Comment viraliser les contenus avec la gamification ?

Dans cet article, je vais présenter le principe de gamification à l’origine du succès de la quasi totalité des jeux mobile et sociaux : l’asynchronie. Nous verrons que l’asynchronie peut aider les concepteurs d’applications à viraliser et à augmenter la rétention…

Qu’est-ce que l’asynchronie ?

L’asynchronie, c’est la possibilité de jouer avec des adversaires ou des partenaires même si les joueurs ne sont pas au même endroit, au même moment. Un joueur commence une partie le matin dans le métro, puis son adversaire joue son tour à 10h pendant la pause café. La seule condition nécessaire à la progression dans le jeu est que chacun joue son tour.

L’asynchronie dans les jeux sociaux et mobile

Le principe d’asynchronie est à l’origine du succès de la plupart des jeux sociaux et mobile. Dans ces jeux, l’asynchronie est synonyme de coopération entre joueurs. Elle va permettre à la fois d’augmenter la rétention des joueurs et de favoriser la viralité de l’application.

            Augmenter la viralité

L’asynchronie augmente la viralité des jeux. Si le joueur est bloqué, il doit soliciter l’aide de ses amis Facebook… ce qui crée des notifications qui rendent visible l’application a de nouveaux utilisateurs. Les utilisateurs qui n’ont pas encore installé l’application doivent le faire s’ils veulent aider leur ami. Tant qu’un ami n’a pas accepté, le joueur ne peut pas continuer. Le joueur a alors le choix d’arrêter de jouer, de relancer pour trouver d’autres amis qui accepteront de l’aider ou de payer pour continuer.

juice-cube

            Augmenter la rétention

L’asynchronie permet d’augmenter la rétention, c’est à dire de faire revenir les joueurs chaque jour. Imaginons qu’un utilisateur n’ai pas joué à un jeu depuis plusieurs jours. Soudain, il reçoit une demande d’aide d’un ami. Cette demande crée une nouvelle opportunité de jeu. L’asynchronie peut aussi être vu comme une sorte de pression sociale : même si on a pas vraiment envie de jouer, on se sent obligé d’aider ses amis.

Le principe de l’asynchronie est simple et certainement connu de tous. En me lisant, vous vous êtes certainement dit que tout cela n’était qu’un mot compliqué posé sur un concept qui a maintenant quelques années et qui a fait ses preuves. L’intérêt de l’article est justement d’aller un peu plus loin et de s’inspirer du principe d’asynchronie pour rendre les applications plus virales et augmenter les taux de rétention des utilisateurs.

Community management : Augmenter l’engagement et viraliser grâce à l’asynchronie

J’avais déjà parlé de l’utilisation de la gamification dans le cadre du community management avec l’exemple du rappeur Chamillionaire. Il rassemble une armée de fans devant accomplir des actions en coopération asynchrone pour progresser. Principalement, il s’agit de partager des contenus de l’artiste sur différents réseaux sociaux. Dans le cadre du community management, l’asynchronie peut donc être utilisée pour créer des chaînes de comportements.

            Créer des chaînes de comportements

Habituellement, l’incitation des community managers à réaliser des actions est limitée à une seule action par personne. Prenons l’exemple d’un jeu concours lambda sur Twitter pour lequel il faut retweeter un contenu. Avec l’asynchronie, plutôt que de demander une seule action au fan, on va lui permettre de réaliser une chaîne de comportements à plusieurs. Toute l’équipe doit alors participer, chacun jouera son tour.

Il faut bien comprendre que l’augmentation de l’engagement est au moins mécanique. Comme il y a de nombreuses personnes concernées pour une même mission alors il y a plus de chances de voir cette action réalisée. Dans ce cas, l’augmentation de l’engagement ne résulte pas forcément de la meilleure qualité du community management ou du storytelling mais du simple fait de l’implication de plusieurs personnes là où il n’y en avait q’une auparavant. Par exemple, on demande à un fan de partager un contenu puis une chaîne de comportements de compotements débute : le premier fan partage le contenu, deux autres sont alors incités à retweeter pour obtenir un bonus, puis quatre autres doivent laisser des commentaires. Cette chaîne de comportements, bien que simpliste et certainement pas optimisée, a au moins le mérite d’impliquer potentiellement 7 fans… Reste au community manager le soin de créer un bon storytelling pour créer du sens et augmenter les probabilités de réalisation de la chaîne complète.

Pensez-vous qu’il soit possible, avec les outils de community management actuels, de réaliser ce genre de scénario ? Utilisez-vous déjà ce type d’interactions entre fans au sein de vos communautés ?

Formation "Mettre en place une stratégie de gamification"

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Clément Muletier

J'édite le blog el Gamificator, la première communauté francophone sur la gamification. Co-fondateur du Lab Gamification, je conseille les entreprises qui souhaitent mettre en place les mécaniques de jeu dans leurs processus business (interne et externe). En avril 2014, je publie aux Éditions Eyrolles le premier livre en français sur le sujet.

 


4 Commentaires

  1. Je pense que l’idée est bonne. Comme tu le dis, il faut bosser sur le storytelling qui doit être parfait et très complet ! Par contre, si le scénar’ est béton, je suis sûr que l’opé sera un succès de par son originalité et l’engagement qu’elle requiert ! Bon sujet ou une bonne réflexion s’impose 😉

  2. L’étude est intéressante et les questions nombreuses. Je comprends bien le concept sous forme de jeu mais j’ai du mal à l’appréhender quant on l’applique à des publications. Auriez-vous des cas concrets, des exemples à nous soumettre ? Au moins illustrer votre dernier exemple ?
    Merci beaucoup en tout cas pour cet article.

    • Bonjour et merci pour votre intérêt !
      Comme je l’aborde dans l’article, l’étude du cas Chamillionaire est assez représentative de la gamification du community management : les fans accomplissent des tâches faisant partie d’un scénario prédéfini.
      Concernant la mécanique d’asynchronie et les chaînes de comportements, je n’ai pas d’exemple. Je fais seulement de la prospective ! L’idée serait d’utiliser au maximum les mécaniques de coopération sur les réseaux sociaux. La principale difficulté étant qu’il n’existe pas à ma connaissance d’outils pour les mettre en place…

  3. Excellent article ! J’ai comme l’impression que les gestionnaires de communautés vont devoir parler au game designer ce qui pourrais faire une excellente combinaison. Il faut donc imaginer un jeu ou l’aventure pourrait se vivre un peu comme une série mais dont nous sommes les héros. Il faut donc une équipe de scénariste, game designer et gestionnaire de communautés qui établissent un jeu avec plusieurs scénarios (que les joueurs choisiront au final). En tout cas c’est très prometteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *