Best Of E-commerce Editorial Web — 29 juillet 2013 — 13 commentaires
Le Web 3.0 sera comportemental et individualisé

Bien que définir le web par une version ne soit techniquement pas juste, cela a le mérite de marquer, théoriser et vulgariser les grandes évolutions de la toile. Si de nombreuses visions du web du futur existent déjà (Web des objets, Web sémantique …), je me suis prêté à cet exercice que je souhaitais partager …

Suite à la création du web (Web 1.0), la première grande évolution (Web 2.0) fut de donner au grand public la possibilité de diffuser du contenu et d’interagir facilement : CMS, réseaux sociaux, blogs … Suite à quoi est apparue une deuxième évolution importante : celle où le web s’individualise pour s’adapter à chacun de ses utilisateurs. Concrètement, ce progrès permet aux internautes d’avoir des contenus différents et adaptés à leurs attentes en fonction de qui ils sont.

1. Le constat

  •  Les internautes sont aujourd’hui surexposés à tous les niveaux : trop de publicités, trop de sites visités, trop de contenus, trop de sollicitation… Or, la majorité des informations affichées ne sont pas adaptées : qui lit toutes les actualités sur les sites d’info ? Qui est intéressé par tous les éléments affichés sur un site d’e-commerce ?
  • Les sociétés utilisent finalement très peu les informations qu’elles détiennent sur les internautes : pages visitées, durée de visite, préférences, appareil utilisé, heures et fréquence de connexion, historique d’achats …

En créant des matrices intelligentes, il est tout à fait possible de personnaliser les sites internet et applications afin de les adapter aux internautes et ainsi leur proposer davantage de contenus susceptibles de les intéresser

2. Exemples d’utilisations

Si à ma connaissance cette idée n’a pas encore été théorisée, l’évolution est déjà lancée puisque plusieurs sites et systèmes s’adaptent aux internautes :

  • Facebook : son fil d’actualité dynamique met en évidence les publications des amis et pages avec lesquels les utilisateurs interagissent le plus.
  • Google : les résultats de recherche font remonter les sites que nous visitons régulièrement.
  • Amazon : pionniers, ils mettent depuis longtemps en avant sur leur page d’accueil des produits sélectionnés en fonction de nos historiques d’achat et de navigation.
  • Retargeting : par emails ou par bannières, les régies de publicités peuvent nous re-cibler si nous avons visité un produit sans l’acheter.
  • Players vidéo : en fonction du débit de l’internaute, de nombreux players adaptent la qualité de la vidéo afin qu’elle soit la plus fluide possible.
  • Outils de chat : des outils (comme iadvize) permettent d’afficher une fenêtre de chat lorsque l’internaute en a besoin (long temps passé sur une page, important nombre de pages vues …) et que cela reste financièrement rentable (si le panier d’achats s’élève à plus de X€).
  • Dynamic pricing (cependant illégal) : lorsqu’un internaute (identifié via son IP) revient sur le site, les prix augmentent, dans le but de créer un sentiment d’urgence.

3. Idées d’utilisation

La personnalisation pourrait apporter une véritable valeur ajoutée dans certains secteurs, comme par exemple la presse :

  • En fonction de l’historique de navigation (pages vues et durée / page), certaines catégories de contenus remonteraient davantage sur la home page. Ainsi, si je ne visite jamais les articles liés à la finance, ils ne remonteraient plus ou beaucoup moins sur la page d’accueil du site.
  • De même que si je revisite le site et que j’ai déjà lu attentivement certains articles, ces derniers seraient moins mis en avant au profit d’articles complémentaires à ceux précédemment consultés.

En fonction du rapport coût / valeur ajoutée, la personnalisation pourrait également se retrouver sur certaines fonctionnalités. Voici quelques idées :

  • Identifier les supports utilisés et les heures de connexions pour visiter un site ou ouvrir un email, afin d’adapter les notifications envoyées  (mail adapté au support, notifications adaptées en fonction des habitudes …) ;
  • Créer un bloc personnalisé mettant en évidence un push d’aide, une promo non visitée etc … en fonction du temps passé sur les différentes pages du site ;
  • Mettre en avant des contenus différents en fonction du débit en situation de mobilité (éviter la vidéo si débit faible, diminuer les médias …).

Beaucoup de solutions sont imaginables et pas forcément compliquées à mettre en place …

4. Plusieurs limites

Si cette évolution peut réellement simplifier le web pour les internautes, elle soulève également de nombreuses questions :

  • L’identification de données aussi précises et aussi personnelles sur les internautes peut-elle être acceptée ? Comment doit-elle être sécurisée ?
  • Comment éviter les abus tels que la mise en place de prix différents en fonction des internautes (basés sur son historique d’achat, son nombre de visites …) ?
  • Comment trouver le juste équilibre entre le fait de personnaliser et celui de brider l’internaute en faisant disparaître toute « sérendipité ».
  • Et puis bien sûr, de nombreuses questions techniques : comment identifier les internautes : (compte, IP, cookies) ? Comment identifier plusieurs utilisateurs sur un ordinateur ?

Si cette vision du « web 3.0 » peut faire peur, je pense qu’elle peut apporter des solutions très intéressantes en simplifiant la navigation pour les utilisateurs et en augmentant l’efficacité de la communication des sociétés.

Est-ce que cette vision vous fait peur ou vous semble-elle plein d’opportunités ? Avez-vous une autre vision du « Web 3.0 » ?

Articles similaires

L'auteur

Valentin Quillier

Consultant en Webmarketing chez Georges Office, je visite en moyenne 535 pages internet par jour, clique 4394 fois sur ma souris, lance 19 logiciels, lis 73 mails, parcours 1,2 km d’écrans et utilise 27 applications iPhone. Mais en parallèle, toutes les semaines je parcours 18 km en trottinette, fais 57 000 pas, mange 2 fois dans un fast food, tente 74 services slicés, prends 57 photos, dors 50h et respire 161 000 fois.

 

13 Commentaires

  1. Excellent article. On partage.

  2. Bonjour,

    Je trouve votre article intéressant mais aborde malheureusement assez légèrement l’aspect du Web 3.0.Deux gros points n’ont pas été soulevés:

    1. Que dire de la connexion sur les portails de service internet depuis un compte social de l’utilisateur ? Exemple: allocine.fr propose le formulaire d’inscription classique et la connexion via Facebook en ce qui concerne la création de compte sur leur portail. Ceci est un exemple parmi tant d’autres sites qui utilisent cette technique.

    2. Que dire également de l’interconnexion des supports numérique entre eux ? Il est de plus en plus courant que la Tv, l’ordinateur, la tablette et le smartphone soient interconnectés de nos jours. Et cette tendance explose avec le développement d’outil facilitant l’interconnexion (Ex: le chromecast de Google).

    Encore une fois bon article, j’espère pouvoir avoir une réponse de votre part :-).

    Bilkher

  3. C’est le future, le Web 3.0. Et on doit construire de méthodes pour évite les abus. Mais il a encore beaucoup de questions à se faire… Et à répondre.
    Le chercheur sémantique Wolfram Alpha, par exemple, donne des réponses directe (en anglais), sans nous montrer plusieurs links, mais on se sent un peu limité.
    Toutes se recherche sont importante, mais je crois que ce changement de comportement rendra encore beaucoup de discussions.
    Cecilio

  4. Bonjour Bilkher,

    L’utilisation des données sociales et l’interconnexion des supports sont en effet des points très intéressants ! Je n’ai pas abordé de façon exhaustive les techniques de récupération d’informations, mais il y a beaucoup de choses imaginables en fonction des situations.

    1 // Connexion avec les réseaux sociaux
    Si théoriquement la connexion avec des comptes sociaux serai idéale (récupération d’information très précise et notamment les centres d’intérêt), dans la réalité cela sera beaucoup plus compliqué … Sauf erreur de ma part, les informations que nous pouvons par exemple récupérer via Facebook connect sont très light et permettent surtout de simplifier le parcours d’inscription.
    Les réseaux sociaux ont globalement beaucoup de mal à donner les informations sur leurs utilisateurs et j’ai beaucoup de mal à imaginer que cela évolue : la data c’est le coeur de leur business, c’est leur valeur ajoutée. En mettant en place un Facebook Connect, Facebook essaye surtout de s’imposer comme un outil central et indispensable pour les internautes tout en qualifiant encore davantage leurs profils.

    2 // Connexion entre supports
    Je ne l’ai en effet abordé que brièvement, mais cela semble apporter une valeur ajoutée en terme de datas sur les internautes extrêmement intéressants. En maitrisant les supports utilisés, on peut très bien imaginer un programme de push ou de relance multi support : notification sur iPhone si non-clic sur un email, retargeting sur un autre support que celui initialement utilisé, et pourquoi pas un jour une pub TV personnalisée en fonction des intentions d’achat identifiées sur le web …

    On voit clairement que pour appliquer cette vision de l’évolution du web il y a plusieurs choses qui doivent être réfléchies et qui sont propres à chaque société :
    - Quelles informations je peux récupérer sur mes clients
    - Comment je classe et gère proprement ma base de données (qui peut être multi source et de nature très différente).
    - Comment j’utilise mes données

    Merci pour ton commentaire, ça fait avancer l’idée :).

