E-commerce — 08 juillet 2013 — 8 commentaires
Répartition des médias en ligne dans le cycle d’achat

Combinez les leviers web-marketing pour votre projet web ! Ce week-end je me suis amusée à créer ce petit document visuel pour disséquer la répartition des médias en ligne dans le cycle d’achat sur le web…

online-medias-in-purchase-cycle-FR

 

Pour commencer prenons en compte le fait que le cycle d’achat en ligne est composé de 4 phases principales :

  • Notoriété : lorsqu’un internaute recherche un produit ou service spécifique en ligne, il doit avant tout avoir connaissance de votre marque. Cette étape fait notamment référence à la stratégie de branding de votre business ;
  • Réflexion : dans son processus d’achat l’internaute va ensuite rassembler un maximum d’informations sur le produit recherché. Il va alors comparer les prix, s’informer sur les conditions de livraisons, prendre l’avis d’autres personnes, etc… ;
  • Achat : une fois son choix fait et validé, l’internaute passe ensuite à l’action, ou plus exactement à l’achat ;
  • Fidélité : pour la suite, il s’agit évidement de transformer ce nouveau client en client fidèle, qui reviendra faire d’autres achats sur votre site.

Par ailleurs le présent visuel montre quels leviers web-marketing peuvent être utilisés pour chacune des phases évoquées plus haut :

  • En rouge le « paid » média : ce terme désigne tout ce qui touche à la publicité en ligne : display, affiliation, liens sponsorisés, etc… ;
  • En bleu le « owned » média : ils’agit des médias et des contenus détenus par la marque elle-même, à savoir son site, son blog, ses pages et profils sur les réseaux sociaux… ;
  • En violet le « earned » média : désigne la présence en ligne de la marque qui ne peut être achetée – l’exemple le plus parlant est celui des pages de résultats naturels des moteurs de recherche, où la marque peut influer mais qu’elle ne peut maîtriser à 100% ;
  • En vert le « shared » média : toutes les mentions, conversations et interactions entre la marque et ses utilisateurs / clients sur le web.

Comme vous pouvez le voir, une stratégie efficace de web-marketing doit intégrer la combinaison de plusieurs canaux – chaque levier « online » ne doit surtout pas être pris tout seul, mais doit au contraire être complémentaire de tous les autres leviers. Et cela s’avère particulièrement vrai pour les sites d’e-commerce qui doivent permettre de vendre des produits ou services.

Pour conclure je dirais que l’e-marketing doit sans aucun doute être pensé sur une base 360 / 365* :

  • 360° – pensez « multi-canal » : comme nous l’avons vu ici une marque doit être présente sur des médias différents et complémentaires pour garantir une présence complète et cohérente.
  • 365 jrs / an – pensez 24h/24 : aujourd’hui les marques doivent être connectées en permanence pour assurer et gérer leur empreinte digitale autant que leurs échanges avec les internautes.

A vous donc de sélectionner les leviers prioritaires selon votre projet afin de garantir une présence efficace et de répondre aux besoins de l’internaute durant ses différentes phases de processus d’achat.

* source : Jean-Marie Dru, directeur du réseau TWBA Worldwide, 2009.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Laure Betaille

Autodidacte passionnée de web-marketing depuis un peu plus de 2 ans, je me suis lancée dans l'aventure de l'auto-entreprise afin de pouvoir développer mon expérience dans ce domaine! Je tiens également mon propre blog (en anglais) sur le sujet, et si mon coeur balance encore entre SEO, Community Management ou Responsive Webdesign, je compte sur les opportunités de mes projets pour me décider. Ah, une dernière chose, je suis aussi étudiante en 3ème année à l'HETIC !

 


8 Commentaires

  1. Bonjour Laure et merci pour cet article. C’est toujours essentiel de bien replacer tous ces outils qu’on utilise à leur place.

    Dans le monde du voyage on parle de 4 phases : inspiration, planification, voyage, retour de voyage. C’est intéressant de voir qu’elles sont très similaire à ce que vous présentez ici.

    2 questions sur lesquels j’aimerais bien les retours de tous :
    – J’aurais mis le blog dans la case notoriété aussi. Un bon morceau de contenu peut permettre de développer sa notoriété. qu’en pensez-vous ?
    – les pubs (CPC notamment) ne sont elles pas le plus efficace à partir de la fin de la période de réflexion, quand l’internaute va passer à l’achat ?

  2. « J’aurai mis le blog dans la case notoriété ». Moi de même. On ne reviendra pas ici sur les nombreux atouts du blogs, notamment dans des stratégies de référencement naturel où dit-on, le cntenu est ROI.

  3. Merci Laure, très bonne synthèse. Elle reflète bien le besoin de passer à une communication 365, à un marketing liquide où les contenus trouvent leur place comme une succession d’expériences déployées dans le temps.

    Bonne chance pour HETIC btw, je passe en H4 personnellement, tu vas apprécier cette 3e année je pense 😉

  4. Bonjour
    Interessant exercice qui donnera certainement lieu à de nombreux débats.
    Un point particulier sur lequel je ne suis pas tout à fait en phase, ce sont les 2 leviers sur des modèles à la performance (CPC et Affiliation) qui sont uniquement utilisés pour de la notoriété.
    Pour ma part, la performance ne sert pas la notoriété. Ce sont des actions pour collecter des leads et développer les ventes.

  5. Bonjour et merci pour vos commentaires ! 🙂

    @ Adrian : merci pour l’info sur les 4 phases pour le voyage, cela m’intéresse d’autant plus que je fais pas mal de e-tourisme !
    Oui effectivement le blog peut aussi entrer dans la notoriété, mais je pense que dans le cadre d’un blog d’entreprise il entre un peu plus tard dans le schéma
    Pour votre 2ème question : il y a un phénomène de méorisation : les pubs en CPC servent à faire connaitre le nom de la marque (donc notoriété) mais c’est le reciblage (retargeting) qui va amener l’internaute à passer à l’achat – le reciblage étant bien sur une forme de CPC, j’ai cependant préféré le mettre à part pour bien montrer que ces 2 moyens jouent des rôles différents, mais complémentaires ! 🙂

  6. @ Gilles : efffectivement tous les leviers doivent être complémentaires et ne pas se subsituer les uns aux autres!
    Pour l’HETIC merci 🙂 on se rencontrera surement alors ! D’ailleurs par le plus grand des hasards je chercher les dates de rentrées 2013, les connais-tu ?? merci d’avance ! 🙂

  7. @ Bruno : vous avez raison, ces leviers (CPC et Affiliation) peuvent en réalité servir tout au long du processus d’achat, cependant comme je l’ai répondu à Adrian je considère ici séparement le retargeting – soit le reciblage, que ce soit en CPC ou affiliation. Et dans le cas là je retombe sur mes pattes, le SEA sert aussi bien pour la notoriété que la réflexion ou même l’achat ! 😉

  8. A priori, elles devraient être dispo dans pas longtemps sur le site rubrique programme. Mais normalement il faut compter septembre, aux alentours du 25 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *