le même selon la taille de l’entreprise et la stratégie réseau). Donc former les employés est certes une bonne chose, mais cela suppose qu’ils puissent dégager le temps nécessaire à cela! Créer du contenu pertinent ne se fait pas en un clic…

  7. Je suis surtout d’accord avec le dernier point, d’ailleurs il me semble que tu fais allusion à cette citation de Clive Sirkin « We don’t believe in digital marketing. We believe in marketing in a digital world, and there’s a huge difference. » ;)

  8. Bonjour,
    Je rebondis également sur le CM. A mon sens, créer des postes transversaux dans une entreprise, qui permettent de décloisonner et de coordonner les différentes branches et services est une bonne chose. Peut-être que le métier de CM comme il existe maintenant est voué à disparaitre, et qu’un autre est à créer, entre la com interne et la com externe, qui sera en effet plus stratégique, laissant l’opérationnel aux différents personnels de l’entreprise… Mais non ! non ! le CM n’est pas mort ! ^^

  9. Effectivement tout est une question de taille. Une grande entreprise dont le produit fait communauté aura besoin d’un community manager dédié. Ce n’est pas le cas en revanche pour la grande majorité des entreprises qui de mon point de vue pourront se contenter de former leurs employés.

    Merci pour vos retours,

    Bien cordialement,

    GAbriel
    http://www.1min30.com

  10. Oui c’est bien la citation que je cherchais;-)

    Merci,

    Gabriel
    http://www.1min30.com

  11. Le community manager peut être très utile, si celui ci a également un rôle de chef de projet « réseaux sociaux », c’est à dire qu’il travaille en transverse avec toute les équipes qui interviennent dans la stratégie de communication digitale de l’entreprise. Il centralise l’information, la traite et l’analyse si besoin puis la publie.

    De plus il est plus intéressant d’avoir une seule personne qui publie les contenus que plusieurs services différents.

    Concernant le point 3, il me semble que la phrase en français est la suivante :

    « Il n’y a plus de Marketing Digital, mais du Marketing dans un monde digital »

  12. Oui on en est encore à différencier marketing (les vieux briscards proctériens…) Vs marketing digital (les pixels en converses et chemises à carreaux…), c’est bien triste.

  13. Cela fait belle lurette que le CM est devenu l’une des multiples casquettes de tout référenceur SEO averti…

    Quant aux big data laissant se profiler comme nouveau métier, l’extracteur de données, ça fait juste rêver les statisticiens.

    Et un grand merci avec tous mes doigts pour l’assertion définitive sur l’ère digitalo-numérique qui a bel et bien transformé le monde en des suites de zéros (avec des morceaux de un).

    3 points sur 3 pour cet article.

  14. Je ne comprends pas pourquoi réduire le métier de Community manager à celui de sténo, c’est un nouveau métier pour lequel on a englobé l’ensemble des actions mené sur les réseaux sociaux.Mais je ne pense pas que des marques comme Bouygues télécom avec son forum woobees et ses différents comptes sur les réseaux sociaux peut se passer :’ un community manager pour coordonner la stratégie de communication.Il est évident que ce community manager travaille de concert avec les differents services et dans son travail au quotidien l’ apport du center service client est impor tant.Mais dans mon exemple le community manager est coordinateur et un stratège donc pas inutile…

  15. Suis pas d’accord avec le n°1. Autant apprendre au patron les métiers de DRH, de marketing, de chargé clientèle, de chef informaticien, de gardien… bref tous les métiers… Le Community Management , c’est une question de feeling. On peut connaitre bien les réseaux sociaux, savoir taper une adresse web, sans pour autant être efficace en matière de CM.

  16. Le Community Management nest absolument pas comparable à une machine à écrire !!

    Le Community Manager gère complètement l’image d’une marque devant le public. C’est un porte parole, une sorte de relation presse/public.
    Il doit s’y connaître en Gestion des risques et surtout management de crise !
    Une crise est très vite arrivée, et on en a vu tellement ces dernières années !

    Il s’agit de gérer non seulement tout un planning de publication à l’heure près, la gestion de différents réseaux sociaux, et les stratégies de communications sur ces plateformes.

    On parle de gestion interne/externe avec des campagnes qui peuvent modifier jusqu’à tout le concept d’une marque.

    C’est aussi pourquoi, il faut prendre des personnes de confiance, expérimentées, réactives et très minutieuses en général pour ce genre de poste et non pas le secrétaire de la boîte.

    Réduire ce métier d’envergure à des « sténo-dactylos », est ridicule à mon point de vue ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>