  5. Très bel article. Merci!!!

  6. Très bon article.

    Pour ma part, je vois plutôt l’évolution du web,vers le mobile et la réalité augmentée.
    les lunette google et autres n’en sont que les pionniers. aujourd’hui l’utilisation du web diminue en faveur du monde applicatif. Et google l’a bien compris, et je pense que Microsoft aussi.
    Pourquoi avoir des milliards de pages si les gens en lisent moins. D’où la recherche d’avantage de pertinence et de qualité.
    Cependant sur ce qu’il restera du net.. un immense commerce, une encyclopédie et un bottin, votre analyse me semble très bonne. L’arrivée d’ici quelques années de la véritable 3d (en développement au Japon et en Belgique.. entre autre ) va bouleverser à nouveau les habitudes et la façon d’acheter ‘en ligne’ .. j’espère qu’ils ne traîneront pas de trop, pour que je puisse voir ça. :)
    imaginez …. un sosie virtuel qui pourra essayer et choisir dans des magasins virtuels ses vêtements, projeter dans sa maison une super nouvelle cuisine équipé, une nouvelle moquette, rencontrer des amis dans un café virtuel au bout du monde… bon j’arrête là, je m’avance un peu, mais on y sera très vite.. (le web 5.0 ?)

  7. Très bon article.
    Je ne comprends pas tout mais c’est top ! ;)

  8. Article et commentaires super inté
    ressants…

  9. Le web 3.0 , quelle révolution web se prépare. J’ai tout de même du mal à imaginer qu’une majorité d’internautes acceptent facilement de s’identifier pour lire l’Express (hors abo), Melty ou tout autre support d’actualité. Même si d’un côté, je trouve ça pertinent de ne proposer que les catégories d’articles le plus souvent lus. La peur de tout être est de se sentir épié, sans savoir comment seront utilisées ces données. Les publicitaires doivent être aux aguets.
    Bon article qui laisse pensif.

  10. Cet article me plaît beaucoup, il indique la direction que le Marketing prend de plus en plus. Le Web 2.0 a apporté les outils: le Content Marketing, les blogs, les réseaux sociaux… le web 3.0 se devra d’optimiser leur utilisation.

    Consultant en Inbound Marketing depuis 2 ans, je remarque cette évolution également – que je juge positive -, et qu’il n’est plus possible d’arrêter, Bien sûr nous avons besoin d’une juridiction pour éviter les excès, comme partout. Le problème ici, est que le développement est beaucoup plus rapide que les lois n’apparaissent et qu’il faut éviter à tout prix la régulation.exagérée.
    Et n’oublions pas que les marketers ont toujours étudié le comportement du consommateur, pour être en mesure de vendre au client type, que cela se passe au supermarché ou sur Internet.

    Cela dit, je pense qu’il s’agit d’une révolution et de la naissance en quelque sorte « d’un nouvel âge », une chose assez passionante à vivre en fait, dans lequel nous accèdons à une plus grande maturité et à des informations concentrées et personalisées. Le revers de la médaille est de devoir révéler des informations personelles. Tant que la balance est équilibrée (confiance dans la marque, contenu pertinent et respect de la sphère privée) cela semble plus facile, mais dépend complètement de la personalité de chacun et nous sommes toujours en phase de transition.

    Enfin je finirai en listant quelques avantages essentiels de cette évolution:
    - moins de publicité « interrompante », moins de Spam
    - un accès facilité et rapide à l’information
    - des sites web et des boutiques en ligne plus efficaces
    - un retour au respect du consommateur et donc à sa valorisation

  11. Très bel article, bravo :-)

  12. Très bon article.
    L’idée de m’identifier avec mon compte facebook me pose de gros problèmes car il y aura surement des abus sur la confidentialité des données personnelles au vu du partage d’informations entre facebook ou google+ avec les entreprises qui paient ou les gouvernement.

  13. Article très intéressant.

    Etudiant en fin de parcours en e-commerce, je suis actuellement entrain de réaliser mon mémoire sur l’affiliation et les régies publicitaires.

    Je m’interroge sur l’avenir de ces outils marketing et essayes de comprendre quels pourraient être les grands changements avec l’arrivée du web 3.0.

    L’affiliation et plus particulièrement les régies publicitaires ne sont-elles pas le parfait exemple du web 3.0 ?

    Auriez-vous des idées pour rendre ces outils encore plus performants et plus adaptés à l’évolution du web ?

    Merci pour vos éventuelles réponses, qui, je vous l’avoue, me seraient d’une très grande aide.

    Cordialement,

    Dorian.

 

Laisser un commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>