Community management Facebook Google Plus Réseaux sociaux Twitter — 29 octobre 2013 — 12 commentaires
L’automatisation peut-elle tuer les réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux sont souvent présentés comme des lieux d’échanges où les utilisateurs partagent leurs points de vus, discutent d’éléments trouvés à droite à gauche sur le web. C’est également un lieu de rencontre avec les entreprises qui sont de plus en plus présentent sur Facebook, Twitter, Google Plus… Mais voila, depuis maintenant quelque temps une tendance forte fait son apparition : l’automatisation massive des publications…

Qu’est-ce que l’automatisation ?

L’automatisation représente le fait d’effectuer une tâche sans intervention humaine, de manière autonome. Cette définition appliquée aux réseaux sociaux reprend donc l’ensemble des messages qui sont diffusés automatiquement grâce à différents services permettant de créer des règles automatiques. On retrouve donc les services comme IFTT, Hootsuite, Twitterfeed…

iftt-reseaux-sociaux

Pourquoi automatiser la diffusion de ses publications ?

Le fait d’automatiser la diffusion des informations sur vos différents réseaux sociaux va vous permettre de gagner un temps non négligeable. Si l’on prend l’exemple de IFTT, qui doit être le meilleur outil pour la programmation automatisée, on peut réaliser des centaines, voir des milliers de règles automatiques. C’est un gain de temps considérable dans le monde des réseaux sociaux où il devient important d’être présent sur plusieurs plateformes selon les problématiques dont principalement Facebook, Twitter, Google Plus, Instagram…

L’automatisation offre donc l’opportunité de gagner du temps sur la publication des messages et permet de se concentrer sur d’autres tâches. Mais un certain nombre d’utilisateurs commencent à utiliser cette technique de manière abusive, comme sur Twitter par exemple où de nombreux tweets sont déclenchés automatiquement dès l’apparition d’un nouvel élément dans un flux RSS… De même pour des marques qui pensent être plus efficace en automatisant la diffusion sur les différents réseaux sociaux …

Pourquoi ne pas automatiser les publications des réseaux sociaux ?

L’essence même des réseaux sociaux réside dans l’échange et le partage entre les êtres humains. L’automatisation vient casser cet aspect en apportant une phase mécanique non contrôlée par l’être humain. Certains profils ne sont donc plus des humains mais uniquement des machines, notamment sur Twitter où la pratique est courante.

De plus, le ton à adopter sur les différents réseaux sociaux est loin d’être identique. On ne peut pas s’adresser efficacement à une communauté de la même manière sur Twitter et sur Facebook par exemple. Certaines pages Facebook sont pourtant auto-alimentées par le flux de leurs comptes Twitter, autant vous dire que le résultat est loin d’être efficace…

Trouvez le juste milieu !

La présence sur les réseaux sociaux nécessite du temps, parfois beaucoup de temps, ne faites donc pas une croix sur les différentes techniques d’automatisation qui peuvent vous permettre d’économiser du temps précieux. Cependant, cantonnez là aux publications basiques et essayez de maintenir au maximum une présence réelle derrière l’ensemble des publications pour que les internautes n’aient pas l’impression de s’adresser à une machine sans âme.

N’oubliez pas que les réseaux sociaux demandent un temps de réaction rapide, il est donc important de ne pas penser que tout se gère tout seul une fois un message publié. Il faut réagir, modérer, échanger avec votre communauté qui attendra de vous un certain dynamisme !

Et vous, êtes-vous adepte de l’automatisation sur les réseaux sociaux ? Si oui, à quelle fréquence et avec quels outils ?

Articles similaires

L'auteur

Mikael Witwer

Business Developer dans l'agence AdsOnWall - Spécialiste Google AdWords & Facebook Ads. Passionné par le Webmarketing depuis 2010, j’ai eu l’opportunité d’évoluer chez l'annonceur ainsi qu'en agence pour avoir une vision global du webmarketing. Certifié Google AdWords et spécialisé sur les Social Ads. N'hésitez pas à me suivre sur mon blog, les réseaux sociaux et me contacter pour toute question & demande !

 

12 Commentaires

  1. Article très intéressant, en effet cette pratique envahit de plus en plus les flux Twitter. Pour ma part je me limite a feedburner pour publier sur Twitter, et Buffer (découvert sur votre site!), pour programmer certains posts!

  2. L’automatisation n’est pas forcément un mauvaise chose. Si on prend l’exemple de Twitter, beaucoup d’utilisateur s’en servent comme un outil de veille (comme un flux RSS).

    La limite de l’automatisation à l’heure actuelle se fonde sur des problématiques d’échanges avec l’interlocuteur.

  3. J’utilise principalement Twitter et je trouve l’automatisation intéressante lorsqu’il s’agit de promouvoir son propre contenu. Premièrement dans une logique de personal branding ça n’a rien de honteux, mais c’est surtout du contenu que l’on connaît. A cela il faut une limite selon moi : exclure le contenu trop vieux et obsolète. Voir des comptes qui publient aléatoirement des articles qui ont plus de 2 ans ne sert absolument à rien, surtout dans le domaine du web hyper dynamique.

    L’automatisation spam, ni plus ni moins. Il n’y a aucun intérêt. Au retweet automatique lié à un hashtag par exemple car on ne vérifie alors absolument pas ce que l’on publie, on ne profite pas non plus de l’ajout de hashtags pertinents. Pourtant de nombreux comptes le font, et on se retrouve avec énormément de contenu inintéressant ou obsolète dans sa TL ce qui nuit à une veille efficace.

    De même pour l’inter alimentation entre deux plateformes, je suis d’accord avec toi, il y a un ton et une forme à respecter qui impose de s’adapter à chaque réseau, on ne peut c/c bêtement un message et espérer que seul sa large diffusion fasse son succès.

    Les réseaux sociaux doivent rester sociaux.

  4. Article intéressant! Je crois personnellement qu’il faut faire un mixe des deux. L’automatisation seule est désagréable, mais tout faire soi-même ne permet pas de « scaler ». Comme tu dis, il faut chercher le compromis acceptable!

  5. Bonjour,

    Moi j’utilise exclusivement buffer, ça me permet de vérifier le contenu des articles que je vais publier et de programmer leur parution.
    Trop souvent on voit le même article 10 fois de suite à très peu d’intervalle… aucun intérêt à mon avis…
    D’ailleurs je place ton article dans buffer…

    Merci

  6. En complément des précédents commentaires, lors de la curation de contenu avec Scoop.it par exemple, il est possible d’adapter/personnaliser un partage d’info en fonction de l’outil cible : Twitter, Yammer, LinkedIn…

  7. Tout est une question de dosage, on ne peut pas être 24h/24 sur son pc, smartphone ou autre device et publier de l’information en temps réel.
    Cela ne remplace bien entendu pas la publication manuelle mais reste un outil indispensable quand on a plusieurs blogs et autres pages facebook, google +…. à gérer.

  8. Article très intéressant. On est tous d’accord pour dire qu’il faut un juste équilibre. La question est: quel équilibre est « juste » ? ;)

    Pour ma part (et pour Scoop.it – note: je suis de Scoop.it), je privilégie les algorithmes pour trouver et trier des contenus, mais pas pour décider de diffuser: j’en reconnais l’intérêt (on n’est pas toujours présent, il faut être efficace) mais il faut aussi maitriser sa ligne éditoriale, qui doit rester une question personnelle, une question d’ »humain ». Bref, juste équilibre :)

  9. Article très intéressant, en effet cette pratique envahit de plus en plus les flux Twitter. Pour ma part je me limite a feedburner pour publier sur Twitter, et Buffer (découvert sur votre site!), pour programmer certains posts!

  10. J’utilise les deux systèmes mais c’est vrai qu’il y a un coté pratique avec l’automatisation : j’ai faits ma curation puis programme mes posts…je peux passer à autre chose en attendant l’interaction avec la communauté.
    J’utilise beaucoup buffer pour réaliser cette tache et IFTT pour des recettes entre instagram et facebook.

    Mais je rejoins completement Mikael, il est important de trouver le juste milieu.

  11. L’automatisation n’est pas forcément un mauvaise chose. Si on prend l’exemple de Twitter, beaucoup d’utilisateur s’en servent comme un outil de veille (comme un flux RSS).

  12. oui L’automatisation n’est pas forcément un mauvaise chose.

 

Laisser un commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>