Référencement naturel — 08 octobre 2013 — 7 commentaires
Comment juge-t-on la qualité d’une rédaction spécifique à Internet ?

Nous nous sommes déjà interrogés ensemble pour comprendre si l’écriture web représentait un véritable plaisir ou une simple activité.  Puis nous avons défriché les principales contraintes pesant sur cette rédaction Web avant de souligner la potentialité de la force de cette rédaction spécifique à la Toile. De multiples thématiques pourraient être encore développées concernant ce domaine si particulier de l’écriture pour le Web. Simple moyen pour arrondir ses fins de mois pour certains et véritable activité professionnelle pour d’autres, le métier de rédacteur Web doit aussi (et surtout) répondre à une question : Que faut-il apporter à l’Internaute ?

L’écriture Web, la conciliation de règles avec des objectifs définis

Susciter l’intérêt voire la curiosité du lecteur suppose déjà de maitriser quelque peu les techniques de base de la rédaction spécifique à Internet. L’amener à visiter les autres pages du site ou même du blog constitue une des finalités de la rédaction. Le rédacteur ne cherche plus à écrire pour son plaisir ou pour celui des autres mais bien pour amener le lecteur vers une action.

Lorsqu’un romancier ou même un essayiste réussit à vous vendre son livre, l’objectif est atteint. Bien évidemment il espère vous plaire en fonction de l’ouvrage proposé  mais une fois votre livre en main, son ambition est atteinte et il ne lui reste plus qu’à viser une tâche secondaire : vous satisfaire pour que vous puissiez promouvoir son ouvrage auprès de votre entourage, qui automatiquement viendra conforter les ventes et donc son objectif ultime.

Mais pour le web, qu’est-ce que l’objectif que vise un contenu quelle que soit sa forme.

Les ambitions du rédacteur Web

Il n’existe pas une réponse à cette question. L’auteur d’un blog partageant une passion visera avant tout à apporter son expertise et ses connaissances à ses lecteurs. L’article se voudra alors un véritable vecteur de connaissance. Même si il faudra veiller à respecter les impératifs liés à la Toile, le contenu sera prioritaire dans la mesure où l’écriture Web retrouve alors la vocation originelle de l’écriture : la transmission du savoir.

Une boutique en ligne cherchera elle une autre finalité, à laquelle le rédacteur devra se soumettre. L’objectif final reste d’accroitre l’activité du site et donc de vendre le plus de produits possibles. (C’est résumé mais la philosophie du business est là). Bien évidemment, l’e-commerçant se devra d’apporter une information sur ses produits, ses spécificités mais il devra surtout susciter l’envie chez l’Internaute. Le texte doit alors non seulement répondre à un minimum d’apport de connaissances tout en captivant le lecteur.

Un autre site pourra rechercher du contenu pour réussir à vendre ses services aux entreprises et/ou aux particuliers. Dans ce dernier cas, l’auteur devra alors concilier les deux premières exigences en rendant les prestations proposées les plus concrètes et visuelles possible (apport d’information) tout en faisant naître chez le lecteur le sentiment que ce service est fait pour lui.

Vers un prix Goncourt de la rédaction Web ?

Un questionnement aussi réducteur doit susciter votre intérêt et si vous lisez ces quelques lignes à la recherche des conditions pour postuler à ce prix, c’est que le pari est réussi. Non les jurés du restaurant Drouant n’ont pas (encore) suggéré la création d’une telle récompense.

Mais à quoi reconnait-on un bon article rédigé pour le Web ? A son nombre de lecteurs, à l’orthographe parfaite, à une syntaxe irréprochable, aux connaissances véhiculées par le texte, au plaisir pris à lire un texte plaisant et vivant, au nombre de clics sur l’un ou l’autre des liens placés au cœur de celui-ci, aux ventes générées en rebond à la lecture du texte, ….

Je n’apporte aucune réponse même si comme dans la majorité des cas, la logique voudrait que la voie la plus raisonnable tienne compte de tous les critères. Un texte vide d’information (il y en a encore beaucoup sur la Toile) n’aurait pas plus de succès qu’un texte écrit en langage SMS, alors que la multiplication à l’extrême de mots clés mal orthographiés (« location  hotel plage Asie», « logiciels comptabilité pas cher »,….ce ne sont que des exemples réels) n’est pas plus bénéfique à la visibilité et à la réussite d’un site.

Alors selon-vous, quels sont les critères pouvant mesurer la qualité d’une rédaction Web ?

Articles similaires

L'auteur

Eric Varin

Rédacteur indépendant, n’opposant pas qualité du contenu aux exigences S.E.O., je vous accompagne dans la réussite de toutes vous communications.

 

7 Commentaires

  1. A mes yeux la qualité est principalement dans la formulation, la manière de manier la langue plutôt que de décrire simplement un scénario avec un vocabulaire basique. Les préceptes de l’écriture web veulent du synthétique, pas du pathétique !

  2. La qualité du contenu est essentielle je pense et sur base saine on fait ensuite les modifications nécessaire au SEO, sans pour autant oublier le lecteur. Je préfère mettre moins de mots-clés, mais être claire et agréable à lire, que l’inverse….

  3. les titreurs de presse quotidien ou magazine n’ont pas attendu l’avènement du concept des mots clés pour savoir trouver les bonnes accroches pour être visible.Nous vérifions tous les jours la pertinence d’une bon éditing dans le référencement. Et puis il ne suffit pas d’avoir un bon ranking, encore fait-il qu’il y ait un clic.

  4. Bonsoir,

    et oui vous avez tous raison et heureusement. Cela permet d’avoir des textes aussi divers que variés à parcourir en surfant sur la Toile…

  5. @Marc-Philippe : il ne faut pas tout mélanger non plus. et justement, il faut d’abord être positionné sur les moteurs de recherche pour avoir un clic et que notre article puisse être lu, et pas l’inverse. à moins bien sur d’avoir un grand nombre de followers pour que l’article soit populaire, mais c’est encore une autre dimension. il ne faut pas voir le SEO comme un plan B ou une solution de marabou, car le référencement naturel est aujourd’hui le meilleur moyen d’attirer du trafic et des visiteurs sur un site riche en contenu. d’autant que Google va de plus en plus privilégier les contenus dont l’écriture semble la plus naturelle possible. rien n’empêche donc, comme j’ai pu le lire, de proposer des articles originaux avec beaucoup de sens, sans pour autant oublier l’optimisation sémantique de son contenu. autant faire en sorte que les bonnes idées soient lues le plus possible. c’est ça aussi écrire pour internet

  6. Oui Jonathan, vous avez raison c’est cela aussi écrire pour Internet savoir concilier tous les impératifs et ne pas que les subir….

    • Quels sont les critères pouvant mesurer la qualité d’une rédaction web, demandez-vous? À son efficacité. Et comment mesurer son efficacité? Comme vous le dites si justement, elle doit à la fois :

      1. Susciter l’intérêt et la curiosité du lecteur
      2. Le garder sur le site
      3. Le faire passe à l’action

      Et pour arriver à atteindre ces objectifs, le rédacteur web devra penser LECTURE avant de penser ÉCRITURE.

      Savoir que ses futurs « lecteurs » scannent davantage qu’ils ne lisent (79% des internautes scannent au lieu de lire)
      Qu’un lecteur moyen lit 25% moins vite sur un écran que sur du papier
      Que l’expérience web est une démarche circulaire, itérative, segmentée non linéaire

      Sa stratégie d’écriture devra donc être calquée sur le mode de lecture de ses lecteurs.

      Donc : écriture non linéaire, segmentée en autant « d’objets écrits » qu’il y a d’idées à véhiculer.

      • Avec une organisation et une hiérarchie des idées qui vont du général au particulier (pyramide inversée)
      • Avec le souci que la phrase d’entrée de chaque « objet écrit », parce que scannée la première par les internautes, doit faire comprendre au premier contact de quoi il s’agit
      • Avec le souci que chaque « objet écrit » soit assez attractif pour l’inciter à continuer

      Cessons de penser texte (linéaire). Envisageons plutôt des « objets écrits » ayant chacun sa nature, ses objectifs, ses stratégies, etc. Parce que c’est ainsi que les internautes en font l’usage.

 

Laisser un commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>